François-Antoine de Méan, le dernier prince-évêque de Liège : un souverain devenu primat de Belgique

Le 15 janvier 1831, l’ancien souverain liégeois François-Antoine Méan décède d’apoplexie à 74 ans. Il fut brièvement le tout premier primat de Belgique, à quelques mois de l’ascension sur le trône du premier roi des Belges. François-Antoine de Méan, né comte dans une très importante famille liégeoise, il fut surtout le dernier prince-évêque de Liège, le souverain d’un État qui a scindé la Belgique actuelle en deux pendant 800 ans.

Lire aussi : La Hongroise qui épousa Léopold II

La fin de la principauté-épiscopale de Liège

La majorité des Belges n’a jamais entendu le nom de François-Antoine de Méan. Il fut pourtant le dernier souverain de la principauté de Liège. Là aussi, la majorité des Belges n’a jamais entendu parler de la principauté de Liège. Il s’agit pourtant d’un État souverain qui exista de 985 à 1789, puis pendant encore 6 ans par intermittence. La principauté de Liège n’est pas négligeable. Elle traverse la Belgique de Liège jusqu’à Bouillon, à la frontière française, séparant la province actuelle de Luxembourg du reste des territoires belges.

La carte de la principauté-épiscopale de Liège en 1789, avant la révolution (Image : Histoires Royales)

C’est en 985 que l’évêque Notger de Liège absorbe le comté de Huy et forme la principauté-épiscopale de Liège. Le chef d’État est le prince-évêque de Liège, vassal du Saint-Empire et subordonné au pape. Il possédera aussi les titres de duc de Bouillon, marquis de Franchimont, comte de Looz et de Horne ou encore baron de Herstal. À partir de 1684, le prince-évêque obtient les pleins pouvoirs pour lui, les chanoines de la cathédrale Saint-Lambert et la noblesse. La population est frappée par la mendicité. En 1684, César-Constantin-François de Hoensbroeck devient le nouveau prince-évêque de Liège. Connu comme le « bourreau » ou le « tyran de Seraing », il va mener une politique très autoritaire. Il défait les réformes plus sociales et humanistes de son prédécesseur, François-Charles de Velbrück.

Le prince-évêque César-Constantin-François de Hoensbroeck est connu comme le tyran de Seraing (Image : domaine public)

En juillet 1789, la révolution éclate à Paris, entraînant la Révolution liégeoise. Malgré l’abolition des lois totalitaires de 1684, le prince-évêque Hoensbroeck est contraint de fuir en Allemagne. Le 18 août 1789 est proclamée la république de Liège. Fin 1790, l’empereur Léopold II du Saint-Empire reprend possession de ses territoires des Pays-Bas et réinstaure la principauté-épiscopale de Liège en janvier 1791. Le prince-évêque Hoensbroeck retrouve son trône et les Liégeois révolutionnaires fuient vers Paris.

Lire aussi : Le voyage de Léopold 1e de Londres jusqu’à sa prestation de serment en 5 jours

Le règne du dernier prince-évêque de Liège

Le 3 juin 1792, meurt le prince-évêque Hoensbroeck. Son neveu, François-Antoine de Méan lui succède. Le 21 septembre 1792, l’abolition de la royauté est proclamée en France et la révolution reprend dans les territoires voisins, d’autant plus que les exilés liégeois rentrent chez eux avec des idées révolutionnaires après la mort du prince-évêque Hoensbroeck. Liège est libérée et la principauté-évêque est abolie une nouvelle fois jusqu’à la deuxième restauration de la principauté en 1793. En mai 1794, les Français libèrent Liège pour la dernière fois. La principauté-épiscopale de Liège prend définitivement fin cette année-là. En 1795, la Convention nationale vote le rattachement de Liège à la République française, dont une partie deviendra le département français de l’Ourthe.

Le comte François-Antoine-Marie-Constantin de Méan de Beaurieux, succède à son oncle en tant que prince-évêque de Liège en 1792 (Image : domaine public)

Le prince-évêque François-Antoine de Méan fut le dernier dirigeant d’une principauté en grande difficulté depuis la Révolution liégeoise de 1789. Une fois la principauté de Liège abolie, son ancien souverain, l’évêque Méan, par se réfugier à Erfurt, en Allemagne et démissionne aussi de l’évêché de Liège. À la chute de l’Empire de Napoléon, Méan pense qu’il pourra récupérer son trône, mais la principauté de Liège ne sera pas reformée. Le territoire rejoindra le royaume des Pays-Bas, dirigé par le roi Guillaume Ie.

Lire aussi : Le Chalet norvégien : Le QG de Léopold II caché derrière le Palais royal d’où il dirigeait le Congo

François-Antoine de Méan : premier primat de Belgique

Pour le compenser de la fin de son règne, Guillaume 1e lui offrit des titres, des récompenses et il devint le primat des Pays-Bas en siégeant à l’archevêché de Malines en 1817. Il reçut notamment les titres de comte et prince de Méan en 1829. La révolution belge renversera le roi des Pays-Bas, la Belgique prend son indépendance en 1830. Méan devient alors le premier primat de Belgique. Il sera frappé d’apoplexie, le 15 janvier 1831, à l’âge de 74 ans, avant la proclamation du prince Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha en tant que premier roi des Belges le 21 juillet.

Le château de Méan à Saive, où est né le dernier prince-évêque de Liège (Photo : Wikimedia Commons)

François-Antoine-Marie-Constantin de Méan de Beaurieux est né au château de Méan à Saive, le 6 juillet 1756. Il était le deuxième fils du comte Pierre-Guillaume de Méan de Beaurieux, seigneur de Saive et de la comtesse Anne-Élisabeth-Françoise de Hoensbroeck-d’Oost. Sa mère était la sœur du prince-évêque César-Constantin-François de Hoensbroeck, son prédécesseur. La famille de Méan de Beaurieux a une longue histoire à Liège, plusieurs membres ayant occupé des hautes fonctions. La famille avait été anoblie en 1648 par l’empereur Ferdinand III. En 1694, la famille avait obtenu le titre de baron puis elle avait été élevée au titre de comte de Saint-Empire en 1794.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr