Haakon et Mette-Marit de Norvège évoquent leur coup de foudre et la maladie de la princesse héritière

Le prince héritier Haakon et la princesse héritière Mette-Marit ont accordé une longue interview à la radio publique norvégienne, à l’occasion de leurs 20 ans de mariage. Le futur roi de Norvège est revenu sur son coup de foudre pour son épouse, leurs vingt ans de vie commune et les difficultés qu’ils ont pu traverser, notamment à cause de la maladie de la princesse héritière.

Lire aussi : La famille héritière de Norvège dévastée par le décès de leur chien

Un mariage entre un prince héritier et une roturière qui fut une évidence

Le 25 août 2001, le prince héritier Haakon de Norvège épousait Mette-Marit Tjessem Høiby. Ce mariage était particulier à plusieurs points de vue. Il montrait clairement l’évolution des mœurs dans les familles royales, acceptant sans difficulté une roturière à intégrer la famille. Il faut dire que le roi Harald V, père du prince héritier, s’est lui-même battu pendant des années pour que sa compagne Sonja puisse devenir sa femme. La reine Sonja est la première roturière à être devenue reine d’une monarchie européenne, dans l’époque moderne.

YouTube video

La situation de Mette-Marit était encore plus compliquée. Lorsqu’elle a rencontré Haakon, elle était maman d’un petit garçon et n’était plus en relation avec le père. À l’annonce des fiançailles, le passé de Mette-Marit a rapidement refait surface et a été étalé dans tous les journaux. Elle avait notamment participé à une émission de rencontres alors qu’elle était enceinte et avait eu une adolescence très difficile, suspectée de consommation de stupéfiants. La famille royale a toujours soutenu ce mariage et suite à une conférence de presse durant laquelle Mette-Marit a fait preuve d’une grande transparence, le couple a été approuvé du jour au lendemain par l’opinion publique. Au mariage du prince héritier, Marius, le fils de Mette-Marit, avait 4 ans. Haakon et Mette-Marit sont aujourd’hui parents de la princesse Ingrid Alexandra, 17 ans et du prince Sverre Magnus, 15 ans.

Le prince héritier Haakon et la princesse héritière Mette-Marit en 2006 (Photo : Jo Michael, Det Kongelige Hoff)

«La brillante fille du sud m’a impressionné. On remarque quand Mette entre dans une pièce. Elle a un pouvoir qu’on peut difficile nier», explique le prince héritier au micro de NRK. Le couple héritier a participé à une émission d’environ 30 minutes, entrecoupée d’une playlist de chansons de leur choix, en marge de leurs 20 ans de mariage.

«J’aimais lui parler et je me sentais en sécurité quand nous étions ensemble. Le fait qu’elle ait un jeune fils m’a fait réaliser qu’elle n’avait pas peur de prendre ce genre d’engagement et de responsabilité.  Elle n’est pas devenue moins attirante à mes yeux pour cette raison.», se souvient le futur roi de Norvège qui a rencontré son épouse lors d’un festival de musique.

Mette-Marit a accepté de revenir sur son adolescence turbulente. Envoyée en Australie pour s’émanciper, la jeune femme avait notamment rasé sa tête par acte de rébellion. «Je pense que ma mère s’en est bien sortie. Si Ingrid faisait de même aujourd’hui, je ne sais pas si je serais aussi calme», avoue la princesse héritière à propos de sa fille de 17 ans appelée à devenir la première reine de Norvège. «Je sais que les années difficiles entre l’adolescence et l’âge adulte peuvent être une phase de vie très vulnérable pour beaucoup. C’est comme ça que ça s’est passé pour moi.»

Le couple héritier fêtera ses 20 ans de mariage le 25 août 2021 (Photo : Jørgen Gomnæs / Det kongelige hoff)

La maladie chronique de la princesse héritière Mette-Marit

Dans cet entretien, le couple héritier qui fêtera ses noces de porcelaine le 25 août prochain, revient aussi sur le crise sanitaire et sur la problématique de la santé mentale des jeunes, l’une des causes dans laquelle ils se sont le plus impliqués à travers leur fondation. Il était aussi question d’aborder la maladie de la princesse héritière. Elle a révélé il y a quelques années souffrir de fibrose pulmonaire chronique, une modification du tissu pulmonaire. Régulièrement, elle doit annuler sa présence à des événements ou aménager son agenda lorsqu’il est nécessaire qu’elle se repose.

Le couple s’apprête à fêter ses noces de porcelaine. Mette-Marit se confie sur sa maladie chronique (Photo : Marius Gulliksrud/Stella Pictures/ABACAPRESS.COM)

«Depuis que je suis malade, il est devenu plus important pour moi que jamais d’être simplement Mette. Et c’est bien. Je n’ai pas à me définir sur la base que je suis la princesse héritière, mais que j’ai le droit d’être Mette d’abord», explique la belle-fille du roi Harald V, qui préfère à présent se concentrer sur son bien-être. La pandémie, bien que la période soit très sombre, lui a permis d’avoir un peu de répit dans ses activités.

«Pour moi, ça a été l’occasion de faire une pause que je n’aurais pas eue autrement. Pour moi, une grande partie de la maladie chronique consiste à avoir mauvaise conscience pour tout ce que vous ne pouvez pas faire. Cette année, je n’ai pas eu à me définir comme malade pour faire en sorte que ma vie fonctionne. J’ai pu prendre les choses à mon rythme. Les jours où j’étais mal, j’ai pu me reposer sans avoir mauvaise conscience. Et maintenant, je me sens mieux que depuis de nombreuses années».

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr