La reine régente des Zoulous est décédée

Le porte-parole de la famille royale zouloue a confirmé la terrible nouvelle. L’une des veuves du roi Goodwill Zwelithini est décédée. La reine Mantfombi assurait la régence depuis la mort de son époux à la mi-mars. Elle devait assurer la transition pendant la période de deuil de trois mois, qui devait selon toute vraisemblance aboutir à l’élection de son fils, le prince Misuzulu comme successeur de son père.

La reine Mantfombi Dlamini est décédée le 29 avril 2021 à 65 ans. Ici photographié avec son époux, le roi Goodwill Zwelithini, lors d’une visite à Londres (Photo : Suzan/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Qui sont les 6 femmes et les 28 enfants du roi zoulou Goodwill Zwelithini ?

La sœur du roi Mswati III est décédée à 65 ans

Le prince Buthelezi a publié un communiqué annonçant que «c’est avec le plus profond choc et détresse que la famille royale annonce le décès inattendu de Sa Majesté la reine Shiyiwe Mantfombi Dlamini Zulu, régente de la nation zouloue».

«Cela nous a pris par surprise et nous a laissés complètement dépourvus. Il est vrai que le Seigneur seul connaît les jours qu’Il a alloués à chacun de nous», précise le communiqué. La reine régente Mantfombi était hospitalisée depuis quelques jours. Elle avait été admise à l’hôpital de Durban.

La reine Mantfombi, 65 ans, troisième des six épouses du roi zoulou Goodwill Zwelithini a été désignée régente du royaume traditionnel après la mort de son époux, le 12 mars dernier. Une période de deuil de trois mois avait été imposée dans le royaume, période à l’issue de laquelle le nom du successeur sera enfin annoncé.

«Au nom de la famille royale, je tiens à assurer à la nation que, même si nous sommes tous frappés à juste titre par le chagrin». Le prince Buthelezi, qui assure aussi une fonction ministérielle au sein du royaume traditionnel, assure qu’il n’y aura pas de vacance sur le trône. Ce qui laisse présager qu’un nouveau régent sera nommé très prochainement.

La reine Mantfombi et les autres veuves du roi Goodwill Zwelithini avaient assisté à ses funérailles il y a un mois (Photo : capture d’écran YouTube)

La régente de la nation zouloue est décédée subitement

Très prochainement, des détails seront donnés concernant les funérailles de la Reine. Il y a un mois, le roi Goodwill Zwelithini avait eu droit à des funérailles nationales, auxquelles de nombreuses personnalités ont assisté, malgré les conditions sanitaires qui interdit les rassemblements. Le président sud-africain avait fait le déplacement ainsi que la princesse Charlène de Monaco très attristée par la mort du charismatique mais controversé leader africain.

La cause du décès de la reine Mantfombi Dlamini n’est pas précisée. Elle avait été hospitalisée, dit-on, à cause de tensions ressenties dans la famille. Depuis la mort du roi Goodwill Zwelithini, la famille royale tentait d’influencer la reine régente afin qu’elle choisisse l’un ou l’autre prince pour monter sur le trône. «Une source au sein du palais royal a déclaré que l’état de santé était connu de très peu de gens dans le palais en raison des «problèmes» entre certains hauts dirigeants de la famille royale», expliquait le média local IOL, il y a quelques jours.

La reine Mantfombi avait été choisie comme l’épouse principale du roi des Zoulous, principalement pour ses origines royales. La polygamie étant peu acceptée dans le protocole occidentale, c’est la reine Mantfombi qui occupait la place de Première dame lors des événements protocolaires à l’étranger. La reine Mantfombi, appartenant à l’ancestrale dynastie Dlamini, elle était l’une des centaines d’enfants du roi Sobhuza II du Swaziland.

Actuellement, son frère, Mswati III, dernier monarque absolu d’Afrique, règne sur ce pays enclavé entre l’Afrique du Sud et la Mozambique, qu’il a rebaptisé Eswatini en 2018. Le roi zoulou partage de nombreuses traditions avec le peuple swazi et ce mariage, célébré en 1977, a permis d’unir deux grandes familles royales. Comme le roi Mswati III, le roi Goodwill Zwelithini organise la cérémonie des roseaux chaque année, invitant toutes les vierges du royaume à venir danser nues devant lui. Le roi Mswati III, quant à lui, a 15 femmes et 34 enfants.

Le statut important de Grande Épouse et son sang royal confèrent à sa descendance une considération élevée. C’est pourquoi, son fils aîné, le prince Misuzulu est perçu comme l’héritier potentiel au trône. Né en 1974, le prince suit actuellement des études universitaires en gestion d’affaires internationales à l’université de Jacksonville, en Floride. Bien qu’on lui connaisse déjà un enfant, il ne semble pas encore être marié.

La reine Mantfombi est la mère de huit enfants du roi Goodwill Zwelithini : le prince Misuzulu Zulu, la princesse Ntandoyesizwe Zulu, la princesse Namkhosi, la princesse Bukhosibemvelo, le prince Lungelo, le prince Mandlesizwe, le prince Bizwekhaya et le prince Masikomahle.

Bien que le roi des Zoulous ne soit pas le souverain d’un État, l’article 212 de constitution sud-africaine reconnait l’existence des royaumes traditionnels et permet à ses dirigeants, (dont le roi zoulou) d’être la figure culturelle de leur nation. Il est le garant des traditions mais il a également des fonctions officielles, propre à la provinces qui lui est associée. Dans le cas du roi des Zoulous, il ouvre les sessions parlementaires de la province du KwaZulu-Natal, comme un souverain le fait dans une monarchie parlementaire classique. La monarchie du roi des Zoulous touche des subsides gouvernementaux (3,7 millions € cette année), notamment pour l’entretien de ses palais. Elle se base en partie sur le territoire de l’ancien bantoustan du Zoulouland.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr