Le comte de Paris voit les 500 000 élus municipaux comme les vecteurs de la démocratie

À l’issue des élections municipales qui se sont tenues dimanche dernier, le comte de Paris s’est exprimé sur son site officiel, sur l’importance des municipalités et l’amour qu’il porte à la plus petite collectivité de France. À travers un rappel historique de la formation des municipalités, le prince Jean confirme son attachement aux maires et aux conseillers municipaux, qui sont les élus « les plus à l’écoute du pays ».

Lire aussi : Le comte de Paris rencontre l’ambassadeur de Russie

L’attachement historique des Français aux communes

« Les Français viennent d’élire leurs représentants dans nos 35 000 communes. C’est un moment essentiel de la vie politique de notre pays. La commune, ses élus, son maire sont au cœur de la citoyenneté française. Ils sont à la fois l’âme de notre pacte social et l’expression de cette diversité qui fait notre richesse », écrit le comte de Paris après les élections municipales, partageant une photo de La Chaize Giraud, en Vendée, en guise d’illustration.

Rappelant que la commune est souvent considérée comme la collectivité préférée des Français, le prince Jean d’Orléans a souhaité recontextualiser l’histoire de la formation des communes. « Les premières associations municipales apparaissent dès le XIe siècle, avant même la création de l’Etat capétien qui encourage leur essor et s’appuie sur elles pour réduire l’influence des féodaux. Chacun de nos régimes y a ensuite apporté sa touche ».

« Si les Français plébiscitent les communes, c’est parce qu’elles sont l’espace des avancées concrètes, des progrès réels, de la vraie solidarité. Chacun d’entre nous y trouve les ressorts de sa vie quotidienne : services publics, transport, commerce, éducation, culture… Les maires, les conseillers municipaux sont, parmi nous, ceux qui sont le plus à l’écoute du pays. » Le prince Jean rappelle également combien les élus et les pouvoirs locaux ont été actifs et sollicités par le citoyens lors de la crise sanitaire que nous venons de traverser.

Lire aussi : Jean d’Orléans rend hommage à son grand-père engagé dans la Légion étrangère malgré la loi d’exil qui frappait sa famille

Le comte de Paris veut se battre pour les communes

« La commune a besoin d’être défendue, ses élus et ses agents, mieux soutenus, leurs compétences, valorisées et élargies. Défendre nos communes, c’est d’abord veiller à leur libre administration. Combien de lois, de règlements disposent des compétences des communes comme si elles n’étaient que de simples démembrements de l’État ! Défendre nos communes, c’est respecter leur autonomie financière et veiller à ce qu’elles disposent des justes moyens pour agir. Défendre nos communes, c’est veiller à ce qu’elles conservent une place centrale dans notre organisation territoriale.

Défendre nos communes, mais aussi les promouvoir afin de soutenir et valoriser ceux qui œuvrent chaque jour à leur service : les élus et les agents des communes, qui agissent chaque jour pour l’amélioration du service apporté aux citoyens, les inquiétudes qu’ils expriment sur l’avenir de leur statut, les revendications qu’ils défendent sur leurs niveaux de rémunération méritent d’être mieux entendues. Promouvoir nos communes, c’est aussi élargir leurs missions. Une nouvelle étape de décentralisation est à l’ordre du jour. L’enjeu est important, puisqu’il s’agit d’assortir les politiques publiques à la réalité de chaque commune, sans perdre de vue le principe d’unité, auquel les Français sont légitimement attachés. »

Le comte de Paris va encore plus loin, demandant une réflexion sur l’éventualité d’accorder plus de marge de manœuvre aux élus locaux : « Ne serait-il d’ailleurs pas judicieux de leur donner davantage de place dans les choix qui engagent l’ensemble de la nation ? », questionne le prince Jean d’Orléans. « Nombreux sont ceux qui pensent aujourd’hui qu’il manque un pilier à notre architecture institutionnelle, celui de la démocratie participative. Les 500 000 élus municipaux pourraient être les vecteurs de cette forme moderne de démocratie. »

« Autant de questions sur lesquelles les Français s’interrogent et attendent des réponses. Jouons, la carte d’une vraie déconcentration, d’une vraie décentralisation. Manifestons notre confiance dans une institution qui est le fruit de notre histoire et qui fait, chaque jour, la preuve de sa profonde modernité. Appuyons nous, une nouvelle fois, sur la France vivante de nos 35.000 communes ! »

Lire aussi : La princesse Micaela à l’inauguration du Manoir de Poix

Source : Comte de Paris

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.