Emmanuel-Philibert de Savoie lance Più Italia, un think tank pour la relance de l’Italie

Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, petit-fils du dernier roi d’Italie, Humbert II, et fils de l’actuel prétendant au trône d’Italie, lance un mouvement, Più Italia. À l’heure actuelle, il s’agit encore d’un groupe de réflexion, bien que nous ne sommes qu’à un pas du mouvement politique. Le prince de Venise avait déclaré fin mars, qu’il réfléchissait à un projet de relance pour l’Italie qui a été durement touchée par la crise du coronavirus.

Lire aussi : Emmanuel-Philibert veut organiser une réunion internationale pour imaginer la renaissance de l’Italie post-coronavirus

Le prince de Venise lance un mouvement de réflexion sur la reconstruction de l’Italie

Ce jeudi 11 juin, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie lancera officiellement Più Italia, avec une première conférence inaugurale… virtuelle. C’est en ligne, sous forme de webinaires (à suivre sur piu-Italia.org) que le prince de Venise organisera dans un premier temps son groupe de réflexion. Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture, se joindra à la première conférence en ligne, qui aura pour conférencier principal Giuliano Noci, directeur de Polytechnique de Milan. D’autres interlocuteurs de premier plan comme des banquiers, des directeurs d’universités et des représentants de grands groupes industriels ont déjà répondu présents pour les prochaines séances. Tout au long de l’été, plusieurs webinaires sont prévus, avec un premier rassemblement physique à Milan ou Rome qui devrait être organisé à l’automne.

Lire aussi : Emmanuel-Philibert de Savoie demande le rapatriement des Italiens coincés à bord de l’Ocean of the Seas

Plusieurs webinaires avant une grande rencontre

« Nous avons été confrontés à un défi que jamais on aurait pu imaginer. Un défi pour la science, pour le monde de la santé, et surtout pour l’économie », annonce le prince Emmanuel-Philibert dans sa vidéo de présentation de son nouveau projet Più Italia. Il fait bien entendu référence à la crise sanitaire du coronavirus que nous venons de traverser. Comme il l’explique au Corriere della Sera, c’est pourtant une idée qu’il a eue avant la pandémie mais l’évolution rapide de la situation de crise « m’a convaincu d’accélérer le projet d’un think tank pour tenter de proposer des idées, des solutions pour le redémarrage du système italien ».

Vittoria de Savoie suivra le projet avec intérêt

Dans sa vidéo de présentation, Emmanuel-Philibert dit qu’il n’est « plus l’heure de polémiquer » mais bien le moment propice « à l’amour ». « Voyez-vous, j’ai toujours aimé notre pays. Même tout petit, quand je pouvais seulement vous regarder de loin, et je l’aime encore plus aujourd’hui. Un aujourd’hui, qui pourtant semble ne pas avoir de demain ». Ce sont toutes ces raisons qui l’ont poussé « à faire quelque chose de concret pour notre Italie ». Ce projet qui a pour but « de reconstruire une Italie dont nos enfants et petits-enfants pourront être fiers » n’est pas lié à la Maison royale de Savoie, l’assure le prince en interview dans Corriere. Pourtant, il indique également que sa fille, Vittoria de Savoie, 16 ans, s’intéressera au projet, bien que pour le moment, l’adolescente doit encore se concentrer sur ses études.

Ce projet de réflexion autour de la reconstruction italienne évoluera au fil du temps, même si pour le moment, ce n’est pas à l’ordre du jour. « Pour moi, la politique prend soin de la patrie, des citoyens, donc c’est vrai que cette initiative va dans ce sens. Mais non, je ne pense pas qu’il soit temps de parler de politique ».

Lire aussi : Emmanuel-Philibert de Savoie aux 142 ans de la Garde d’honneur des tombes royales du Panthéon

Inscrivez-vous sur piu-italia.org pour suivre le premier webinaire à 18 heures.

Source : Corriere della Serra, Più Italia, Facebook

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr