Ces bijoux que la princesse Astrid empruntait à sa belle-mère la princesse Margherita de Savoie-Aoste

Pendant longtemps, le fils ainé du roi héritait du trône, les fils cadets se partageaient des titres de consolation et les filles héritaient des bijoux de famille. Au fil des mariages entre familles royales, diadèmes et parures voyageaient d’un pays à l’autre, atterrissant dans la cassette d’une princesse italienne, d’une archiduchesse autrichienne ou d’une reine espagnole. La princesse Astrid de Belgique est l’une des rares princesses contemporaines à avoir scellé un mariage royal, même impérial, et elle a pu profiter des trésors familiaux de son époux, la cassette des bijoux royaux belges étant assez légère. Retour sur deux bijoux emblématiques de la famille de Savoie-Aoste portés par la princesse Astrid.

Lire aussi : Les diadèmes de la famille royale belge : que contiennent les coffres des princesses de Belgique ?

La princesse Margherita de Savoie-Aoste prêtait ses parures à sa belle-fille

En 1984, la princesse Astrid de Belgique, alors nièce du roi Baudouin et fille du prince de Liège, a épousé l’archiduc Lorenz de Habsbourg-Lorraine de la branche modénoise d’Autriche-Este. L’archiduc Lorenz d’Autriche-Este est le fils de l’archiduc Robert, lui-même fils du dernier empereur d’Autriche, et de la princesse Margherita de Savoie-Aoste.

La princesse Astrid de Belgique a longtemps vécu en Suisse, là où travaille son époux, étant seulement la fille du prince Albert, lui-même frère du roi Baudouin. Son éloignement du royaume de Belgique lui a permis de vivre une vie plus discrète et rares étaient les occasions pour elle de porter des tenues de gala à assortir à des parures familiales. Il faut le dire, la cassette des bijoux royaux est assez légère en Belgique. L’épouse du roi est la seule à porter le majestueux diadème des Neuf Provinces.

La plupart des somptueux diadèmes de la reine Elisabeth ont été vendus. Il y en a tout de même un, le diadème bandeau Art Déco de la reine Elisabeth, qui est régulièrement ressorti par la reine des Belges et est prêté à l’occasion à l’une ou l’autre femme de la famille. Autrement, il est de coutume que chaque princesse ait son propre diadème, reçu à une occasion particulière comme un mariage ou un anniversaire.

Elisabetta Rosboch von Wolkenstein porte le diadème bandeau Art Déco lors de son mariage avec le prince Amedeo de Belgique, fils de la princesse Astrid, en juillet 2014 (Photo : Eric Vandeville/Abacapress)

Dans le cas de la princesse Astrid, son destin a changé lorsqu’en 1991 la loi salique a été abrogée, lui permettant de figurer dans l’ordre de succession au trône. En 1993, le roi Baudouin décède et le roi Albert II, le père d’Astrid, monte sur le trône. Elle figure soudainement en deuxième position dans l’ordre de succession au trône. Elle rentrera en Belgique et deviendra dorénavant une figure majeure de la famille royale. Dès lors, elle sera amenée à porter plus souvent des bijoux lors de galas. Et surprise, c’est dans les trésors de sa belle-famille que la princesse Astrid ira se fournir.

La princesse Astrid porte le diadème des Savoie-Aoste lors du banquet d’État organisé à Bruxelles lors de la visite du président Emmanuel Macron en novembre 2018. La reine Mathilde porte le diadème des Neuf Provinces dans sa version bandeau. (Photo : Abacapress)

Lire aussi : La mère du prince Lorenz est décédée : Margherita de Savoie-Aoste avait 91 ans

Le diadème des Savoie-Aoste que porte la princesse Astrid

La princesse Astrid a principalement porté deux diadèmes lors d’événements royaux. À son mariage en 1984, elle ne portait pas de diadème mais une couronne de véritables fleurs. Durant le règne de son père, la princesse Astrid a elle aussi porté le diadème bandeau Art Déco que lui a prêté sa mère, la reine Paola. L’autre diadème qu’elle porte le plus souvent est le diadème des Savoie-Aoste, hérité de sa belle-famille. On ne sait pas si le diadème lui appartient réellement, s’il s’agit d’un prêt d’une des sœurs de son époux ou d’un cadeau.

Ce diadème était utilisé par des membres de la famille royale d’Italie de la branche des ducs d’Aoste. La première à apparaitre sur une photo avec ce diadème est la princesse Anne d’Orléans, fille du duc de Guise. En 1927, la princesse Anne a épousé le prince Amédée de Savoie-Aoste, nommé vice-roi d’Éthiopie par Mussolini en 1937. La princesse Anne a prêté son diadème à plusieurs princesses italiennes, cousines de son époux. La princesse Marie-Béatrice, fille du roi Humbert II et de la reine Marie-José l’a notamment porté au mariage de Juan Carlos et Sofia en 1962.

La princesse Margherita, la fille ainée de la princesse Anne, a hérité du diadème à la mort de sa mère en 1986. Pour la petite histoire, la princesse Margherita avait déjà emprunté le diadème à sa mère pour assister au mariage du roi Baudouin et de la reine Fabiola en 1960. Le roi Baudouin est aussi le neveu de la reine Marie-José d’Italie. La princesse Margherita avait épousé en 1953 l’archiduc Robert, l’un des fils du dernier empereur Charles 1e d’Autriche. Margherita et Robert sont les parents de Lorenz.

La princesse Astrid porte le diadème de Savoie au gala de mariage du prince Guillaume de Luxembourg en 2012 (Photo : Patrick van Katwijk/DPA/ABACAPRESS.COM)

Le diadème serti de diamants a des motifs de volutes et de feuilles. La partie centrale s’élève plus haut en partant de fleurs et feuilles qui s’ouvrent. La princesse Astrid possédait-elle déjà la diadème ? Était-ce un prêt ? Avec la disparition de sa belle-mère ce 10 janvier, il est probable que la princesse Astrid en hérite définitivement.

Lire aussi : La reine Sonja porte le diadème d’émeraudes des descendantes de l’impératrice Joséphine

Le collier d’émeraudes des Savoie-Aoste porté par la princesse Astrid

Il y a un autre bijou de grande valeur appartenant à la branche d’Aoste de la famille royale italienne que la princesse Astrid de Belgique a déjà porté. Il s’agit du collier d’émeraudes. Ce collier est composé de 10 émeraudes de tailles différentes. La rangée supérieure présente des émeraudes rectangulaires et la rangée inférieure des émeraudes en forme de gouttes. L’ensemble du collier est serti de diamants.

La princesse Astrid avec le collier d’émeraudes, à côté de l’actuel empereur du Japon lors d’une réception pour le mariage de la princesse héritière Victoria de Suède en 2010 (Photo : Andreas L Eriksson/Stella Pictures/ABACAPRESS.COM)

Ce collier de diamants et d’émeraudes a été réalisé pour Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna, épouse du prince Amédée de Savoie, 1e duc d’Aoste. Le prince Amédée est le second fils du roi Victor-Emmanuel II d’Italie. Bien que n’étant pas l’ainé, il aura un destin royal puisqu’il ceindra la couronne d’Espagne. Maria Vittoria est donc reine d’Espagne pendant le bref règne de son époux et sa cassette de bijoux deviendra rapidement l’une des plus prestigieuses d’Europe.

Parmi les bijoux de Maria Vittoria, il y a ce collier d’émeraudes dont son premier fils, Emmanuel-Philibert, 2e duc d’Aoste héritera à sa mort en 1876. Le 2e duc d’Aoste l’offrira à son épouse, la princesse Hélène d’Orléans, à leur mariage en 1895. Le prince Amédée, 3e duc d’Aoste en hérita à son tour, qui l’offrit à son épouse, la princesse Anne d’Orléans. Amédée et Anne sont les parents de Margherita de Savoie-Aoste, belle-mère de la princesse Astrid de Belgique. (La princesse Margherita porte le collier sur la photo en noir et blanc ci-dessous).

Le prince Lorenz de Belgique, archiduc d’Autriche-Este, la princesse Astrid de Belgique et le prince héritier Naruhito du Japon en 2010 (Photo : Patrick van Katwijk /DPA/ABACAPRESS.COM)

La regrettée princesse Margherita a régulièrement prêté ses bijoux à l’épouse de son fils Lorenz. La princesse Astrid a notamment porté ce diadème d’émeraudes en juin 2010, lors de la réception offert par le gouvernement suédois à l’occasion du mariage de la princesse héritière Victoria avec le prince Daniel. La princesse Astrid a été photographiée ce jour-là aux côtés de son époux et du prince héritier Naruhito du Japon, actuel empereur du Japon.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr