Le discours du prince Charles au 5e Forum international sur la Shoah : “Une seule vie humaine est un univers tout entier”

Aujourd’hui, les yeux du monde étaient rivés vers Israël où se déroulait le 5e Forum international sur la Shoah, au mémorial de Yad Vashem. Une cinquantaine de chefs d’État étaient présents à Jérusalem. De nombreuses royautés ont assisté à la cérémonie dédiée à la commémoration du 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz, dont le prince Charles. Ce dernier a prononcé un discours profond, évoquant sa grand-mère la princesse Alice et la nécessité de continuer à combattre toute sorte de haine et de violence.

S.A.R. le prince de Galles à côté d’Emmanuel Macron lors du discours du président Rivlin

Lire aussi : Revoir toute la cérémonie du 5e Forum international sur la Shoah

Le prince de Galles a prononcé un discours à Yad Vashem

Le prince de Galles était la seule des royautés présentes aujourd’hui, à avoir eu l’honneur de prononcer un discours, succédant ainsi à Emmanuel Macron, Netanyahu ou encore Vladimir Poutine et Mike Pence, qui ont pris la parole quelques minutes avant lui.

« L’ampleur du génocide qui s’est abattu sur le peuple juif défie toute compréhension et cela peut nous faire perdre nos compréhension, nous qui vivons dans l’ombre de ses événements indescriptibles. C’est pourquoi des lieux et des événements comme aujourd’hui sont si importants. Vous avez subi la barbarie de la Shoah, que ce soit à titre personnel ou que cela soit arrivé à des proches. Mais non ne devons jamais oublier que c’est aussi notre histoire, une histoire d’une inhumanité inconcevable et c’est une histoire que notre humanité doit apprendre. Ce n’est pas parce que le mal ne peut pas être compris, qu’on ne peut pas le surmonter. »

Le prince de Galles a prononcé un discours à Yad Vashem, ce jeudi 23 janvier 2020 (Crédits : capture YouTube)

« Cela a aussi été un privilège d’avoir pu rencontrer tant de survivants de la Shoah tout au long de ma vie. Ces souvenirs sont source d’inspiration. » Le prince Charles a pris l’exemple d’Anita Lasker-Wallfisch, une violoncelliste de talent, qui s’est installée en Grande-Bretagne après avoir survécu aux camps. Il a rappelé qu’on l’avait déshumanisée en lui enlevant son nom pour le remplacer par des chiffres sur le bras. Mais aujourd’hui, grâce à son talent, elle a réussi « en partant de l’horreur, à offrir l’harmonie, la guérison et l’espoir. »

« Chaque histoire, comme l’histoire d’Anita Lasker-Wallfisch représente la force de l’esprit, le courage inégalable qui a réussi à faire exprimer le meilleur de l’humanité face au pire de l’inhumanité. » Le prince de Galles en a pris l’exemple de sa grand-mère, la princesse Alice de Grèce, qui a caché des juifs pendant la guerre, ce qui lui a d’ailleurs valu de devenir une Juste parmi les nations. La mère du duc d’Édimbourg est enterrée sur le Mont des oliviers et un arbre a été planté à son nom à Yad Vashem. « Ceci est une source de fierté immense pour moi et ma famille. Cela fait presque toute la durée d’une vie depuis que l’Holocauste s’est déroulé sur le continent européen et ceux qui l’ont vécu sont devenus de plus en plus rares. Nous devons nous assurer que leur histoire continue à être connue à travers l’histoire. »

« La Shoah ne doit jamais devenir un fait de l’Histoire, nous devons sans cesse être horrifiés et émus par ce que les gens ont vécu. Les leçons de la Shoah restent pertinentes de nos jours. 75 ans après la libération d’Auschwitz-Birkenau, la haine et l’intolérance guettent le cœur humain. Cette haine se déguise et cherche sans cesse de nouvelles victimes. Les mots sont utilisés pour faire honte aux autres. »

« Nous devons combattre les mensonges et être résolus à combattre les mots et les actes de violence. Nous devons transformer nos sociétés pour que le germe de la division ne se développe pas. Et nous devons toujours nous rappeler que chaque être humain a été créé “betsalem elohim”, à l’image de Dieu et que ne serait-ce qu’une seule vie humaine est “olam maleh”, un univers tout entier ».

« En mémoire des millions qui ont péri lors de l’Holocauste, renouvelons notre engagement en faveur de la tolérance et garantissons que ceux qui ont vécu cette période obscure servent, comme le disait le prophète Isaïe, de lumière pour guider les générations futures. »

Lire aussi : Le président israélien n’a pas reconnu le roi Philippe à Yad Vashem

Les autres royautés présentes au Forum international sur la Shoah

Si le prince Charles était la seule royauté invitée à prendre la parole durant la cérémonie, la veille, la veille, le roi Felipe VI avait prononcé un discours émouvant sur le devoir de mémoire, lors du dîner organisé à la résidence du président israélien, en marge du Forum. Trois rois étaient présents à la cérémonie, le roi des Pays-Bas, le roi d’Espagne, le roi des Belges. Le grand-duc Henri, souverain du Luxembourg et le prince héritier Haakon de Norvège, fils du roi Harald, étaient également présents.

S.M. le roi Felipe VI et S.M. le roi Willem-Alexander, S.M. le roi Willem-Alexander, S.M. le roi Philippe, S.A.R. le prince héritier Haakon et S.A.R. le grand-duc Henri (Crédits : capture YouTube)

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.

No Comments Yet

Leave a Reply