L’identité du garde du corps de la princesse Haya dévoilée : l’homme au cœur du divorce de l’émir de Dubaï est Russell Flowers

La princesse Haya se cache toujours dans sa demeure londonienne, craignant la suite des événements. Ce qui est rassurant pour elle, c’est que son époux, l’émir de Dubaï, le cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum, a demandé le divorce. Cela veut donc dire qu’il préfère la séparation que de la faire revenir de force au pays, voire pire… Rappelons que la princesse Chamsa et la princesse Latifa ont disparu et n’ont plus donné de signe de vie depuis un an pour l’une et des années pour l’autre.

Après plusieurs retournements de situation, la raison évoquée pour le divorce serait la relation intime qu’entretenait la princesse Haya avec son garde du corps britannique, dont on est aujourd’hui en mesure de vous dévoiler l’identité. Il s’agit de Russell Flowers, un ancien militaire britannique, papa d’un petit garçon et divorcé, qui s’occupait de la garde rapprochée de la famille émiratie. Qui est Russell Flowers ? La princesse Haya est-elle en couple avec son garde du corps ? Où se cache-t-elle et que va-t-il se passer ?

La princesse Haya a-t-elle quitté l’émir pour son garde du corps ?

Depuis le triple mariage des fils de l’émir de Dubaï, la princesse Haya de Jordanie, sixième épouse de l’émir, n’est plus apparue publiquement. Et pour cause, un événement a bouleversé sa vie, en marge de ce mariage auquel elle n’a pas participé, les femmes n’étant pas conviées. Selon l’émir, elle entretenait une liaison avec son garde du corps britannique, une liaison qu’a réussi à confirmer l’émir en écourtant sa présence au mariage et en volant jusqu’à Londres pour constater leur intimité en flagrant délit. La suite des faits reste floue. On sait que la princesse Haya, fils de l’ancien roi Hussein de Jordanie, est rentrée à Dubaï, mais quelques jours plus tard, elle arrive à fuir le pays (certains disent d’abord grâce à de l’aide diplomatique en Allemagne), et vient se réfugier à Londres, dans une maison à deux pas du palais de Kensington, qu’elle a achetée elle-même il y a un an. Depuis lors, elle y vivrait recluse, n’ayant des contacts qu’avec son avocate, pour régler ce qui sera l’un des divorces les plus chers de l’histoire.

La maison achetée par la princesse Haya, à Kensington, où elle vit cachée en ce moment (Photo : Google Maps)

Le divorce de l’émir de Dubaï et de la princesse Haya s’annonce l’un des plus chers jamais réglés au Royaume-Uni

On estime la fortune de l’émir de Dubaï à 5 milliards d’euros. Le divorce s’annonce comme étant l’un des plus chers de l’histoire. On sait que la princesse Haya est à Londres, car elle a dorénavant une avocate londonienne, Fiona Shackleton, qui a représenté le prince Charles lors de son divorce avec Diana et le prince Andrew lors de son divorce avec Sarah Ferguson. De son côté, l’émir de Dubaï a choisi l’avocate des stars, Helen Ward, elle qui a représenté Guy Ritchie lors de son divorce avec Madonna et a réglé de nombreux divorces d’acteurs et de footballeurs.

Russell Flowers, la princesse Haya et l’émir de Dubaï, Mohammed ben Rachid al-Maktoum avec son fils, le cheikh Zayed, au Royal Ascot (Photo : Steve Parsons/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Notons que l’émir a choisi de régler son divorce sous la loi britannique, profitant que son épouse réside dans le pays. Aux Émirats arabes unis, pays très conservateur, il n’y a pas besoin de préciser que le divorce de l’émir fait plutôt mauvais genre.

Qui est le garde du corps de la princesse Haya ?

C’est le DailyMail qui a révélé l’information. Le garde du corps en question s’appelle Russsel Flowers et il était engagé par UK Mission Enterprise Ltd, la société britannique que gère l’émir de Dubaï, fondée dans le but d’engager d’anciens militaires britanniques afin d’en faire sa garde rapprochée lorsque lui et sa famille voyagent autour du monde. Selon le cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum, Russell Flowers aurait été trop proche de sa femme. Le tabloïd britannique parle de « contacts inappropriés ». Pour l’heure, Russel Flowers n’a pas voulu commenter l’histoire, même s’il risque d’être cité lors du procès du divorce à venir.

Le cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum, la princesse Haya, le prince Edward et la reine Elizabeth II, à Ascot.

Qui est Russell Flowers ?

Russell Flowers, 36 ans, aurait été engagé il y a 5 ans par la société de l’émir. Depuis lors, il accompagne l’émir et son épouse lorsqu’ils sont notamment en visite en Angleterre. Il logeait dans le domaine du Dalham Hall, des écuries appartenant au cheikh Mohammed, situées à Newmarket. Auparavant, il servait l’armée de son pays dans le Régiment royal de la princesse de Galles (Princess of Wales Royal Regiment).

Il existe même des photos de Russell Flowers en compagnie de la princesse Haya, celui-ci ayant été invité à accompagner le couple lors de l’une de leurs visites annuelles au Royal Ascot. Ce jour-là, il tenait son fils de 5 ans dans les bras. Chaque année, l’émir vient normalement accompagnée de la princesse Haya, championne d’équitation, assister aux courses du Royal Ascot, étant lui-même l’un des plus grands propriétaires d’écuries au Royaume-Uni. Cette passion pour les chevaux, il la partage aussi avec la reine Elizabeth II, qui cette année encore lui a remis un trophée, sans se demander pourquoi il n’était pas accompagné de son épouse, comme à l’habituée. Notez que la reine Elizabeth se retrouve au milieu de ce conflit, car sa famille est aussi très proche de la famille de Jordanie, dont est issue la princesse, et elle a pour habitude de rencontrer la princesse Haya pour prendre le thé.

Russell Flowers a fait ses études au Mayfield College, une école dont les frais d’inscription annuels sont d’environ 7000 livres. Ensuite, il a servi son pays pendant 6 ans dans le 2ème bataillon du Régiment de la princesse de Galles, de 2003 à 2009. Selon sa page LinkedIn, il a été agent de sécurité maritime pendant deux ans, surveillant des pétroliers en proie à des attaques de pirates le long des côtes somaliennes. En 2012, il a rejoint la société de sécurité Knight Security Group et deux ans plus tard, il a été engagé par UK Mission Enterprise Ltd, la société de l’émir et également possédée par le gouvernement dubaïote. Les employés de cette société sont chargés d’être la garde rapprochée de la famille ou de surveiller 24 heures sur 24 les différentes propriétés britanniques de la famille.

CV de Russell Flowers affiché sur son profil LinkedIn

Basé sur le domaine des écuries de Dalham Hall, non loin des fameuses écuries Godolphin, où vivent les meilleurs chevaux de course de l’émir, le garde du corps pouvait recevoir la visite de la princesse Haya, elle-même grande cavalière, ayant même participé aux Jeux olympiques de Sydney en 2000. On apprend que Russell Flowers et sa femme avaient acheté un petit cottage près du centre-ville de Newmarket, pour être proche du lieu de travail de Russell. Le couple aurait divorcé l’année dernière, les rumeurs d’un rapprochement entre Russel et la princesse auraient déjà été l’une des raisons de son divorce. Une source proche raconte que « lorsque leur maison a été vendue, l’agent immobilier aurait fait un commentaire comme quoi son mari allait maintenant vivre dans un endroit bien plus luxueux, qui avait été acheté pour lui. »

Cette maison à laquelle aurait fait allusion l’agent immobilier est la demeure à 85 millions de livres qu’a achetée la princesse Haya, à travers l’une de ses sociétés personnelles, l’année dernière.

Le domaine des écuries Dalham Hall où logeait les agents de sécurité engagés par l’émir, dont Russell Flowers, qui avait acheté une maison à quelques pas de là pour y vivre avec sa femme lors des jours de repos

Quelle est la raison de la fuite et de la disparition de la princesse Haya ?

La raison de la fuite de la princesse est toujours inconnue. On aurait plutôt tendance à dire que la fuite aurait eu lieu pour se protéger. Selon des sources proches de la princesse, elle aurait appris des détails inquiétants concernant les conditions de détention de la princesse Latifa, que l’on présume gardée captive (et peut-être torturée) aux Émirats arabes unis. Les rumeurs disent que son garde du corps, Russell Flowers, aurait été informé de certains détails et les lui aurait transmis, lui faisant craindre le pire pour sa sécurité et préférant fuir. C’est ce qui pousserait également l’émir à discréditer Russell Flowers et son épouse, s’il arrive à prouver au Tribunal de la famille de la Haute Cour de justice de Londres, qu’ils entretenaient une relation. Néanmoins, cette version du rapprochement et des « contacts inappropriés » ne provient que de l’entourage de l’émir.

En 2018, la princesse Haya, l’émir de Dubaï et leurs deux enfants, le cheikh Zayed et la cheikha Jalila, soupçonnés d’être actuellement en fuite avec leur mère (Photo : Steve Parsons/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

De son côté, l’émir n’a pas non plus communiqué publiquement sur le sujet. Grand amateur de poésie, il partage régulièrement sur Instagram des poèmes, comme celui-ci où il parle de « trahison » et de « mensonges ».

Selon Daily Mail toujours, ce seraient des membres plus âgés de l’entourage de l’émir, qui lui auraient dit de surveiller sa femme et son garde du corps. Leur proximité devenait de plus en plus troublante pour les proches de l’émir, d’autant plus que Russell Flowers était son garde du corps attitré, qui devait la suivre à chacun de ses déplacements à l’étranger.

La princesse Haya a fait des cadeaux de valeur à son garde du corps

Une source explique qu’elle lui aurait fait de nombreux cadeaux, comme l’achat d’une Range Rover, des costumes Saville Row, une montre et même un fusil de chasse fait sur mesure d’une valeur de 50 000 livres sterling. Selon cette source, la relation entre la princesse Haya et Russell Flowers devenait de plus en plus évidente et se transformait même en accord tacite entre elle et son mari. Normalement, deux agents de sécurité sont attribués à chaque membre de la famille, or il lui arrivait souvent de demander à ce que l’un des deux parte pour être en compagnie seule de Russell Flowers, ce qui constitue une grave entorse au protocole de protection.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr