La banque de la famille princière de Liechtenstein pèse 218 milliards € : + 6% en 12 mois

Le prince Max de Liechtenstein a annoncé et commenté les bons résultats de sa banque familiale, malgré une année 2020 difficile. La crise n’a visiblement pas touché la banque LGT, qui clôture une année record, avec une augmentation de 6% des actifs confiés à sa gestion, et ce malgré une lourde acquisition qui vient freiner les bons résultats. Le fils du prince souverain Hans-Adam II peut se targuer d’avoir réalisé, malgré l’année de pandémie mondiale qui a ralenti tous les secteurs, un bénéfice net de 291,5 millions de francs suisses, soit environ 264 millions d’euros.

La LGT Bank n’a jamais pesé aussi lourd (Photo : Marlon Trottmann / Alamy / Abaca)

Lire aussi : Hans-Adam II et sa lubie pour les OVNIS : le souverain du Liechtenstein finance la recherche sur les extraterrestres

Une année record pour le 100e anniversaire de la LGT Bank

Le groupe bancaire de gestion d’actifs LGT a publié son rapport annuel pour l’année écoulée. Comme on peut le constater au vu des chiffres indiqués, et comme le confirme le communiqué de la banque, LGT Group peut se féliciter d’enregistrer « un bon résultat qui met en évidence l’excellente position dans laquelle se trouve son activité clients ». Le PDG de la banque, le prince Max de Liechtenstein précise que « 2020 a été une année difficile, mais cela ne nous a pas empêchés d’enregistrer un bon résultat et de réaliser des progrès stratégiques considérables. »

La LGT Bank fête cette année son centenaire. Lancée en mai 1921 sous le nom de BiL (Bank in Liechtenstein), elle appartient depuis 90 ans à la famille régnant sur la principauté de Liechtenstein. Pour son anniversaire symbolique, la banque enregistre un résultat jamais atteint dans l’histoire séculaire de l’entreprise. À la date du 31 décembre 2020, la banque gérait 240,7 milliards de francs suisses, soit environ 218 milliards d’euros, pour des particuliers fortunés et des investisseurs institutionnels. Cela représente une augmentation de 6% en 12 mois. Un tel résultat a été obtenu grâce aux rentrées nettes et à la bonne performance des investissements.

Par ailleurs, l’année 2020 s’est clôturée sur un bénéfice net de 291,5 millions de francs, ce qui est 5% inférieur au bénéfice de l’année dernière. Ce chiffre s’explique principalement par la couteuse acquisition de LGT Vestra. Sans cette acquisition, l’augmentation aurait été de 14%, précise Swiss Info.

Lire aussi : Aloïs de Liechtenstein : « Profitons des opportunités liées à la pandémie »

La banque de la famille princière de Liechtenstein ne s’est jamais aussi bien portée

LGT emploie plus de 3 800 personnes dans plus de 20 sites en Europe, en Asie, en Amérique et au Moyen-Orient. L’assemblée constituante de la banque s’est formée en novembre 1920 et en mai 1921, la banque lançait officiellement ses activités, avec 10 employés. En 1930, la famille princière de Liechtenstein achète la majorité des actions de la banque. En 1982, elle ouvre sa première filiale à l’étranger et en 1996 elle change son nom en LGT Bank (pour Liechtenstein Global Trust). Ses dernières acquisitions importantes sont le rachat de la branche suisse de la Dresdner Bank en 2009 et l’achat d’une sélection de portefeuilles de la HSBC Private Bank en Suisse, en 2014.

Le LGT Group appartient à la famille princière de Liechtenstein via la Fondation Prince de Liechtenstein, qui en est la propriétaire. Depuis 1988, c’est le prince Philipp de Liechtenstein, frère du prince Hans-Adam II qui est directeur de la Fondation. Le groupe bancaire LGT n’est qu’une des 15 entreprises que possède la Fondation. Elle est notamment propriétaire d’un musée à Vienne, d’une entreprise de production de riz au Texas, et de plusieurs entreprises de gestion de terrains agricoles et forestiers en Autriche. Le prince Constantin de Liechtenstein, troisième fils de Hans-Adam II est directeur associé de la Fondation et gère les avoirs agricoles, vinicoles et sylvicoles.

Quant à LGT, c’est le prince Maximilian qui dirige la banque depuis 2006. Le prince Max est le deuxième fils du prince souverain Hans-Adam II et le frère cadet du prince héréditaire Alois, qui gère les affaires courantes de la Principauté, depuis que son père l’a nommé régent en 2004. Le prince Max est connu dans le milieu des têtes couronnées pour avoir été le premier prince appartenant à une famille régnante, à épouser une roturière d’origine africaine. Son épouse depuis 2000, la princesse Angela, est née Angela Gisela Brown, de nationalité panaméenne et d’origine africaine. Leur fils, le prince Alfons est donc le premier prince métis africain en Europe.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr