Le discours de la fête nationale 2022 du roi Philippe qui appelle à la cohésion

C’est une tradition, la veille de la fête nationale, le roi des Belges prononce l’un des deux discours de l’année, le second étant à l’occasion de Noël. Ce 20 juillet, le roi Philippe a pris la parole dans son bureau, au Palais royal, pour délivrer un message marqué par les notions de tolérance, de démocratie et de cohésion. Le roi Philippe a abordé sa récente visite au Congo, la reprise économique compliquée après la crise sanitaire et la guerre en Ukraine.

Lire aussi : Discours historique au Congo : le roi Philippe exprime son « plus profond regret » pour ce régime « marqué par le paternalisme, la discrimination et le racisme »

Un discours de fête nationale post-crise

Ce 20 juillet 2022, veille de fête nationale, le roi Philippe a pris la parole. Son discours de fête nationale a débuté en adressant ses félicitations autorités « qui ont fortement contribué, en prenant des mesures de soutien efficaces », à nous permettre de retrouver notre liberté après plus deux ans de lutte contre le Covid.

« Aujourd’hui, nous renouons progressivement avec la croissance. Même si des déséquilibres subsistent sur le marché du travail, l’emploi continue d’augmenter. Cependant, un certain nombre de nos concitoyens, notamment parmi les jeunes, sortent fragilisés de la pandémie. Ils ont besoin d’être écoutés, d’être compris dans leur vécu et d’être encouragés », a mis en garde le roi, qui en a profité pour féliciter la reine Mathilde pour son travail. « Je suis fier du travail que fait mon épouse, la Reine Mathilde, pour soutenir la prise de conscience et la prévention dans le domaine du bien-être mental. »

Le roi Philippe a mis en avant la « cohésion », terme qui est apparu à sept reprises dans son discours, qui a permis à notre société de ne pas flancher pendant la crise. « Si nous avons pu gérer une crise comme celle de la pandémie, dans le respect de la démocratie, c’est avant tout grâce à notre cohésion sociale. Une cohésion qui s’est exprimée aussi dans l’aide apportée aux victimes des inondations en Wallonie. Lors de notre récente visite dans la région, nous avons pu constater que de réels progrès ont été réalisés, même si des difficultés subsistent. » Il y a quelques jours, le roi et la reine étaient en province de Liège pour assister à la cérémonie officielle en mémoire des victimes des inondations.

Discours de fête nationale 2022 du roi Philippe de Belgique (Photo : capture d’écran vidéo)

« Nous ne nous laisserons pas diviser par le chantage que nous impose une puissance nucléaire »

Le roi Philippe a ensuite entamé un autre chapitre, le volet international, avec une attention particulière concernant la situation en Ukraine. « Avec la guerre en Ukraine, nous sommes entrés dans une nouvelle période de l’histoire. Pour l’Ukraine d’abord, mais aussi pour notre pays, pour l’Europe, pour le monde entier. La guerre est tristement revenue à l’avant-plan de l’actualité, très près de chez nous, causant des souffrances inouïes. »

« Les Ukrainiens se battent et meurent pour sauver leur pays, mais aussi pour sauvegarder la démocratie et les valeurs que nous partageons avec eux. Nous ne nous laisserons pas diviser par le chantage que nous impose une puissance nucléaire pour rompre notre solidarité avec l’Ukraine. Nous continuerons de soutenir le peuple ukrainien. »

Le roi Philippe a expliqué que cette guerre avait des conséquences directes et indirectes sur nos vies. Cela se voit déjà chez nous par la pénurie de produits ou l’inflation. « La forte augmentation du coût de la vie risque de fragiliser notre économie, mais aussi notre société. La montée des prix rend la vie difficile pour nombre de nos concitoyens. En premier lieu les ménages à bas revenus, les familles monoparentales et les personnes vivant d’un revenu de remplacement. »

« Nous devons absolument éviter que les écarts continuent à se creuser entre les différentes couches de la population. Que de nouvelles poches de pauvreté s’installent, ou s’étendent. Notre modèle de société, basé sur l’inclusion et la solidarité, peut absorber ces nouveaux chocs. Mais cela ne se fera pas tout seul. La hausse du coût de l’énergie rendra inévitable des choix difficiles. »

Sur un autre sujet, le roi Philippe s’inquiète d’entendre « de plus en plus de discours agressifs. Nous voyons aussi une résurgence de régimes et de réflexes autoritaires, qui ne poursuivent que leur propre intérêt aux dépens des autres. À ces défis, répondons par une foi inébranlable en la démocratie. En favorisant la cohésion et l’inclusion. En n’attisant pas ce qui pourrait nous diviser. En osant cultiver la nuance et la bienveillance. »

Le roi Philippe en vient à parler de cette même « cohésion au sein de l’Union européenne qui nous a permis de formuler des réponses communes dans les domaines de la santé, de la défense, de l’énergie et de l’accueil des réfugiés. » Le roi en profite aussi pour ne pas oublier de penser au réchauffement climatique, qui pas nos tracas du quotidien semble passer au second plan.

Pour terminer, le roi Philippe est revenu sur son récent voyage en République démocratique du Congo, un voyage dans l’ancienne colonie belge qui était très attendu par les commentateurs politiques, où il a prononcé un discours historique. « Lors de notre voyage au Congo nous avons pu tourner une page importante de notre histoire commune avec la RDC. Les choses ont été dites, des gestes forts ont été posés. »

« Avoir un regard apaisé sur notre passé commun permet de construire ensemble des projets pour l’avenir. Le peuple congolais a de grandes attentes vis-à-vis de notre pays. Travaillons ensemble pour l’aider à progresser vers plus de sécurité, de justice et de démocratie. » Enfin, le roi conclut en mettant en garde. « Les défis auxquels nous sommes confrontés restent nombreux. Mais si nous gardons le cap, si nous préservons notre cohésion, nous pouvons assurer notre avenir. »

YouTube video

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr