La dernière tentative d’empêcher le couronnement du roi des Zoulous a échoué

Le prince Mbonisi est le dernier membre de la famille royale zouloue à avoir tenté d’empêcher le couronnement du roi Misuzulu, son demi-frère. Depuis la mort de leur père il y a un an et demi, Misuzulu a été désigné comme son successeur, fonction de roi confirmée par le président d’Afrique du Sud. La dernière requête du prince Mbonisi a été déboutée par la justice.

Lire aussi : La justice donne son feu vert pour le couronnement du roi Misuzulu des Zoulous

Après bien des tentatives, la cérémonie de couronnement de Misuzulu aura bien lieu

Le couronnement du roi Misuzulu des Zoulous devrait bien avoir lieu le 13 août 2022. La cérémonie a été reportée à de maintes reprises, à cause de la crise sanitaire, d’inondations meurtrières dans la région et surtout, suite aux différents recours devant la justice de plusieurs membres de la famille royale qui ont formé une faction ennemie à l’encontre du nouveau roi Misuzulu.

À la mort du roi Goodwill Zwelithini en mars 2021, son testament indiquait la nomination d’une de ses épouses, la reine Mantfombi, comme régente, le temps de la période du deuil. À l’issue de cette période, le nouveau roi devait être désigné. Rien ne s’est déroulé comme prévu puisque la reine Mantfombi est décédée dans des conditions suspectes, au bout de trois semaines de régence. Le testament de la reine régente désignait son fils, Misuzulu, comme le nouveau roi. Le conseil de famille a bien voté en ce sens, suivant les directives de la défunte reine. Depuis lors, plusieurs demi-frères et demi-sœurs du nouveau roi clament son illégitimité et veulent empêcher son couronnement.

Après maints recours devant la justice, la Haute Cour de Pietermaritzburg a rendu son verdict début mars 2022. Le couronnement du roi Misuzulu pourra bien avoir lieu. Quelques jours plus tard, le gouvernement sud-africain a publié un communiqué pour relayer la décision prise par le président Cyril Ramaphosa. « En vertu de l’article 8(3)(a) et (b) de la loi de 2019 sur le leadership traditionnel et Khoïsan », le président de la République d’Afrique du Sud « a reconnu le roi élu Prince Misuzulu Sinqobile Zulu comme roi du royaume AmaZulu ».

Le président Ramaphosa a reconnu le roi Misuzulu et la justice rejette la dernière demande de son demi-frère (Photo : capture d’écran YouTube)

Lire aussi : Le président sud-africain reconnaît le roi Misuzulu comme le roi des Zoulous

Un dernier recours a eu lieu ces derniers jours, mené par le prince Mbonisi. Le recours d’urgence était soutenu par 12 autres membres de la famille royale comme le prince Mxolisi et le prince Vulindlela. Le juge a rejeté la demande, ce 26 juillet, affirmant ne pas reconnaître le caractère urgent de la demande, explique IOL. Le prince Mbonisi et les autres requérants s’attaquaient non seulement à Misuzulu mais aussi au président et au tribunal ayant donné l’accord pour démarrer l’organisation de la cérémonie de couronnement.

Lire aussi : Charlène de Monaco en pleurs aux funérailles du roi zoulou Goodwill Zwelithini

Le couronnement est prévu à Nongoma et à Durban

La famille royale zouloue ne manque pas d’argument pour demander à la justice d’empêcher ce couronnement. Entre l’accusation d’avoir falsifié le testament du défunt roi et les différentes allégations de consommation excessive du nouveau roi, la dernière rumeur en date, présentée devant le tribunal, concerne des relations incestueuses qu’aurait eues Misuzulu avec une princesse de sa propre famille.

La cérémonie de couronnement devrait bien avoir lieu le 13 août à Nongoma et à Durban, la capitale du KwaZulu-Natal. La cérémonie sera de très grande ampleur, avec des milliers de spectateurs. Il s’agira d’une première du genre en un demi-siècle. Le roi Goodwill Zwelithini a succédé à son père sur le trône zoulou en 1968 mais son couronnement ne sera organisé qu’après son retour en Afrique du Sud en 1971. Environ 30 000 personnes avaient assisté à cette cérémonie affirme News 24. Goodwill Zwelithini a régné pendant plus de 52 ans. Il s’agira de la première cérémonie de couronnement depuis cette date et la première qui bénéficiera d’une telle couverture médiatique.

L’article 212 de la constitution sud-africaine reconnaît un certain nombre de royaumes traditionnels, dans lesquels les monarques occupent un réel rôle de médiateur au niveau local et un rôle symbolique, en tant que garant de la préservation culturelle de leur tribu. Le roi Misuzulu Zulu est le souverain du peuple zoulou, anciennement regroupé dans le Zoulouland, qui aujourd’hui fait partie de la province sud-africaine du KwaZulu-Natal. Parmi les royaumes traditionnels, celui des Zoulous est le plus important en termes de population. La population étant majoritairement regroupée dans la province du KwaZulu-Natal, la famille royale zouloue a été attribuée comme souveraine de ce territoire, le roi des Zoulous agissant comme un monarque constitutionnel. Par exemple, c’est le roi qui ouvre chaque nouvelle année parlementaire, comme en Norvège, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni.

Après des siècles de clans et tribus dirigés par un chef, le royaume des Zoulous (ou Empire zoulou) fut un État reconnu lorsqu’il acquit son indépendance en 1816. Au milieu de son règne, en 1883, le roi Cetshwayo kaMpande vit son royaume devenir le Zoulouland et passer sous le contrôle britannique. Lorsque l’Afrique du Sud prit son indépendance en 1961, la république reconnut également une liste de royaumes traditionnels. Les Zoulous représentent un cinquième des habitants d’Afrique du Sud.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr