La famille royale de Norvège commémore les 75 ans de la libération aux côtés du roi Harald : « Nous continuerons à construire la Norvège avec amour »

C’est depuis la citadelle d’Akershus à Oslo, que le roi de Norvège a prononcé son discours, en ce 8 mai 2020, jour de commémoration des 75 ans de la fin de la guerre. Le roi de Norvège était accompagné de sa famille de lors cérémonie. La reine Sonja, le prince héritier Haakon, le princesse héritière Mette-Marit et la Première ministre Erna Solberg étaient également à la forteresse. Après avoir déposé des couronnes de fleurs, le roi Harald a prononcé un discours poignant, s’inspirant du destin tragique d’un résistant. Il a bien entendu fait la comparaison entre la situation actuelle qui nous prive de liberté pour notre bien et la libération que l’on célébrait il y a 75 ans.

Mette-Marit, Haakon, Sonja et la Première ministre à la cérémonie de commémoration de la libération (Photo : Lise Åserud, NTB scanpix)

Lire aussi : Philippe et Mathilde devant la tombe du Soldat inconnu pour le 75ème anniversaire de la victoire des alliés

Discours du roi Harald V de Norvège à l’occasion des 75 ans de la libération, le 8 mai 2020

En hiver 1941, Carl Johan Oftedahl de Stavanger était maintenu en captivité allemande, ici à la forteresse d’Akershus. Avec plusieurs autres Norvégiens, il a été condamné à mort par les nazis pour sa résistance. La dernière nuit où il a vécu, il y avait un message qu’il voulait transmettre à ceux qui restaient : “Saluez nos compatriotes et dites qu’ils doivent construire la Norvège dans l’amour.”

C’est un beau message. Même aujourd’hui. 

(Photo : Lise Åserud, NTB scanpix)

Lire aussi : Charles et Camilla ont dirigé la cérémonie de l’Armistice depuis l’Écosse

75 ans se sont écoulés depuis ce jour, qui est l’un des plus heureux de l’histoire de notre pays : enfin, nous pouvions célébrer la libération après cinq sombres années de guerre.

Aujourd’hui, nous devions célébrer ce grand rassemblement à travers le pays.
Paradoxalement, notre liberté a été restreinte.
Nous ne pouvons pas marquer la journée exactement comme nous l’avions souhaité.    

Pourtant, nous avons beaucoup à célébrer et à être reconnaissants, en ce jour.
Nous célébrons la paix et la liberté.

(Photo : Lise Åserud, NTB scanpix)

Nous célébrons le fait que nous vivons dans un pays où le peuple choisit lui-même ses représentants et où le pouvoir est équilibré et distribué pour notre bien commun.   

Nous célébrons également une force fondamentale dont nous ressentons vraiment la valeur aujourd’hui : la confiance. Notre confiance mutuelle. Et notre confiance en tous ceux qui prennent des décisions importantes au nom de la communauté.

Une grande partie de cela nous manquait pendant les années de guerre. Et tout cela n’est encore qu’un rêve lointain pour une grande partie de la population mondiale à ce jour.

Par conséquent, nous avons de bonnes raisons de rappeler le bruit jubilatoire de mai 1945 et de revivre la joie et la cohésion qui caractérisaient notre pays à ce moment-là.  

(Photo : Lise Åserud, NTB scanpix)

Je veux saisir cette occasion spéciale pour vous remercier chaleureusement au nom de vous tous qui, de différentes manières, nous avez aidés à célébrer la libération avec nos alliés il y a 75 ans.

Vous, ainsi que ceux qui ne sont plus parmi nous, vivrez à jamais dans la mémoire reconnaissante de notre pays. 

La Seconde Guerre mondiale a coûté cher – à la fois humainement et matérielement.

Les villes et les campagnes ont été rasées et réduites en poussière. Beaucoup ont perdu la vie. Les relations ont été rompues et la confiance rompue. Les blessures survivent dans des familles et ce, depuis des générations.

Mais le pays a été reconstruit.

Inlassablement, notre peuple a reconstruit la communauté entière en quelque chose de mieux qu’auparavant. Nous avions beaucoup perdu. Et nous avions reconnu la valeur de ce que nous avions aimé. Nous ne devons pas perdre à nouveau. Lentement, nous avons jeté les bases d’une communauté de bien-être, libre, ouverte et diversifiée dont chacun de nous a la chance de faire partie aujourd’hui. 

Et nous voyons que la communauté que nous avons bâtie ensemble fonctionne. Cela nous donne de bonnes raisons d’être à la fois fiers, heureux et reconnaissants.

Mais ce n’est pas seulement notre propre pays que nous avons reconstruit après 1945. Nous avons éprouvé douloureusement à quel point nous dépendons les uns des autres par-delà les frontières nationales. Nous avons construit des alliances pour nous rendre tous moins vulnérables. Avec un objectif principal en tête : jamais plus de guerre mondiale.

Cette coopération internationale a, dans l’ensemble, fait du monde un endroit plus sûr. Nous devons protéger cela. 

Chers tous,
Aujourd’hui, nous célébrons notre paix, notre liberté et notre gouvernement.
Nous célébrons l’unité et la confiance entre nous.

Nous allons maintenant avancer ensemble, agir et prendre à nouveau conscience de ce qui compte pour nous, de tout ce que nous vivons et ce pourquoi nous vivons.

À une époque où il y a moins de liberté pour nous tous, une période difficile pour beaucoup, nous devons également nous souvenir qu’il faut nous édifier mutuellement .

Encore une fois, on nous a rappelé à quel point nous dépendons de nos petites et grandes communautés. Nous allons faire ressortir le meilleur les uns des autres – afin que chacun puisse contribuer à sa manière à renforcer notre pays pour l’avenir.

Nous suivrons l’appel du résistant Carl Johan Oftedahl : Nous continuerons à construire la Norvège avec amour. »

Source : Kongehuset

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.