Fuite des photos intimes de la maitresse du roi de Thaïlande

Dans le but de déstabiliser la monarchie et d’intimider l’entourage du roi de Thaïlande, des photos intimes et explicites de sa maitresse, officiellement titrée « noble consort », ont été dévoilées. Pour l’heure, la plupart des grands médias préfèrent ne pas les diffuser, s’agissant de photos intimes pouvant atteindre à la vie privée de Koi, la maitresse officielle du roi Maha Vajiralongkorn.

Koi est victime d’un scandale. Des photos intimes de la maitresse du roi ont fuité. Elle avait été destituée en 2019 et envoyée en prison, avant d’être libérée en septembre 2020 et elle a retrouvé l’ensemble de ses titres et fonctions (Photo : Yuttachai Kongprasert/Sopa Images/SPUS/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : La maitresse du roi de Thaïlande assure son premier engagement en solo

Les photos nues de Sineenat “Koi” Wongvajirapakdi envoyées anonymement

Il y a quelques mois, le journaliste Andrew MacGregor Marshall, spécialiste de la politique asiatique et ayant pris le parti de soutenir les mouvements pro-démocratiques qui appellent à la modification de la constitution, voire au changement de régime, a reçu une enveloppe suspecte. En août dernier, le journaliste a reçu une carte SD contenant des milliers de photos, vraisemblablement piratées depuis plusieurs iPhone ayant appartenu à Sineenat “Koi” Wongvajirapakdi, entre 2012 et 2014.

La lettre anonyme avait pour adresse de renvoi celle d’un bureau des services d’intelligence à Berlin. Bien que relayant et soutenant les actions en cours des manifestants pro-démocratie, le journaliste a pris la décision de ne jamais parler de cette lettre ni de divulguer les photos.

Le journaliste annonce qu’il a reçu des photos intimes de Koi qui ont “leaké” (Image : capture Twitter)

Lire aussi : Le roi de Thaïlande sur Pornhub : le site est censuré dans le pays

Publier ces photos peut avoir de graves conséquences

« Les photographies proviennent clairement des téléphones personnels de Koi. La plupart des images sont des photographies qu’elle a prises d’elle-même, et des dizaines d’entre elles sont très explicites. Il semble probable qu’elle ait pris ces photographies explicites d’elle-même pour les envoyer au roi Maha Vajiralongkorn », explique le journaliste. Néanmoins, s’agissant de photos personnelles et ne voyant pas quel intérêt public elles pourraient ajouter au débat, le journaliste a préféré ne pas les diffuser. Rappelons que le « revenge porn » est punissable par la loi dans plusieurs pays. Diffuser des photos d’une personne nue sans son consentement est passible de lourdes amendes et d’une peine d’emprisonnement.

Le roi Maha Vajiralongkorn avec sa noble consort, victime de revenge porn (Photo : Bureau Royal)

Lire aussi : La maitresse du roi de Thaïlande participe à une cérémonie d’offrandes aux moines

Ces photos, très certainement envoyées pour discréditer la noble consort, pourraient avoir des conséquences importantes. Elles ont été envoyées quelques semaines avant que Koi ne soit libérée de prison après plusieurs mois d’incarcération pour déloyauté. Elle a été libérée en septembre 2020, et a récupéré l’ensemble de ses titres, ainsi que sa place au sein de la cour du roi, une décision difficile à accepter également dans l’entourage de Maha Vajiralongkorn.

Diffuser ces photos pourrait avoir des conséquences graves. Des personnes pourraient être emprisonnées, torturées voire tuées. Malheureusement, il semblerait que le journaliste Andrew MacGregor Marshall ne soit pas le seul à avoir reçu les photos privées provenant du smartphone piraté de Koi. Depuis quelques heures, des photos intimes commencent à être publiées sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : La secte militaire du roi de Thaïlande : l’enfer de l’hôtel de Bavière où Maha Vajiralongkorn vit avec son harem

Source : Mashable

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr