Aloïs de Liechtenstein : « Profitons des opportunités liées à la pandémie »

Ce 15 août, la principauté de Liechtenstein célébrait la Staatsfeiertag, sa fête nationale. En 2020, seizième année de régence pour le prince héréditaire Alois qui s’occupe de la gestion des affaires courantes à la place de son père, la fête fut très courte. À cause de la crise du coronavirus, peu de festivités étaient prévues. L’allocution annuelle du prince héréditaire Alois, qui a d’habitude lieu dans une prairie aux abords du château de Vaduz, face à la population, a eu lieu cette année dans la roseraie du château.

Lire aussi : Alois de Liechtenstein espère que le monde entier a pris conscience des défis qui nous attendent

L’allocution du prince héréditaire Alois de Liechtenstein, 52 ans, était retransmise en direct et à la télévision, à 11 heures 30, filmée depuis la roseraie du château. Pas de feu d’artifice ni de rassemblement populaire au château, afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur. La famille princière n’a pas assisté à la lecture du Staatsakt mais le président du Parlement d’État Albert Frick était présent aux côtés du prince héréditaire. Le prince Hans-Adam II, 75 ans, chef d’État depuis 1989 n’était pas présent.

À 11 heures 30, ce 15 août 2020, le prince héréditaire Alois de Liechtenstein a prononcé son tradition discours d’État à l’occasion de la fête nationale de la Principauté (Photo : Capture YouTube)

Lire aussi : Alois de Liechtenstein contre l’obligation d’une parité au sein des instances politiques

Staatsakt de la fête nationale du Liechtenstein en 2020

« Chers citoyens du Liechtenstein,
Nous célébrons la fête nationale de cette année d’une manière spéciale en raison de la pandémie. Nous renonçons à la cérémonie d’état devant le château, à la fête folklorique et au feu d’artifice. Néanmoins, célébrons aujourd’hui de façon solennelle et réfléchissons à la fois au passé et à l’avenir.

Ces derniers mois, en raison de la pandémie, nous avons tous été confrontés à des restrictions inédites de notre liberté. Beaucoup d’entre nous ont également connu un stress supplémentaire considérable au travail ou pour s’occuper de membres de leur famille.

En comparaison avec l’international, nous avons jusqu’à présent été en mesure de faire face à la pandémie avec beaucoup de succès. À ce stade, je voudrais remercier tous ceux qui ont fait un effort particulier ces derniers mois, en particulier ceux qui sont responsables du gouvernement et de l’administration, ainsi que de la santé et des soins. Je tiens également à remercier les nombreux bénévoles qui ont spontanément aidé, que ce soit avec les courses, la garde d’enfants ou avec un soutien financier.

Outre la bonne coopération et la grande solidarité, nous avons également bénéficié de nos autres atouts pour faire face à la crise : de notre esprit d’entreprise et de notre capacité à innover ainsi que de l’orientation à long terme et durable de notre État avec des cadres politiques et économiques stables, la gestion disciplinée du budget de l’État et un système social bien développé.

Après une première phase de restrictions sévères, nous avons pu à nouveau lever de nombreuses mesures de sécurité dans une seconde phase. Cependant, la pandémie n’est pas encore terminée.

Tant que les médicaments ou les vaccins n’auront pas l’effet escompté, il sera très important que nous continuions à respecter les exigences de sécurité d’une manière cohérente et disciplinée. Sinon, des mesures préventives relativement légères se transformeront rapidement en restrictions drastiques.

Beaucoup d’entre nous s’inquiètent pour notre santé, notre éducation, notre travail ou notre entreprise. Une propension accrue à la violence au sein de divers États ainsi qu’une augmentation du protectionnisme et des politiques de pouvoir au niveau international sont également préoccupantes. Beaucoup craignent également que la pandémie n’entraîne une réorganisation de la chaîne de valeur et une nouvelle pression en faveur de l’harmonisation fiscale, avec des conditions qui nous sont désavantageuses.

Lire aussi : Alois de Liechtenstein s’exprime sur le déconfinement et redoute une nouvelle vague

Malgré ces inquiétudes, nous pouvons relever les défis des mois à venir avec une grande confiance. D’une part, nous avons une position de départ enviable dans la comparaison internationale et, d’autre part, la pandémie accélère des développements tels que la numérisation et l’accent mis sur la durabilité, que nous pouvons utiliser à notre avantage.

Pour que cela réussisse, nous devons d’abord évaluer les résultats obtenus à ce jour sur la pandémie afin de tirer les leçons de la crise et de nous préparer au mieux à de nouvelles vagues de pandémie. Cependant, il ne faut pas seulement faire face aux pandémies, mais aussi penser à d’autres scénarios de crise, car on est souvent bien préparé pour la dernière crise, mais mal préparé pour la suivante.

La pandémie, par exemple, nous a clairement montré à quel point nous dépendons aujourd’hui d’une infrastructure numérique stable et donc également d’un réseau électrique sécurisé. Nous devons donc réfléchir à la manière dont nous pouvons rendre et concevoir cette infrastructure aussi résistante que possible aux crises, y compris en ce qui concerne les virus et autres attaques numériques. Cela nous permet de renforcer davantage l’attractivité d’un emplacement important, à savoir la grande stabilité et la sécurité.

Grâce à notre bon système éducatif et à notre économie très développée, nous devrions en principe en bénéficier si la pandémie accélère la numérisation. Cependant, nous pouvons exploiter encore mieux les opportunités associées si nous continuons à optimiser notre système éducatif dans tous les domaines, de la petite enfance à l’éducation scolaire en passant par la formation continue en entreprise.

Lire aussi : Pas de Fête nationale au Liechtenstein : le prince héréditaire Aloïs appelle à un déconfinement prudent

La tendance à la durabilité devrait également s’accélérer en raison de la pandémie. Cette tendance était importante même avant la pandémie. Cependant, cela a conduit à la mise en place rapide de vastes programmes d’aide mettant fortement l’accent sur la durabilité, en particulier dans les pays européens. Conjointement aux changements des modes de vie provoqués par la pandémie, cela devrait encore accroître l’importance du développement durable.

En comparaison internationale, le Liechtenstein est déjà très durable : en termes économiques grâce à une gestion prudente des finances publiques, en termes sociaux grâce à de bons systèmes éducatifs et sociaux et aussi en termes écologiques, beaucoup a été accompli ces dernières années. Afin d’utiliser autant que possible la tendance à la durabilité à notre avantage, nous devons cependant intensifier l’orientation de notre société vers la durabilité. Cela nous permet également de garantir que la charge reste faible pour les générations futures.

D’un point de vue économique, nous devrions utiliser ces recommandations comme une ligne directrice que le gouvernement a formulée dans sa réponse au postulat sur la gestion prudente des finances de l’État et qui a reçu une réponse très positive du parlement. Selon ces recommandations, nous devrions investir principalement dans le développement et dans les infrastructures, mais nous devrions nous retenir lorsqu’il s’agit d’augmenter les dépenses actuelles du gouvernement.

Dans une comparaison internationale, bien que très bon, mais encore à améliorer, il y a le financement de l’assurance, des soins de santé et des soins infirmiers. Ici aussi, des investissements futurs sont possibles si de réelles améliorations du système sont réalisées grâce à des dépenses ponctuelles.

Nous pouvons accroître la durabilité sociale, entre autres, en optimisant le système éducatif et en améliorant la compatibilité entre la famille et le travail. Nous ne devons pas seulement penser au côté de l’État, mais aussi à la manière dont nous pouvons réaliser de nouvelles améliorations dans le secteur privé et dans la société civile de manière entrepreneuriale et innovante.

Lire aussi : Sophie de Liechtenstein remercie l’initiative d’aide citoyenne lancée en période de crise du coronavirus

Les progrès de la mobilité et de l’énergie seront particulièrement importants pour la durabilité écologique. Nous devons donc rapidement mettre en œuvre à la fois le concept de mobilité et la stratégie énergétique qui seront bientôt disponibles. Nous pouvons également accroître la durabilité écologique si nos entreprises se concentrent sur la durabilité dans leurs produits et services et que nous favorisons cela par des achats conscients et locaux.

Chers citoyens du Liechtenstein ,
Dans les derniers mois de cette législature, relevons non seulement les défis de la pandémie avec détermination, mais profitons également des opportunités qu’elle nous offre. Si chacun de nous donne le meilleur dans son domaine et que nous progressons vers la numérisation et la durabilité de manière entrepreneuriale et innovante, nous en profiterons tous.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont aidé à organiser la fête nationale du fond de mon cœur, et je vous souhaite de merveilleuses vacances et les bénédictions de Dieu. »

(Traduction libre et personnelle)

Lire aussi : Allocution d’Alois de Liechtenstein en période de crise du coronavirus

Sources : Volksblatt et Staatsfeierstag

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.