L’extension de la maison de vacances du roi Philippe fait polémique sur l’île d’Yeu

Le roi Philippe et sa famille, habitués à passer leurs vacances sur l’île d’Yeu, en Vendée, a récemment acheté une maison à rénover sur la partie occidentale de l’île. Il prévoit notamment la construction d’une annexe, pour y loger ses gardes du corps. L’ensemble des démarches pour obtenir le permis de construire a été suivi à la lettre et le conseil municipal lui a donné le feu vert. Un permis qui ne passe pas au sein de l’opposition. En effet, le permis de bâtir a été accordé grâce à une dérogation de la Préfecture qui a fait valoir l’intérêt général de la construction au chef d’État.

polémique extension maison de vacances roi philippe île d'Yeu
Le roi Philippe a pris l’habitude d’emmener ses enfants en vacances sur l’île d’Yeu. Il y a fait l’acquisition d’un bien en état de rénovation en 2019 (Photo : Yves Herman/Pool/Reporters/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Publier les photos du roi des Pays-Bas en vacances en Grèce peut coûter 250 000 € d’amende

L’annexe du roi Philippe en zone naturelle déplait aux habitants de l’île d’Yeu

Cela fait une dizaine d’années que l’on peut croiser Philippe, Mathilde et leurs enfants à vélo, sur les sentiers de l’île d’Yeu, une île vendéenne d’une vingtaine de kilomètres carrés. Alors que la famille royale louait jusqu’à présent une maison à un expatrié belge près de la pointe de la Sablière, on a récemment appris que le souverain était devenu propriétaire en 2019. Le roi Philippe et la reine Mathilde ont acheté une maison à rénover, située de l’autre côté de l’île, sur la partie occidentale, une zone naturelle.

En mars et en août 2020, le roi Philippe, qui utilise le pseudonyme de Philippe Legrand, a demandé deux permis de construire pour une annexe de 40 mètres carrés, qui servira à y loger ses gardes du corps. La municipalité a fini par lui livrer les permis, et la construction revient à des entrepreneurs locaux. Si les permis ont été remplis et délivrés en bonne et due forme, l’opposition a fait savoir son incompréhension lors du dernier conseil municipal de l’Île-d’Yeu, comme l’a relevé Ouest France. Le journal local a également publié une image de la maison inhabitable en l’état.

polémique annexe garde du corps roi philippe île d'yeu
Le roi Philippe, la reine Mathilde, la princesse Élisabeth, le prince Gabriel, le prince Emmanuel et la princesse Éléonore lors de leurs vacances sur l’île d’Yeu en 2013 (Photo : Yves Herman/Pool/Reporters/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Vacances polémiques du grand-duc Henri à Biarritz : le Premier ministre luxembourgeois lui apporte son soutien

Un permis de construire accordé grâce à une dérogation de la Préfecture

Patrice Bernard, à la tête de la formation M’Yeu Ensemble a fait savoir au maire Bruno Noury que l’annexe n’est pas conforme aux normes dans cette zone protégée. En effet, la maison est située route du Ponant, près de la pointe du But, une zone naturelle où s’appliquent certaines règles d’urbanisme très strictes. « Comment un permis de construire a-t-il pu être accepté sur la route du But, en zone naturelle ? », interpelle Patrice Bernard, durant le conseil municipal du 26 janvier 2021. Ce qui pose problème est que la Loi Littoral n’autorise qu’une seule extension de 30 mètres carrés maximum.

La RTBF a contacté le Palais royal, qui a confirmé que tout les permis avaient été obtenus en accord avec la loi. En réalité, le roi des Belges a obtenu le permis grâce à une dérogation prévue dans la loi française au nom de « l’intérêt général ». Cette dérogation permet à un chef d’État de bénéficier d’un passe-droit. La notion « d’intérêt général » se fait valoir ici par la fonction de l’extension, qui sera une dépendance utilisée pour y loger les membres de son service de sécurité. La préfecture de la Vendée a confirmé ces informations et la possibilité d’accorder cette dérogation.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr