Emmanuel-Philibert de Savoie réagit à l’exil de Juan Carlos

L’annonce du départ de Juan Carlos a ému certaines royautés et proches de l’ancien roi d’Espagne. Plusieurs membres de familles royales étrangères ont utilisé leurs réseaux sociaux pour faire part de leur tristesse de voir partir le père de Felipe. Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, quant à lui, a publié un communiqué en utilisant l’en-tête de son nouveau mouvement Realtà Italia, pour s’exprimer officiellement sur le sujet.

Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie a réagi à l’exil forcé de l’ancien roi d’Espagne (Photo : Instagram/efsavoia)

Lire aussi : Emmanuel-Philibert de Savoie lance son mouvement politique Realtà Italia

Emmanuel-Philibert de Savoie exprime sa tristesse de voir partir Juan Carlos

Le 3 août 2020, le roi émérite Juan Carlos envoyait une lettre publique à son fils, le roi d’Espagne, pour lui signifier qu’il avait pris la décision de partir vivre à l’étranger, sa présence pouvant nuire à l’image de la monarchie, alors qu’il est empêtré dans une enquête pour corruption. Mais ils sont nombreux à avoir manifesté leur affection pour l’ancien Roi qui a été largement incité à partir, bien que la décision finale est la sienne.

Ainsi, le prince de Venise, petit-fils du dernier roi Humbert II d’Italie et fils de l’actuel chef de la Maison royale de Savoie, a lui aussi voulu faire part de son désarroi. Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie a publié un communiqué officiel émanant de Realtà Italia, son nouveau parti politique. « Le départ d’Espagne de Juan Carlos I provoque un moment de profonde tristesse. Aujourd’hui, ce souverain est dépeint comme une personne corrompue avec une image fortement négative, évidemment de nature politique », déplore Emmanuel-Philibert.

Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie a envoyé un communiqué officiel depuis le bureau de la présidence de son parti politique Realtà Italia pour commenter le départ du roi Juan Carlos (Photo : Capture Instagram/efsavoia)

Lire aussi : Juan Carlos est déjà en République dominicaine

Pour le prince de Venise, cette fin est injuste pour l’ancien souverain espagnol

« Ce sera la justice qui décidera de sa culpabilité en tant que simple citoyen. Maintenant en tant que roi, je voudrais simplement vous rappeler que c’est uniquement grâce à Juan Carlos I que l’Espagne, qui était un petit État aux mains d’une dictature depuis près d’un demi-siècle, est devenue l’une des démocraties les plus prospères et les plus avant-gardistes du monde. Un pays jeune et dynamique, qui dans les années 2000 avait une croissance économique sans précédent, un pays dans lequel la culture s’épanouit et où les jeunes ont le rôle de protagonistes tant dans la politique que dans la société civile. »

Considérant la disgrâce dont il est la victime, Emmanuel-Philibert de Savoie continue son plaidoyer envers l’ancien roi : « Si en 1975 l’Espagne n’avait pas eu Juan Carlos I, il n’u aurait pas eu la constitution démocratique de 1978 qu’il souhaitait vivement, et s’il n’avait pas lui-même déjoué en 1981 le coup d’État de la garde civile de Molina, l’Espagne serait retombée dans une dictature. Je crois que l’Histoire saura donner le bon éclairage à l’œuvre de ce Roi injustement contraint à l’auto-exil qu’il s’est infligé, une fois de plus, pour le bien de son pays ».

Lire aussi : Le plaidoyer de Béatrice d’Orléans en faveur de Juan Carlos

Source : Emanuele Filiberto

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.