Funérailles du prince Luiz d’Orléans-Bragance à São Paulo

Les funérailles du prince Luiz d’Orléans-Bragance se sont déroulées en comité restreint à São Paulo ce lundi 18 juillet 2022. Le prétendant au trône impérial du Brésil a été inhumé ce même jour, dans un cimetière de la ville. Les obsèques étaient encadrées par l’Institut Plinio Corrêa de Oliveira.

Lire aussi : Disparition du prince Luiz d’Orléans-Bragance : son frère devient le prétendant au trône du Brésil à 81 ans

La famille impériale du Brésil fait ses adieux à Dom Luiz

Le prince Luiz d’Orléans-Bragance, descendant de l’empereur Pierre II du Brésil par le deuxième fils de la princesse Isabelle, comtesse d’Eu, est décédé ce 15 juillet 2022 à 81 ans. Célibataire et sans enfants, son frère Bertrand, âgé de 81 ans, lui succède à la tête la Maison impériale du Brésil. Le prince Bertrand, lui-même célibataire et sans enfants, a pour héritier son frère, le prince Antônio, 72 ans.

YouTube video
YouTube video

Le prince Bertrand et le prince Antônio étaient à la tête du cortège funèbre de leur frère aîné ce lundi 18 juillet, accompagnés par le prince Rafael, fils et héritier dynastique du prince Antônio. D’autres membres de la famille impériale et des partisans, sympathisants et proches du défunt ont rendu un dernier hommage au chef de la branche Vassouras des Orléans-Bragance.

Le cercueil était transporté par des officiers de la Marine. Plusieurs personnalités des cours royales européennes avaient fait le déplacement. Parmi elle se trouvait le prince Gundakar de Liechtenstein, époux de la princesse Marie d’Orléans. La princesse, sœur du comte de Paris, est une cousine du défunt. C’est d’ailleurs en assistant à un dîner donné par sa grand-mère au Brésil, la princesse Isabelle d’Orléans-Bragance, que la princesse Mari a rencontré son futur époux.

Étaient également présents le prince Casimir de Bourbon des Deux-Siciles et son épouse, la princesse Marie-Christine de Savoie-Aoste. Le prince Luis, la princesse Elena et le prince Alexander de Bourbon-Siciles accompagnaient leurs parents. Marie-Christine, fille du vice-roi d’Éthiopie descend des Orléans par sa mère. Marie-Christine et Casimir se sont mariés au Brésil en 1967 et y résident. Il semblerait que la princesse Marie-Isabelle de Savoie-Gênes, dernière survivante de la branche génoise de la famille royale de Savoie, était également présente aux funérailles.

Lire aussi : Aimone de Savoie et Claude d’Orléans aux funérailles du duc d’Aoste

Des funérailles encadrées par l’Institut Plinio Corrêa de Oliveira

Depuis son décès le 15 juillet, la dépouille reposait à cercueil ouvert dans une salle de l’Institut Plinio Corrêa de Oliveira. La plupart des rites pratiqués ce lundi se déroulaient à cercueil ouvert. L’Institut Plinio Corrêa de Oliveira est une association traditionaliste et radicale partisane du mouvement Tradition, Famille, Propriété (TFP), duquel était membre le prince Luiz. Luiz et son frère Betrand font partie des membres fondateurs de cet institut catholique ultraconservateur.

Après les funérailles, la dépouille a rejoint le Cemitério da Consolação de São Paulo où une dernière bénédiction a eu lieu à l’intérieur de la chapelle. Le prince Bertrand, qui se déplaçait avec une canne, a prononcé quelques paroles au moment où son frère a rejoint sa dernière demeure.

YouTube video

Lire aussi : Funérailles du duc Carl de Wurtemberg en présence de deux souverains et d’un millier d’invités à Altshausen

Le prince Luiz était de santé précaire et il est décédé à l’hôpital, à l’issue d’une hospitalisation d’environ un mois, durant laquelle il se savait condamné. Le prince Luiz souffrait de problème de mobilité suite à une poliomyélite contractée durant l’enfance.

La dépouille de Dom Luiz a rejoint la chapelle du cimetière Consolação avant son inhumation (Photo : Wikimedia Commons)

Le prince Luiz repose au cimetière da Consolação de São Paulo

Après l’annonce de son décès, le président brésilien Jair Bolsonaro a signé un décret reconnaissant un jour de deuil national en mémoire de Dom Luiz d’Orléans-Bragance, premier des douze enfants du prince Pedro Henrique d’Orléans-Bragance et de la princesse Marie-Élisabeth de Bavière. Le prince est né en France en 1938, où la famille impériale du Brésil vivait en exil. Pedro Henrique et son épouse sont rentrés au Brésil après la Seconde Guerre mondiale et en 1964, ils s’étaient installés à Vassouras, petite ville qui donnera son nom à la branche de la famille. Luiz avait succédé à son père à la tête de la famille impériale en 1981.

En 1993, plus de 51 millions de Brésiliens s’étaient déplacés aux urnes. Un référendum avait été organisé pour décider du régime du Brésil. Environ 13% des votants, soit près de 7 millions de personnes, ont voté en faveur de la restauration de la monarchie, avec à sa tête un descendant de la dynastie portugaise ayant régné pendant 67 ans sur le Brésil.

Arbre généalogique simplifié du prince Luiz et du prince Bertrand d’Orléans-Bragance (Image : Histoires Royales)

La famille impériale de la branche Vassouras a réussi ces dernières années à réunir derrière elle quelques sérieux partisans. La famille bénéficie aussi d’une meilleure visibilité depuis son arrivée sur les réseaux sociaux. L’âge des membres de la famille et les positions très conservatrices des princes n’ont pas toujours fait l’unanimité.

En 1815, un an avant sa mort, la reine Marie de Portugal avait été proclamée reine du royaume du Brésil après avoir gouverné le territoire en tant que reine de Portugal. En 1816, son fils, Jean VI lui succède. Son fils Pierre est proclamé empereur du Brésil en 1822. Les empereurs Pierre 1e et Pierre II sont donc issus de la famille royale portugaise de la dynastie de Bragance. La monarchie a été abolie en 1889 au Brésil.

Pierre II est mort en exil en France, peu de temps après, laissant sa fille Isabelle à la tête de la famille impériale, déjà régente du Brésil durant les dernières années de règne de son père. Isabelle a épousé le prince Gaston d’Orléans, petit-fils du roi Louis-Philippe 1e. Leurs descendants ont pris le nom d’Orléans-Bragance. En 1890, un décret abolit les titres de noblesse au Brésil. Ce décret a toutefois été aboli par le président Fernando Collor en 1991. Cependant, les titres de noblesse accordés durant la période impériale n’étaient pas héréditaires, selon les lois de l’époque. Quant aux titres de la famille impériale, ils ne sont régis par aucune règle officielle. La famille dispose des titres comme bon lui semble.

La branche Vassouras, à la tête de laquelle se trouvait le prince Luiz depuis 1981, est liée aux mouvements pro-monarchiques, contrairement à la branche Petropolis qui a cessé ses revendications depuis plusieurs décennies.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr