Elizabeth II n’est plus reine de la Barbade : le prince Charles assiste à la cérémonie de transition républicaine

Ce 30 novembre à minuit et une seconde, la reine Elizabeth II a perdu son trône dans le royaume de la Barbade, devenue à cette heure précise la république de la Barbade. En tant qu’héritier du Commonwealth, le prince Charles avait accepté l’invitation du pays à se rendre à la cérémonie d’installation de la première présidente de la Barbade, Sandra Mason.

Lire aussi : Le prince Charles vit ses derniers instants d’héritier du royaume de la Barbade

Fin de règne pour Elizabeth II à la Barbade

Dans la soirée du 29 novembre, un concert de plusieurs heures était organisé devant le tribunes officielles installées au cœur de Bridgetown, la capitale barbadienne. À la fin du concert, c’est un défilé militaire qui a suivi, alors que les autorités du pays se sont installées dans les tribunes. Le prince Charles, encore héritier du royaume, était le plus haut représentant du pays à cette heure précise. Les différentes troupes, policiers, militaires, pompiers, ont défilé en tournant leur tête vers le fils d’Elizabeth II.

Le prince Charles assiste à la cérémonie de transition républicaine devant le bâtiment du Parlement à Bridgetown (Photo : Jonathan Brady/PA Wire/Abacapress)

Les étendards des troupes armées portent les armoiries de la reine Elizabeth II et le prince Charles regarde les soldats qui pour la dernière fois lui accorde les honneurs en tant qu’héritier du trône. Quelques minutes avant minuit, Sandra Mason, gouverneure générale de la Barbade, est arrivée dans un manteau tigré. Elle a été accueillie dans la tribune par Mia Mottley, l’actuelle Première ministre. Sandra Mason, 72 ans, est gouverneure générale, soit la représentante locale d’Elizabeth II, depuis 2018.

Le défile militaire devant la tribune royale et le prince Charles (Photo : capture vidéo PMOBarbados)
Le prince Charles vit ses derniers instants en tant qu’héritier du trône de la Barbade (Photo : capture vidéo PMOBarbados)

Lire aussi : Abandonner la monarchie n’est pas une priorité pour la Première ministre néo-zélandaise

La présidente Sandra Mason prête serment le 30 novembre 2021

Une fois les futurs pouvoirs du pays installés, les quelques dernières minutes du lundi 29 novembre ont servi à la diffusion d’un reportage sur l’histoire du pays. Le 30 novembre est le jour de la fête nationale de la Barbade, un micro-État de 430 km2, qui compte 300 000 habitants. Le 30 novembre a été choisi comme jour de fête nationale pour commémorer le 30 novembre 1966, date à laquelle le pays a pris son indépendance du Royaume-Uni.

Sandra Mason et les autorités du pays s’installent dans la tribune voisine (Photo : capture vidéo PMOBarbados)

Une fois le reportage terminé, tous les regards se sont tournés vers le cloché du bâtiment du parlement et son horloge. Les aiguilles dorés indiquaient 23 heures 59. Quelques secondes plus tard, au passage à minuit, la république fut proclamée.

L’horloge du parlement indique que la Barbade n’est plus un royaume et devient une république (Photo : capture vidéo PMOBarbados)
L’honorable dame Sandra Prunella Mason est reconnue comme la nouvelle présidente de la Barbade (Photo : capture vidéo PMOBarbados)
Sandra Mason prête serment sur la Bible (Photo : capture vidéo PMOBarbados)

Sandra Mason s’est approchée du micro, a tendu la main et l’a posée sur la Bible. «Moi, Sandra Prunella Mason, je jure que je serai fidèle et porterai allégeance à la Barbade selon la loi. Que Dieu me vienne en aide. Moi, Sandra Prunella Mason, je jure servir la Barbade humblement au poste de présidente. Que Dieu me vienne en aide». Après avoir prêté serment, la nouvelle présidente a signé son serment devant Patterson Cheltenham, le Chef de la justice.

Signature de la première présidente du pays (Photo : capture vidéo PMOBarbados)

Après la signature, le nouvel étendard présidentiel a été hissé et la présidente a été reçue dans l’ordre de la Liberté de la Barbade. Le Chef de la justice a remis la médaille de l’ordre à la nouvelle présidente, qui semble garder son titre de «dame» accordé par la reine Elizabeth II, selon le système nobiliaire britannique. La Première ministre Mia Mottley a à son tour prêté allégeance à la Barbade en prêtant serment sur la Bible. S’en est suivi Patterson Cheltenham, Chef de la justice, il s’agit du chef de la Cour suprême, le plus haut représentant de la justice du pays, puis Dale Dermot Marshall a prêté serment. Dale Marshall est le procureur général du pays, premier conseiller juridique du gouvernement. Le chef de Cabinet et le commissaire de police ont également prêté serment.

La nouvelle président a ensuite consacré les nouveaux drapeaux et étendards sur lesquels ont remarque les armoiries présidentielles à la place des armoiries royales. Le défilé militaire a repris, arborant cette fois-ci les nouvelles couleurs et se tournant vers la présidente, non plus vers la tribune royale.

Le discours du prince Charles dans la république de la Barbade

Après le défilé, le prince Charles a prononcé un discours : «Madame la présidente, j’ai été profondément touché que vous m’invitiez à revenir à la Barbade, à vous rejoindre au nom de la Reine, en un moment si crucial pour votre remarquable nation. La création de cette république offre un nouveau départ mais cela marque aussi une continuité, une étape importante sur la voie que vous avez bâtie».

Le prince Charles prononce le premier discours en république de la Barbade (Photo : capture vidéo PMOBarbados)

«Depuis les jours les plus sombres de notre pays et depuis les atrocités de l’esclavage, qui restera pour toujours notre histoire, les gens de cette île ont dépassé leur passé avec une force extraordinaire. L’émancipation, l’auto-gouvernance et l’indépendance ont été une étape. La liberté, la justice et l’autodétermination ont votre guide. Votre long cheminement vous ont amené à ce moment, pas comme une destination mais comme un point d’observation d’où apparait de nouveaux horizons.»

Le prince Charles s’est ensuite adressé à la présidente, lui rappelant l’importance de sa présence, alors que le régime constitutionnel du pays est en train de changer. Le prince Charles a été invité à la cérémonie de transition républicaine non pas pour constater la destitution d’Elizabeth mais en tant qu’héritier de Commonwealth. Ne voyageant plus à l’étranger depuis quelques années, Elizabeth II envoie son fils pour la représenter. Elizabeth II est le chef de l’organisation du Commonwealth et l’ensemble des pays membres ont reconnu par consensus en 2018 que Charles lui succéderait.

(Photo : capture vidéo PMOBarbados)

Le prince Charles assure que «la collaboration proche et de confiance» restera forte entre la Barbade et le Royaume-Uni, la Barbade restant un membre de l’organisation du Commonwealth. Le prince Charles a rappelé que les deux pays «chérissaient les mêmes valeurs» et qu’ensemble, ils «poursuivraient les buts communs». Le discours du prince Charles a été suivi par celui de la Première ministre, Mia Mottley, et enfin, celui de la présidente, Sandra Mason. La cérémonie d’installation s’est terminée par des performances artistiques et militaire, ainsi qu’un feu d’artifice.

Il ne reste plus que 15 royaumes du Commonwealth

Le 29 septembre 2021, le parlement avait voté pour que Sandra Mason devienne présidente. Son rôle sera toutefois symbolique, étant donné que la plupart des prérogatives reviennent au Premier ministre, comme ce fut déjà le cas jusqu’ici. L’impulsion de l’abolition de la monarchie vient d’ailleurs de la Première ministre, Mia Mottley, qui reste à son poste.

Notons que la première présidente est en apparence apolitique. Avant d’être désignée gouverneure générale de la Barbade par Elizabeth II en 2018, Sandra Mason avait réalisé une carrière dans le droit, puis en tant que juge. Son rôle de présidente reste cérémoniel. La nouvelle constitution républicaine prévoit un mandat de quatre ans, renouvelable une seule fois. Le président n’est pas élu directement par le peuple mais par un scrutin indirect et secret. Le Parlement, composé de l’Assemblée et du Sénat (soit un total de 51 représentants), vote pour élire le président. Si le Premier ministre et le chef de l’opposition se mettent d’accord sur un candidat commun, celui-ci peut aussi devenir président dans le cas où le Parlement donne ensuite son accord à l’unanimité.

Il y a 55 ans, l’île de la Barbade se séparait du Royaume-Uni. Il fut toutefois décidé que l’État resterait un royaume avec à sa tête le chef de la Couronne britannique. La Barbade faisait partie des royaumes du Commonwealth, comme 15 autres pays. En devenant une république, Elizabeth II est destituée, mais la Barbade a choisi de rester membre du Commonwealth, comme c’est le cas de 53 autres pays.

La Barbade est devenue ce 30 novembre 2021, le 4e pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) à devenir une république anglophone. Sur les 54 États membres du Commonwealth, 33 sont dorénavant des républiques, 15 sont les royaumes du Commonwealth (avec la reine Elizabeth comme chef d’État), et 5 sont des monarchies avec leur propre souverain.

Avant la Barbabde, le dernier pays perdu par la reine Elisabeth est Maurice, qui est devenue une république en 1992 mais qui reste membre du Commonwealth. Juste avant son règne, son père avait perdu l’Irlande et l’Inde. L’Irlande a quitté le Commonwealth, alors que l’Inde est toujours membre mais est une république. Il en va de même pour le Pakistan, qui est le premier pays perdu sous le règne d’Elizabeth II.

Dans les Caraïbes, la reine Elizabeth est toujours le chef d’État d’Antigua-et-Barbuda, des Bahamas, de la Jamaïque, de la Grenade, de Saint-Christophe-et-Niévès, de Sainte-Lucie et de Saint-Vincent-et-les Grenadines.

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr