Haakon de Norvège inquiet de l’impact de la pandémie sur l’égalité des sexes

Le prince héritier Haakon de Norvège, toujours régent du royaume durant la convalescence de son père, a prononcé un discours inaugural lors de la Conférence sur l’égalité des sexes. Le prince héritier a fait le bilan de cette année touchée par la crise sanitaire, et comment la pandémie a impacté l’égalité des sexes dans la société.

Le prince héritier Haakon a prononcé le discours inaugural de la conférence (Photo : Simen Sund / Det kongelige hoff)

Lire aussi : Discours de la grande-duchesse Maria Teresa de Luxembourg devant les entrepreneurs du MEDEF sur les inégalités des femmes

Le prince héritier Haakon ouvre la Conférence sur l’égalité des sexes

Ce mardi 3 mars, le 3 mars, la Conférence sur l’égalité des sexes organisée par le gouvernement norvégien était l’occasion de faire le point sur les conséquences de la pandémie en ce qui concerne l’égalité des sexes, tant au niveau national que mondial.

La Première ministre Erna Solberg et le ministre de la Culture et de l’Égalité des genres Abid Raja ont prononcé des discours, après le discours inaugural du prince héritier Haakon. Après les discours, une table ronde sur le thème « Pouvons-nous gérer les considérations d’égalité des genres pendant la pandémie ? ». L’ensemble des débats a été réalisé à distance, dans le respect des règles sanitaires en vigueur, empêchant les rassemblements.

Lire aussi : Mette-Marit de Norvège honore l’Organisation pour la santé des femmes

Le prince héritier a rappelé dans son discours combien la Norvège faisait figure d’exemple à bien des niveaux. Le taux de mortalité infantile était au plus bas, le taux de scolarisation était à son maximum, en particulier chez les filles. Et surtout, la moyenne de la pauvreté dans le monde diminuait. « Puis vint la pandémie ! (…) La situation des filles et des femmes s’est aggravée car les crises exacerbent la vulnérabilité. Ceux qui étaient les plus vulnérables avant sont souvent les plus durement touchés pendant les crises. »

« Les rôles traditionnels de genre ont été renforcés », déplore le prince héritier Haakon. « Beaucoup disent que la mère – dans une plus grande mesure que le père – a joué le rôle à la fois de chef, d’enseignant et de travailleur à temps plein au bureau à domicile lors du premier confinement. La crise met en évidence des faiblesses structurelles ». Pourtant, le fils du roi Harald souligne que les femmes continuent à se distinguer même en période de crise.

« Les femmes chefs d’État jouent le rôle de modèles et contribuent à maintenir le genre à l’ordre du jour. » Il fait aussi référence à Gretha Tunberg, « une jeune femme qui est la première voix du monde dans la lutte pour notre planète ».

« Malgré le fait que beaucoup de bon travail a été accompli jusqu’à présent, nous avons globalement un gros travail devant nous qui ne peut pas attendre. Parce que nous avons fixé des objectifs que nous atteindrons d’ici 2030. Dans les objectifs de durabilité, l’égalité des sexes est un objectif en lui-même. En outre, si nous voulons atteindre les 17 objectifs, nous devons utiliser toutes les ressources humaines. Femmes et hommes. »

Source : Kongehuset

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr