La reine Elizabeth au milieu du divorce de l’émir de Dubaï : la princesse Haya a engagé l’avocat du divorce du prince Charles et Diana

La princesse Haya, fille de l’ancien roi de Jordanie, épouse de l’actuel émir de Dubaï a totalement disparu depuis plusieurs semaines. Dans un premier temps, on la pensait en Allemagne, là où elle aurait apparemment été infiltrée avec l’aide de diplomates. Elle se trouverait pourtant au Royaume-Uni, à Londres, à deux pas du palais du Kensington. L’émir de Dubaï vient d’entamer des poursuites à l’encontre de sa femme afin de régler leur divorce. Un mélodrame est en train de se jouer dans l’une des rues les plus prestigieuses de Londres, alors que cette histoire est en train d’affecter la famille royale britannique, qui semblerait couvrir la princesse, alors que l’émir de Dubaï est également un ami de la reine Elizabeth.

La princesse Haya fait appel à l’avocate qui a géré le divorce du prince Charles et aussi celui du prince Andrew

L’émir de Dubaï vient de remplir son dossier de divorce, où il accuse son épouse d’entretenir une relation intime avec son garde du corps Russell Flowers. La première audience est programmée au 30 juillet, devant le président du Tribunal de la famille de la Haute Cour de justice. Pour se défendre, le cheikh Mohammed a engagé Helen Ward, l’avocate qui a défendu Guy Ritchie lors de son divorce avec Madonna, ainsi que de nombreux divorces de célébrités et de footballeur. De son côté, la princesse Haya a engagé l’avocate Fiona Shackleton, qui a géré le divorce du prince Charles et de Diana, ainsi que le divorce du prince Andrew et de la duchesse de York, Sarah Ferguson.

La reine Elizabeth remettait une coupe, il y a encore deux semaines à l’émir de Dubaï, dont l’un de ses chevaux est arrivé deuxième à une course du Royal Ascot 2019

La reine Elizabeth est proche de l’émir de Dubaï mais aussi de la princesse Haya

Il y a deux semaines, l’émir cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum apparaissait seul aux courses hippiques du Royal Ascot, alors qu’il y vient depuis quelques années accompagné de sa sixième femme, la princesse Haya, elle-même championne d’équitation, ayant participé aux Jeux olympiques à Sydney. La reine Elizabeth II accueillait avec plaisir son ami, l’émir de Dubaï, qui possède une très grande écurie en Angleterre. La reine semble empêtrée dans le divorce qui s’annonce féroce, puisqu’elle est également une proche de la princesse Haya. La princesse Haya avait encore pris le thé avec la reine au mois de mai, lorsqu’elles s’étaient vues en marge du Royal Horse Show.

S.A.R. la princesse Haya et son époux S.A. cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum de Dubaï, en 2014, lorsqu’ils assistaient aux courses du Royal Ascot

La princesse Haya se cacherait dans une maison qu’elle a achetée près du palais de Kensington

Le Royaume-Uni entretient des relations très étroites avec les Émirats arabes unis, ce très riche pays pétrolier du Golfe. En même temps, la famille royale britannique est très amie avec la famille royale hachémite de Jordanie, qui est particulièrement anglophile. La reine Elizabeth était une amie proche de l’ancien roi Hussein de Jordanie, père de la princesse Haya. Mais l’implication de la famille royale britannique irait plus loin, puisque la princesse aurait d’abord trouvé refuge dans un palais mis à sa disposition par la famille. Actuellement, elle serait retournée vivre dans une demeure qu’elle a achetée, située à quelques mètres du palais de Kensington, dans l’une des rues les plus chères de Londres. Elle aurait acheté cette maison pour 85 millions de livres, l’année dernière, avec son argent personnel sans apport financier de son mari. Lors de sa fuite, la presse britannique indique qu’elle aurait pris avec elle la somme de 31 millions de livres pour recommencer sa vie au Royaume-Uni et pour subvenir à ses besoins le temps que le divorce soit prononcé.

La maison achetée l’année dernière par la princesse Haya, à deux pas de Kensington Palace

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.