Pourquoi dit-on le dauphin pour l’héritier du roi ?

Le 30 mars 1349 marque l’entrée du terme de « dauphin » dans le vocabulaire royal français. Aujourd’hui, le mot « dauphin » est utilisé pour désigner tout type d’héritier, au-delà des considérations dynastiques. Pendant plusieurs siècles, le terme désigna le successeur du roi de France, pour autant qu’il fut son descendant.

D’où vient ce titre ? Parle-t-on réellement de l’animal ? Quelle est la signification du dauphin de France ?

Couronne portée par le dernier dauphin de France, Louis-Antoine de Bourbon en 1825, lors du couronnement de son père, Charles X. Sur l’armature de la couronne sont représentés des dauphins

Lire aussi : La famille Bernadotte : ces Français qui règnent sur la Suède depuis 1818

La maison d’Albon à l’origine du surnom de dauphin

Avant d’être utilisé pour désigner le fils aîné du roi de France, le titre de dauphin était utilisé pour désigner le seigneur régnant sur le Dauphiné de Viennois, une principauté du Saint-Empire qui a existé de 1142 à 1349. Sa capitale était Grenoble et recouvre une partie de l’Isère, des Hautes-Alpes et de quasiment toute la Drôme.

La raison exacte pour laquelle le nom de « Dauphin » fait son apparition dans le nom d’un comte régnant sur le territoire de Viennois est, elle-même sujette à discussions. L’origine est parfois légendaire. Toujours est-il que les premiers à prendre pour surnom ou deuxième prénom « Dauphin » sont les comtes d’Albon, dont le premier fut Guigues IV, qui le transmit à son fils, qui à son tour, le transforma en titre.

Le comté d’Albon devient le Dauphiné de Viennois

La famille d’Albon, qui comportait de nombreux Guy, Gui ou Guigues (d’où parfois l’appellation les Guigonides) a régné pendant plusieurs siècles sur des territoires de la Drôme. Cette famille de montagnards, qui apparait dans des écrits dès le 10e siècle, s’empara tels des brigands de plusieurs fiefs, si bien que le chef de la maison d’Albon s’octroya le titre de comte. Leur fief de départ se situe à Albon, une terre appartenant auparavant à l’évêché de Vienne. Ils y construisirent leur château, dont il ne reste plus aujourd’hui que des ruines et une tour.

Au tout début du 11e siècle, Guigues 1e, comte d’Albon acquiert plusieurs terres, Grasivaudan, Briançon, jusqu’à obtenir le comté de Vienne. Les générations de comtes se succèdent Guigues II, Gigues III, Guigues IV, chacun ayant un surnom comme il était courant à l’époque (le Vieux, le Gras,…).

Il se fait que Guigues IV était lui, surnommé ou avait pour deuxième prénom Dauphin. L’hypothèse la plus probable pour ce surnom viendrait que sa mère, Mathilde, était elle-même la fille du duc Robert 1e d’origine normande, qui régna sur la Sicile (sud de l’Italie dont les Pouilles actuelles) et dont un dauphin figurait sur le blason de la ville de Tarente. Aujourd’hui, Dauphin peut paraître étrange, mais il est attesté que Dauphin était un prénom utilisé au Moyen-Âge. De nos jours, ce prénom a disparu, pourtant la version féminine, Delphine, existe toujours.

Guigues IV transmit à son tour son surnom de Dauphin à son fils, Guigues V. En 1142, Guigues V choisit de faire de son surnom, son titre. Il devient alors dauphin de Viennois, qui par conséquent changea le comté d’Albon en Dauphiné de Viennois.

Bague portée par Gigues VIII portant un symbole de dauphin (Collection privée)

Le Dauphiné de Viennois changea plusieurs fois de famille, d’abord à la maison de Bourgogne, puis à la maison de la Tour-du-Pin, car le Dauphiné fut une fois transmit par une dauphine puis une deuxième fois par un cousin, faute de descendant direct. Et ainsi de suite… jusqu’à Humbert II.

Le Dauphiné de Viennois devient une possession du roi de France

Humbert II de la Tour-du-Pin, dauphin de Viennois, a épousé Marie des Baux. Sa situation financière est très critique. Dépensier, peu guerrier, Humbert est tout de même connu pour avoir fondé l’université de Grenoble en 1339. À la mort de son fils, il se cherche un héritier. Il comprend alors que c’est l’occasion unique pour lui de se refaire une situation financière. Il compte offrir son Dauphiné au plus offrant.

Portrait de Humbert II, dernier dauphin de Viennois avant d’être rattaché à la couronne de France (photo : Domaine public)

Au même moment, Philippe VI, roi de France, cherchait par tous les moyens d’étendre son territoire. Après de nombreuses tractations et de déboires entre Humbert II et le Pape, Humbert accepta de vendre son Dauphiné au royaume de France, à condition ce que soit l’héritier du roi qui en soit le responsable et porte le titre de dauphin. Le traité de Romans, qui dicte les conditions exactes de l’héritage, est signé le 30 mars 1349. Il s’agit de la date officielle à laquelle le Dauphiné devient une possession française.

Le premier dauphin n’est pas le fils de Philippe VI, Jean, mais son petit-fils Charles. Quelques mois après la signature du traité de Romains, Philippe VI décède et Jean devient roi. Comme promis, son fils aîné, héritier présomptif acquiert le Dauphiné comme fief et devient officiellement le premier dauphin, en tant qu’héritier du trône de France. Le 1e février 1350, Humbert II convoque les seigneurs et leur explique la situation. Il prononce un discours pour leur demander d’à présent reconnaitre Charles, fils du roi de France, comme leur souverain.

Tableau représentant Humbert II, dauphin de Viennois, annoncer son abdication devant les seigneurs assemblés pour leur demander de reconnaitre la souveraineté du prince Charles, fils du roi de France (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Nicolas 1e de Monténégro : le premier et dernier roi du Monténégro

Les dauphins de France

Le premier dauphin deviendra le roi Charles V, en 1364. Son fils, futur Charles VI, devient automatiquement dauphin lorsque son père monte sur le trône et ainsi de suite. Le traité de Romans fut respecté pendant plusieurs générations, notamment en ce qui concerne le Statut delphinal du territoire, qui octroie aux habitants du Dauphiné des avantages en terme d’imposition.

Le titre s’hérite sans discontinuité pendant des siècles, respectant les règles de transmission jusqu’au 16e siècle. Il faut toutefois noter que dans l’histoire, un seul dauphin (le futur Louis XI) profita de son titre pour régner sur le territoire comme un vrai monarque, tous les autres n’usant que du titre, sans accorder un intérêt particulier pour le Dauphiné. En 1547, lorsque le dauphin Henri devient roi, son fils François (futur François II) devient dauphin à son tour. Mais François ne se fait plus appeler dauphin de Viennois mais dauphin de France.

Cette tradition de nommer dauphin de France le fils ou le petit-fils du roi considéré comme l’héritier, perdura pendant de nombreux siècles et malgré les changements de dynastie. Sous les monarchies constitutionnelles de Louis XVI et Louis-Philippe 1e, l’héritier changea de titre pour être appelé prince royal. Par conséquent, le dernier dauphin de France fut le prince Louis Antoine de Bourbon, fils de Charles X, connu des monarchistes sous le nom de règne fictif de « Louis XI ».

Louis-Antoine de Bourbon, dernier dauphin de France, les princes héritiers suivants porteront le titre de prince royal (Image : Domaine public)

Lire aussi : Michel 1e : le premier tsar de la dynastie Romanov

L’histoire en dates

  • vers 1017 : Guigues 1e obtient le territoire d’Albon et fait de la seigneurie un comté
  • Vers 1100 : Naissance de Guigues IV qui avait pour surnom ou deuxième prénom Dauphin, certainement un clin d’œil au dauphin, animal présent sur le blason de la ville de Tarent dont son grand-père avait pris la possession dans le sud de l’Italie. De plus, Dauphin était un prénom utilisé au Moyen-Âge.
  • Vers 1125 : Naissance de Guigues V, qui reçoit également pour surnom Dauphin.
  • 1142 : Guigues V transforme son surnom de dauphin en titre et le comté de Viennois devient le Dauphiné de Viennois. Il est le premier dauphin de Viennois de l’histoire.
  • 30 mars 1349 : Humbert II de la Tour-du-Pin, dauphin de Viennois, ruiné, vend le Dauphiné au roi de France et signe le traité de Romans. Le Statut delphinal est créé et le roi de France doit promettre que le dauphiné appartiendra à son héritier.
  • 1e février 1350 : Les seigneurs du dauphiné reconnaissent l’abdication de Humbert II et leur nouveau souverain, le fils du roi de France, Charles, futur Charles X.
  • 1364 : Charles devient officiellement le premier prince de France à être le dauphin de Viennois.
  • 1547 : François, futur François II, devient dauphin. Le titre de dauphin de Viennois est modifié et devient définitivement dauphin de France.
  • 1824 : Louis-Antoine de Bourbon, fils de Charles X, ne le sait pas, mais il sera le dernier dauphin de France. Les héritiers des prochains rois porteront le titre de prince royal à la place de celui de dauphin.

D’où vient le mot dauphin pour désigner l’héritier du roi ? Dauphin était un surnom et un prénom utilisé au Moyen-Âge. Guigues IV, comte d’Albon, portait également ce surnom, certainement en mémoire à son grand-père, un duc normand qui avait conquis le sud de l’Italie et notamment la ville de Tarente, qui comprenait un dauphin sur son blason. Par la suite, le surnom de Dauphin fut transmit à son fils, qui a son tour, transforma le surnom en titre.

Qui était le premier dauphin ? Le premier dauphin de Viennois est Guigues V, comte d’Albon et de Viennoirs, qui en 1142 transforma son surnom « Dauphin », en titre. Par conséquent, son territoire changea également de nom et devint le Dauphiné de Viennois.

Qui était le premier héritier du roi à devenir dauphin ? Le premier dauphin de la famille royale est le prince Charles, futur Charles V. Son grand-père, Philippe V, acheta le Dauphiné de Viennois à Humbert II, lorsque celui-ci fut ruiné. En achetant le Dauphiné, il fit la promesse que le Dauphiné soit une possession de l’héritier et non directement du roi. Charles fut officiellement le premier dauphin lorsque son père monta sur le trône en 1364.

Qui était le premier dauphin de France ? Le premier dauphin de France est François, futur roi François II. Avant lui, l’héritier du roi de France portait le titre de dauphin de Viennois. En 1547, fut définitivement adopté le titre de dauphin de France pour le descendant du roi désigné comme héritier.

Qui était le dernier dauphin de France ? Le dernier dauphin de France est Louis-Antoine de Bourbon, parfois appelé Louis XIX, fils de Charles X. Sous les monarchies constitutionnelles, les héritiers portent le titre de prince Royal.

Sources : Gallica, Atelier des dauphins

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.