Les diadèmes de la famille royale belge : que contiennent les coffres des princesses de Belgique ?

Parmi les monarchies européennes, la famille royale belge fait partie de celle dont les cassettes familiales sont les moins fournies en bijoux. Dans les familles royales, les diadèmes et autres parures se transmettent généralement de génération en génération. En Belgique, les princesses ont semble-t-il aujourd’hui leurs propres bijoux, qui viendront peut-être un jour remplir les coffres familiaux, alors que les reines du pays se transmettent deux ou trois diadèmes.

Lire aussi : La reine Máxima sort le diadème des Stuart pour le banquet d’État en Allemagne… sans le précieux diamant

Quels sont les diadèmes portés par les princesses de Belgique ?

Le diadème des Neufs Provinces est habituellement réservé aux reines des Belges et non aux princesses. Les princesses de Belgique portent pourtant des diadèmes lors des galas. Ces diadèmes proviennent principalement de leur collection personnelle, plutôt que d’un coffre familial. Habituellement, mères, filles, belles-filles et parfois grands-mères se les prêtent à tour de rôle, comme on peut le constater dans d’autres familles royales mais ce n’est pas le cas en Belgique.

C’est habituellement à l’occasion du mariage que la nouvelle princesse reçoit son diadème, d’autant plus qu’aujourd’hui, ces jeunes mariées sont issues de familles qui ne possèdent pas de tels bijoux. Autrefois, les mariages entre princes et princesses de familles royales étrangères étaient aussi l’occasion de voir certains bijoux changer de coffre et devenir la possession d’une autre famille royale. 

La reine Mathilde porte le diadème des Neuf Provinces dans sa version complète lors du banquet d’État à Amsterdam en novembre 2016 (Photo : Robin Utrecht/Abacapress)

Dans le cas de la Belgique, la configuration familiale, l’histoire et les ventes font que le coffre familial est aujourd’hui limité à quelques diadèmes : le diadème des Neuf Provinces (porté uniquement par l’épouse du souverain), le bandeau Art Déco (qui appartient à la Reine mais du temps du règne d’Albert II, Paola l’a par exemple prêté à sa fille Astrid) et le diadème Wolfers (que seules Fabiola et Mathilde ont porté). D’autres ont été vendus, c’est le cas notamment du célèbre diadème bandeau Cartier de la reine Élisabeth. D’autres ont disparu de la circulation, ne sachant pas s’ils ont été vendus, s’ils ont été transmis en dehors de la famille royale ou peut-être gardés précieusement sans jamais les ressortir. C’est le cas du diadème en émeraudes et diamants de la reine Astrid ou encore de la « couronne ducale » espagnole de la reine Fabiola. 

Le diadème bandeau Cartier ayant appartenu à la reine Élisabeth fait partie des joyaux belges ayant été revendus (Photo : domaine public)

Lire aussi : Le diadème que la princesse Mako devra rendre le jour de son mariage

Jusqu’à l’ascension du roi Philippe sur le trône, en 2013, trois princesses (Mathilde, Claire et Astrid) portaient donc principalement leur propre diadème et certaines parures étaient composées à l’aide de pièces détachées d’autres diadèmes et bijoux. La princesse Claire, née Claire Coombs, a reçu un diadème de son nouveau beau-père, le roi Albert II, à l’occasion de son mariage avec le prince Laurent. La princesse Mathilde, née Mathilde d’Udekem-d’Acoz, a reçu un diadème de l’Association de la noblesse belge, à l’occasion de son mariage avec l’héritier du trône. La princesse Claire a épousé l’archiduc Lorenz d’Autriche-Este, lui permettant de se tourner vers sa belle-famille qui lui prête (ou lui a légué) le diadème des Savoie-Aoste. Outre le bandeau Art Déco de la reine Élisabeth, que lui a déjà prêté sa mère Paola, la princesse Astrid n’a jamais été aperçue en public qu’avec le diadème des Savoie-Aoste.

Le diadème couronne de lauriers de la reine Mathilde (à l’époque, princesse Mathilde, duchesse de Brabant), porté lors du mariage de princesse héritière Victoria de Suède en juin 2010 (Photo : Mousse-Nebinger-Orban/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Maria Teresa de Luxembourg : «Porter un diadème pendant 5 heures vous donne mal à la tête»

Le diadème des Neuf Provinces des reines des Belges

Le diadème des Neuf Provinces est très certainement le bijou le plus précieux et prestigieux du coffre de la famille royale belge. Ce diadème est symboliquement fort, car comme son nom l’indique, il représente l’unité de la Belgique. Il est aujourd’hui uniquement porté par l’épouse du souverain. Ce bijou, comme bien d’autres, se porte sous différentes formes, les diadèmes étant pour la plupart toujours démontables. On peut donc les réassembler avec plus ou moins de pierres, d’étages, en fonction du prestige de l’occasion de le porter.

Le diadème des Neuf Provinces fêtera ses 100 ans en 2026. Le diadème est un cadeau de la Belgique, financé par une souscription nationale, à la princesse Astrid de Suède, petite-fille du roi Oscar II de Suède, à l’occasion de son mariage en novembre 1926 avec le prince Léopold de Belgique, duc de Brabant, fils du roi Albert 1e. Le diadème des Neuf Provinces porte ce nom pour signifier que le cadeau provenait des neuf provinces de Belgique. La Belgique compte aujourd’hui 10 provinces, depuis la scission du Brabant en deux provinces. 

Le diadème a été créé en 1926 par le joaillier belge Van Bever. Il est composé d’un large bandeau à motifs de clés grecques, à la base de la tête. Le diadème modulable comprenait à l’origine, un deuxième étage, avec 11 fines tiges métalliques surmontées de diamants. Les onze diamants représentaient les neuf provinces belges, le Congo belge et le souverain, comme l’explique ce site spécialisé.

Les petites tigettes peuvent être perçues comme un peu pauvres et la princesse Astrid, devenue la reine Astrid lorsque Léopold III est monté sur le trône en 1934, fit faire quelques transformations au bijou. Elle a fait combler le vide entre les tigettes, rajoutant une structure en forme d’ogives. Ces arches viennent ajouter du prestige au diadème qui arbore à présent deux étages prestigieux. Le bijou sera très fréquemment porté par la reine Astrid durant sa courte vie, que ce soit sous sa forme complète pour les photos officielles ou simplement avec l’étage de bandeau du bas. 

Le diadème des Neuf Provinces porté par la reine Astrid après l’avoir fait modifier. Des ogives ont été ajoutées au-dessus du bandeau (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Les deux diadèmes de la reine Margrethe II en Allemagne hérités de ses ancêtres allemands

Le diadème reste totalement modulable, puisqu’il est composé de deux étages. Le bandeau du bas peut se porter en collier ras-du-cou, une fois démonté de sa structure. L’étage du haut, composé de voutes, se divise en deux parties qui peuvent être ensuite utilisées comme deux bracelets. Et même les tigettes et leurs onze diamants peuvent être utilisées comme collier. La reine Astrid a porté le diadème aussi bien sur le sommet de la tête, qu’en bandeau sur le front. 

Le diadème des Neuf Provinces est associé aux reines des Belges. La reine Astrid est décédée à 29 ans, en 1935, dans un accident de voiture. Veuf, Léopold III s’est remarié avec Lilian Baels, titrée princesse de Réthy par son époux. Au vu de l’opinion publique concernant ce mariage, la princesse de Réthy n’est jamais devenue reine mais elle a porté le diadème de la défunte première épouse de son mari. La princesse Lilian ne l’a toutefois jamais porté dans sa version complète. 

La reine Fabiola porte le diadème des Neuf Provinces sur le billet de 50 francs de 1966 (Photo : Wikimedia Commons)

La reine Fabiola, puis la reine Paola ont porté ce diadème durant le règne de leur époux. Depuis l’abdication du roi Albert II en 2013, c’est la reine Mathilde, épouse du roi Philippe qui le porte. La reine Mathilde porte le diadème des Neuf Provinces dans sa version complète sur la dernière série de portraits officiels des souverains de 2018. Dans la première série de portraits de 2013, diffusée à l’occasion de l’intronisation du roi Philippe, la reine Mathilde portait le diadème uniquement dans sa version bandeau. 

Lire aussi : La princesse Amalia chipe un diadème à sa maman : l’héritière du trône est passionnée par les tiares

Le diadème bandeau Art Déco de la reine Élisabeth de Belgique

Le diadème bandeau Art Déco a été confectionné au début du 20e siècle pour la reine Elisabeth de Belgique (1876-1965). La reine affectionnait les diadèmes en bandeau. Son préféré, qui a disparu aujourd’hui, est le diadème commandé à Cartier.

Ce diadème Art Déco ne semblait pas trop aux goûts de l’épouse du roi Albert 1e. On ne dispose que d’une seule photo où elle le porte. Il s’agit d’un diadème formé de trois rangées de diamants, entrecoupées par des lignes verticales de diamants. En observant de plus près le bijoux, on se rend compte que la rangée du milieu représente une couronne de lauriers.

Ce bijou est l’un des préférés des femmes de la famille royale, contrairement à sa première propriétaire. Il semblerait que la reine Elisabeth l’ait rapidement légué à sa belle-fille, Astrid, épouse du futur Léopold III. Certains spécialistes pensent qu’il pourrait s’agir d’un cadeau à l’occasion d’une naissance, celle de Baudouin par exemple.

Elisabetta Rosboch von Wolkenstein porte le diadème bandeau Art Déco lors de son mariage avec le prince Amedeo de Belgique en juillet 2014 (Photo : Eric Vandeville/Abacapress)

La reine Astrid meurt prématurément et c’est la seconde épouse de Léopold III, la princesse Lilian qui peut le porter. La princesse de Réthy apparait sur plusieurs photos avec ce diadème, qu’il soit porté sur la tête ou sans sa structure, comme un collier. Sur une photo, elle le porte même surmontée d’une rangée de diamants, probablement ceux du diadème des Neufs Provinces.

En décembre 1960, la princesse Paola apparait pour la première fois en public avec ce diadème, pour assister au mariage du roi Baudouin avec Fabiola. La princesse Paola portera très souvent le diadème, qu’elle choisit de placer sur l’arrière du crâne, régulièrement pour entourer un chignon. Elle continuera à le porter lorsqu’elle deviendra reine. La reine Paola n’hésitera pas à le prêter à sa fille, la princesse Astrid, à plusieurs occasions.

Toujours très prêteuse, Paola permettra à sa nouvelle belle-fille, Mathilde, de le porter le jour de son mariage avec le prince Philippe. Aujourd’hui, c’est la reine Mathilde qui décide à qui prêter le bijou. En 2014 par exemple, la reine Mathilde a prêté son diadème Art Déco à Elisabetta Rosboch, le jour de son mariage avec le prince Amedeo, neveu du roi Philippe.

Le diadème collier Wolfers

Le diadème collier Wolfers est le troisième et dernier diadème de la famille royale dont on a encore la trace. Trois autres diadèmes sont peut-être encore dans les coffres de la famille mais ils n’ont plus été aperçus en public depuis de nombreuses années. Ceux-ci sont détaillés dans le paragraphe en fin de cet article, dédié aux diadèmes disparus.

Le diadème collier Wolfers était lui aussi classé dans la liste des diadèmes disparus jusqu’en 2015. En 2015, pour la première fois depuis la mort du roi Baudouin, en 1993, la reine Mathilde a ressorti ce petit diadème lors d’une visite d’État. Le diadème collier Wolfers, qui appartenait à la reine Fabiola fait partie de ces bijoux dont on ignorait s’ils avaient été transmis à la famille royale ou s’ils faisaient partie de l’héritage de Fabiola à sa fondation. Pour rappel, la reine Fabiola et le roi Baudouin n’ont jamais eu d’enfants. Au décès de Fabiola en 2014, sa famille espagnole a hérité de biens mais aussi sa fondation.

C’est en 1960 que Fabiola de Mora y Aragón a épousé le roi Baudouin. Déjà roi des Belges depuis 1951, Fabiola a directement accédé au titre de reine à son mariage. Pour accueillir sa nouvelle reine, la Belgique a offert un diadème à Fabiola. Ce n’est toutefois pas le diadème qu’elle portait lors de la cérémonie de mariage. Ce jour-là, elle portait pour la première fois l’imposant diadème des Neuf Provinces des reines des Belges.

Le diadème collier Wolfers porte ce nom pour la simple raison qu’il s’agit d’abord d’un collier, créé par le joaillier belge Wolfers. Le bijou a d’ailleurs été porté principalement en collier. À l’occasion, il se porte en diadème, à l’aide d’une structure qui lui permet de se maintenir sur la tête. Fabiola l’a porté aussi bien sur sa tête qu’autour du cou.

Plus de deux cents diamants alignés en deux rangées forment la base du collier. Sept « pointes », composées de trois diamants, pendent de la double rangée. Les pointes sont croissantes et décroissantes en taille avec la plus imposante au centre.

La reine Fabiola porte le collier Wolfers en diadème lors de la venue en Belgique du roi Gustave VI de Suède, en 1966. Ici avec le roi Baudouin et la princesse Paola, qui porte son diadème collier autour de se chignon (Photo : Abacapress)

Durant tout le règne de son époux, la reine Fabiola se contenta de porter trois diadèmes. Le diadème des Neuf Provinces, son diadème collier Wolfers reçu à son mariage et son diadème « couronne ducale » reçu en cadeau du gouvernement espagnol à son mariage. À la mort de son époux, Fabiola ne portait presque plus de bijoux imposants. Les diadèmes, principalement réservés à l’épouse du souverain, sont revenus à la reine Paola. C’était en mai 1993, soit deux mois avant la mort du roi Baudouin, que la reine Fabiola a porté le Wolfers pour la dernière fois en public. Elle l’avait porté à l’occasion de la visite d’État belge aux Pays-Bas. 

L’héritage de la reine Fabiola ayant fait l’objet de nombreuses spéculations et la disparition du bijou depuis 1993, tout laissait penser qu’il avait quitté le giron de la famille royale belge. Toutefois, il a fait sa réapparition sur la tête de la reine Mathilde en 2015, lors de la visite d’État en Pologne. 

La reine Mathilde porte le diadème collier Wolfers lors de son apparition au balcon du Palais royal d’Oslo pour les 80 ans du roi Harald et de la reine Sonja de Norvège, en mai 2017 (Photo : Robin Utrecht/Abacapress)

Depuis lors, la reine Mathilde l’a reporté à plusieurs occasions, comme au gala des 70 ans du roi Carl XVI Gustaf de Suède en 2016, lors de la visite d’État au Japon la même année ou lors du gala des 80 ans du roi Harald et de la reine Sonja de Norvège, en 2018. On ne sait pas si Fabiola a transmis se bijou à son neveu, Philippe, de son vivant ou dans son testament. Toujours est-il qu’elle a jugé que ce bijou, reçu du peuple belge à son mariage, devait rester un bien de la famille royale.

Lire aussi : La fiancée du tsarévitch Georges choisit son diadème de mariage chez Chaumet

Le diadème collier de la reine Paola 

Le 2 juillet 1959, la princesse Paola Ruffo di Calabria épouse le prince Albert, prince de Liège, deuxième fils du roi Léopold III et frère cadet du roi Baudouin. Le mariage d’Albert et Paola était l’un des plus glamours de son temps. Il n’en reste pas moins que d’un point de vue dynastique, cela n’était que le mariage du frère du Roi.

On ne sait pas exactement si Paola a reçu un bijou de la part de sa belle-famille. Son époux, ses beaux-parents, lui ont-il acheté un diadème ? Peut-être en 1959 à son mariage ou en 1960 à l’occasion de la naissance de son fils Philippe ? C’est à cette époque que la princesse Paola est apparue pour la première fois avec un ravissant collier de diamants, qu’elle fera ensuite monter sur une structure pour le porter en diadème à l’occasion.

La princesse Paola porte alors ce diadème très discret autour d’un chignon, par exemple. Lorsqu’elle a besoin d’un diadème plus prestigieux, elle emprunte alors le diadème Art Déco à sa belle-sœur. Lorsqu’Albert II devient roi en 1993, Paola abandonne son diadème collier et porte alors le diadème des Neuf Province ou le diadème Art Déco. Depuis l’abdication d’Albert II, Paola ne porte plus de diadème. Il se pourrait toutefois qu’elle ressorte son diadème sous forme de collier à l’un ou l’autre événement.

Lire aussi : La reine Letizia porte le diadème Cartier de la reine Sofia pour le banquet d’État avec le président italien

Le diadème couronne de lauriers de la reine Mathilde

En 1999, Mathilde d’Udekem d’Acoz a reçu un diadème de la part de l’Association de la noblesse belge, financé par une souscription des membres de l’association, à l’occasion de son mariage avec le prince Philippe, héritier du trône. La famille d’Udekem d’Acoz est elle-même issue de la noblesse. Les membres de la famille étaient écuyers, avec le titre de baron réservé au chef de la famille (l’oncle de Mathilde). Le roi Albert II a élevé les membres de la famille au rang de comtes et comtesses, au mariage de Mathilde avec son fils.

Le diadème offert représente une couronne de lauriers. Il s’agit d’un bijou créé en 1912 par le joaillier anglais Hennel & Sons. Ce diadème comprenant plus de 600 diamants a d’abord appartenu à Helen May White, indique ce site spécialisé. Le diadème peut aussi se porter autour du cou, sans sa structure. Depuis le règne du roi Philippe, la reine Mathilde porte plutôt les diadèmes de la famille royale, bien qu’elle continue à apparaitre avec son diadème couronne de lauriers, surtout en collier.

Le diadème de mariage de la princesse Claire

C’est en 2006 qu’on a perdu la trace de ce diadème. Le diadème était pourtant le cadeau de mariage du roi Albert et de la reine Paola à leur nouvelle belle-fille. Claire Coombs, connue comme la princesse Claire depuis lors, portait ce diadème fin et féminin le jour de son mariage avec le prince Laurent, deuxième fils d’Albert et Paola, le 12 avril 2003.

La princesse Claire a reçu un diadème qu’elle portait le jour de son mariage avec le prince Laurent en avril 2003 (Photo : Reporters/Abacapress)

La princesse Claire, assez discrète, a toutefois eu l’occasion de le reporter à quelques événements. Elle portait ce diadème au mariage du prince héritier Frederik de Danemark ainsi qu’à plusieurs banquet d’État. C’est d’ailleurs au banquet d’État organisé par Albert II en l’honneur de la visite de Beatrix des Pays-Bas, en juin 2006, que la princesse Claire a porté ce diadème pour la dernière fois en public.

En 2007, l’occasion ne s’est pas présentée pour la princesse Claire de se coiffer d’un diadème. En 2008 par contre, elle est la seule princesse à ne pas porter de diadème lors de la visite d’État du président finlandais. Le diadème a-t-il été revendu ? N’était-il plus à son goût ? Est-il précieusement gardé ? Toujours est-il qu’en 2010, c’est un tout nouveau diadème qui est apparu pour la première fois sur la tête de la princesse Claire.

Lire aussi : Gabriella d’Autriche portait le diadème des princesses luxembourgeoises à son mariage

Le mystérieux diadème de la princesse Claire

C’est en 2010 que le princesse Claire est apparue pour la première fois avec ce diadème de diamants et de perles, qui a soulevé quelques questions. Le diadème fut même l’occasion de lancer quelques rumeurs. La princesse Claire portait ce diadème au mariage de la princesse héritière Victoria de Suède. Il s’agit d’un bijou relativement classique, aux motifs de fleurs de lys surmontées de perles.

En juin 2010, la princesse Claire de Belgique apparait pour la première fois au mariage de la princesse Victoria de Suède avec un diadème inconnu (Photo : Mousse-Nebinger-Orban/ABACAPRESS.COM)

La qualité du bijou a fait l’objet de critiques et de rumeurs. Il faut dire qu’en y regardant de plus près, on se rend compte que les perles sont en réalité des demi perles. On ne sait pas quand le bijou a été fabriqué ou acheté, ni qui est le joaillier derrière cette pièce. On constate aussi que la princesse ne porte plus son diadème de mariage. Peut-être a-t-il été démonté et il a servi à fabriquer celui-ci ? Peut-être est-il précieusement gardé dans un coffre ?

Détail du diadème de perles et diamants de la princesse Claire (Photo : Mousse-Nebinger-Orban/ABACAPRESS)

Dans tous les cas, ce second diadème est rapidement devenu la tiare attitrée de la belle-sœur du roi Philippe. Après le mariage de la princesse héritière Victoria en 2010, c’est ce même diadème qu’elle portait au mariage du prince Albert II de Monaco avec Charlène, en 2011. L’année encore d’après, elle a porté ce diadème au mariage de Guillaume de Luxembourg avec Stéphanie.

Les diadèmes portés par la princesse Astrid

La princesse Astrid a principalement porté deux diadèmes lors d’événements royaux. En 1984, la fille d’Albert et Paola a épousé l’archiduc Lorenz d’Autriche-Este. À son mariage, elle ne portait pas de diadème mais une couronne de véritables fleurs. Avec son époux, elle s’est installée en Suisse et participait à peu d’événements en Belgique. Lorsque la loi salique a été abolie en Belgique en 1991, lui permettant donc d’entrer dans l’ordre de succession, la princesse a gagné quelques responsabilités. Et lorsque son père est monté sur le trône en 1993, la princesse Astrid a pris la décision de rentrer en Belgique.

Durant le règne de son père, la princesse Astrid a elle aussi porté le diadème bandeau Art Déco que lui a prêté sa mère. L’autre diadème qu’elle porte le plus souvent est le diadème des Savoie-Aoste, hérité de sa belle-famille. On ne sait pas si le diadème lui appartient réellement, s’il s’agit d’un prêt d’une des sœurs de son époux ou d’un cadeau.

Ce diadème était utilisé par des membres de la famille royale d’Italie de la branche des ducs d’Aoste. La première à apparaitre sur une photo avec ce diadème est la princesse Anne d’Orléans, fille du duc de Guise. En 1927, la princesse Anne a épousé le prince Amédée de Savoie-Aoste, nommé vice-roi d’Éthiopie par Mussolini en 1937.

La princesse Anne a prêté son diadème à plusieurs princesses italiennes, cousines de son époux. La princesse Marie-Béatrice, fille du roi Humbert II et de la reine Marie-José l’a porté, notamment au mariage de Juan Carlos et Sofia en 1962. La princesse Margherita, la fille ainée de la princesse Anne, a hérité du diadème à la mort de sa mère en 1986. Pour la petite histoire, la princesse Margherita avait déjà emprunté le diadème à sa mère pour assister au mariage du roi Baudouin et de la reine Fabiola en 1960. Le roi Baudouin est aussi le neveu de la reine Marie-José d’Italie.

La princesse Margherita avait épousé en 1953 l’archiduc Robert, l’un des fils du dernier empereur Charles 1e d’Autriche. Margherita et Robert sont les parents de Lorenz. Lorenz et Astrid se sont mariés en 1984 et la princesse Margherita ne possédait pas encore le diadème de sa mère, qui décèdera deux ans plus tard.

La princesse Astrid porte le diadème des Savoie-Aoste lors du banquet d’État organisé à Bruxelles lors de la visite du président Emmanuel Macron en novembre 2018. La reine Mathilde porte le diadème des Neuf Provinces dans sa version bandeau. (Photo : Abacapress)

Le diadème serti de diamants a des motifs de volutes et de feuilles. La partie centrale s’élève plus haut en partant de fleurs et feuilles qui s’ouvrent.

La disparition de trois diadèmes

Plusieurs diadèmes ont disparu de la vue du public. Ont-ils été vendus ? Ont-ils été transmis à des branches cadettes de la famille ? Ont-ils été démontés et ont-ils servi à confectionner de nouveau bijoux ? Certains pourraient simplement être gardés bien précieusement dans un coffre, et qui sait, faire sa réapparition un jour où l’autre.

Le diadème bandeau Cartier de la reine Elisabeth est l’un des joyaux de la cassette royale belge qui a disparu. Il a été vendu aux enchères par la princesse de Réthy en 1987. Léopold III l’avait offert à sa deuxième épouse, lorsqu’il l’a hérité de sa mère, la reine Elisabeth, en 1965. Elisabeth avait acheté ce diadème à motif du rinceau (c’est à dire des rameaux disposés en enroulements successifs) lors d’un séjour à Paris, en 1912. Le diadème avait été confectionné en 1910.

La photo de la reine Elisabeth portant le diadème de rinceau de Cartier trône sur une étagère du salon de la maison Cartier à Bruxelles (Photo : Histoires Royales)

Au centre des rinceaux symétriques se trouve un diamant de taille coussin. La partie supérieure est une ligne de feuilles d’acanthe et la partie inférieure est une ligne de perles de diamants. Ce diadème de style guirlande a été porté à de nombreuses occasions par la reine Elisabeth, comme le jour du mariage de son fils, Léopold, avec Astrid. Vendu aux enchères, le diadème est aujourd’hui entré dans la collection Cartier. Cartier lui-même écrit dans son livre de présentation qu’il s’agit d’un des «plus beaux [diadèmes] conçus par Cartier.»

Détail du diadème de rinceau Cartier de la reine Elisabeth de Belgique (Photo : Histoires Royales/livre Cartier)

Le diadème en émeraudes et diamants de la reine Astrid est un autre bijou ayant disparu des cassettes de la famille royale. Ce collier-diadème est formé d’arceaux de diamants et des diamants sont disposés sur la chaine de diamants. Au centre trois émeraudes de taille plus importante sont disposés à hauteur du front. La reine Astrid portait souvent le diadème sur le front. Elle l’avait reçu de ses beaux-parents pour la naissance de son premier fils, Baudouin, en 1930. Léopold III a également offert ce bijou à sa deuxième épouse, la princesse de Réthy, qui l’a porté en diadème mais aussi démonté sous plusieurs formes. Le bijou a disparu de la circulation mais il semblerait qu’il ait été légué au roi Baudouin. On n’a pourtant jamais vu la reine Fabiola le porter. Peut-être est-il aujourd’hui en possession du roi Philippe et de la reine Mathilde ?

Le diadème de mariage suédois de la reine Astrid est un bijou un peu particulier. Également appelé le diadème de mariage de Stockholm, ce bijou était un cadeau de la Suède à sa princesse, petite-fille du roi Oscar II, à son mariage avec le prince Léopold, héritier du trône de Belgique, en 1926. Le diadème est un très fin bandeau Art Déco duquel part une fine tige sertie de diamants et entourant une grosse perle. La reine Astrid n’a presque pas porté ce bijou. Léopold a légué le diadème de Stockholm à sa seconde épouse. La princesse de Réthy l’a principalement porté démonté, avec la perle en broche ou en collier. Le bijou n’a plus jamais été porté après la princesse de Réthy.

La couronne ducale espagnole de la reine Fabiola est très certainement l’un des bijoux les plus fascinants de la collection de diadèmes de la famille royale belge. Ce diadème forme une couronne et se base sur le modèle d’une couronne ducale en héraldique espagnole. Sur les armoiries des familles de ducs, de comtes, de marquis, on retrouve une couronne qui surmonte le blason. Celle accordée aux ducs est la plus grande, elle est composé d’une monture en or ornée de perles et de pierres précieuses. La monture est surmontée de huit rosaces en forme de fleurs.

Cette couronne a été offerte par le chef d’État espagnol, le général Franco, à sa concitoyenne, Doña Fabiola de Mora y Aragón, à l’occasion de son mariage avec le roi Baudouin, en décembre 1960. Fabiola était issue de la noblesse espagnole. Son père était comte de Mora et marquis de Casa Riera (et non duc). Elle a porté ce diadème pour la première fois lors de la réception organisée la veille de son mariage. Devenue immédiatement reine des Belges à son mariage, Fabiola avait choisi de porter le diadème des Neuf Provinces pour le grand jour.

Par la suite, la reine Fabiola porta très souvent son diadème espagnol des Franco. Le diadème est fabriqué de façon très ingénieuse. Il peut se porter avec le bandeau et les fleurs mais aussi sans le bandeau qui lui donne un aspect de couronne. La version avec les fleurs est plus basse et les grosses pierres précieuses sont interchangeables. La reine Fabiola l’a porté avec des émeraudes, des rubis et même des aigues-marines. Chaque fleur est elle-même détachable et peut être portée en broche ou en pendentif. Complètement démontable en plusieurs pièces, le bijou a également été porté en collier.

Depuis la mort de la reine Fabiola, le diadème a disparu de la circulation. Certains pensent que le diadème est revenu à un neveu espagnol bien que celui-ci dise le contraire. Il est donc probable que le diadème soit précieusement gardé dans un coffre de la famille royale. La reine Mathilde le ressortira-t-elle un jour ou l’autre sous l’une ou l’autre forme ? On dit que le bijou n’est plus porté à cause de ses origines. Porter cet imposant diadème lors d’une visite d’État pourrait ne pas plaire à tous les invités, s’il apprenait qu’il s’agit d’un cadeau de Franco.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr