Élections en Éthiopie : la Couronne assure qu’elle «ne cessera jamais de travailler pour soulager les souffrances des Éthiopiens»

Ce 21 juin 2021, les Éthiopiens sont appelés aux urnes. Ces élections législatives sont cruciales pour l’avenir de l’Éthiopie. L’élection a été repoussée d’un an à cause de la crise sanitaire et se déroule dans le terrible contexte d’un conflit sanglant, d’une famine imminente dans le nord du pays et de tensions entre les principaux groupes ethniques. Le représentant du Conseil de la Couronne, le prince Ermias, a assuré aux Éthiopiens que la famille royale ne les abandonnerait jamais.

Message du président du Conseil de la Couronne la veille des élections législatives en Éthiopie (Photo : Ethiopian Crown)

Lire aussi : Le petit-fils de l’empereur Haïlé Sélassié pleure la mort du prince Philip, grand ami de l’Éthiopie

Le prince Ermias assure le soutien indéfectible de la Couronne envers le peuple éthiopien

Le prince Ermias Sahle-Selassie Haile-Selassie, Président du Conseil de la Couronne d’Éthiopie, a adressé un message à la population, sous la forme d’une déclaration d’unité. Il tenait à remercier les partisans monarchistes qui avaient été nombreux à lui adresser un message à l’occasion de son 61e anniversaire, le 14 juin dernier. Il a profité de l’occasion pour envoyer un message de remerciement à la population. Il souhaite «rediriger cette vague de bonnes ondes vers le peuple éthiopien alors qu’il se prépare à faire son devoir le 21 juin 2021 pour voter aux élections nationales, alors même que la nation souffre de la sécheresse, de la tragédie des combats et de graves pressions internationales.»

Sur les 547 circonscriptions que compte le pays, 78 d’entre elles ne pourront pas voter, à cause des conflits en cours, notamment dans la région du Tigré. Tous les autres Éthiopiens sont appelés à voter parmi les 9000 candidats, pour élire 547 élus parlementaires. Le chef du parti majoritaire devient aussi le Premier ministre. Il s’agit du premier scrutin libre et démocratique dans l’histoire de ce pays qui compte près de 111 millions d’habitants.

«Nous avons tellement enduré en Éthiopie depuis le coup d’État qui a eu lieu il y a 47 ans, et nous ne pouvons pas nous permettre de laisser notre famille éthiopienne bien-aimée sombrer dans des souffrances et une ignominie encore pires en ce moment », a déclaré le prince Ermias, représentant de la Couronne, qui milite pour le retour à la monarchie dans le pays. Il soutient son cousin, le prince Zera Yacob Selassie en tant que prétendant au trône. «Nous devons, une fois pour toutes, nous rassembler car il n’y a pas d’autre moyen pour nous de reconstruire la grandeur de l’objectif qui nous guide depuis plus de trois millénaires.»

«Soyez assurés que le Conseil de la Couronne n’a jamais cessé et ne cessera jamais de travailler pour soulager les souffrances des Éthiopiens et pour veiller à ce que la communauté internationale reconnaisse l’importance et la dignité historique de l’Éthiopie et des Éthiopiens. J’ai travaillé encore plus intensément ces derniers temps aux plus hauts niveaux du monde pour tenter de faire entendre le cas de l’Éthiopie», rappelle le prince, qui travaille activement pour l’ancienne Couronne. Il y a quelques semaines, il a notamment rencontrer le pape François au Vatican. Il promet aussi rencontrer prochainement les dirigeants des églises orthodoxes.

Le prince Ermias d’Éthiopie rencontre le pape François en mai 2021 (Photo : Ethiopian Crown)

Lire aussi : Le prince Joel d’Éthiopie valorise les grandes histoires africaines

«Nous sommes à une époque de grand espoir que la grandeur de l’Éthiopie revienne»

«Nous avons offert tous nos services pour aider à résoudre les différends sur la gestion future de notre grand fleuve du Nil, que les Éthiopiens considèrent vraiment comme une ressource pour l’humanité pour laquelle ils ont reçu une grande responsabilité. C’est, en fait, un enjeu qui peut être considéré comme la pierre angulaire d’un Grand Bargain, digne d’un Empereur Hailé Sélassié ou d’un Anwar as-Sadate, pour apporter la prospérité à toute notre région.»

Le prince Ermias a ajouté : «J’ai la chance d’être en bonne santé à cette période de ma vie afin que je puisse consacrer toutes mes énergies à aider à guérir les grandes blessures infligées à notre famille éthiopienne bien-aimée au cours du dernier demi-siècle, et à veiller à ce que ces décennies d’isolement ne seront peut-être jamais perçues par les puissances étrangères ou les dissidents nationaux comme un signe que nous sommes aujourd’hui affaiblis et en désunion. Nous sommes, en fait, à une époque de grand espoir que la grandeur de l’Éthiopie revienne : une grandeur soutenue par l’équité, l’égalité et la fierté de la nature unique de tous les Éthiopiens. »

Le prince Ermias, né en 1960, est 9e dans l’ordre de succession à l’ancien trône impérial. L’actuel prétendant au trône est son cousin, le prince Zera Yacob Selassie, fils du dernier prince héritier Amha Selassie. Le prince Ermias est le petit-fils de l’empereur Hailé Selassie et de l’impératrice Menen, par leur dernier enfant, le prince Sahle. Après des études au Royaume-Uni et aux États-Unis, le prince Ermias Sahle a décroché des fonctions dans la vie publique. Il est à présent président du Conseil de la Couronne, qui promeut les activités de la famille royale et milite pour le retour à la monarchie. Le messie des Rastafari, le dernier négus d’Éthiopie, Hailé Selassie 1e, a régné de 1930 à 1974. Après avoir été renversé par un coup d’État de la junte marxiste, il est mort assassiné en 1975.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr