L’impératrice Masako commence l’élevage des vers à soie

Il s’agit d’une tradition dans la famille impériale. Comme sa belle-mère l’a fait avant elle, l’impératrice Masako s’est mise à la culture de la soie. La cérémonie du Goyosan Hajime no Gi, qui marque le début de la saison de l’élevage du ver à soie, a eu lieu ce lundi. L’impératrice est arrivée au jardin de Momijiyama, où est située la magnanerie impériale, afin de donner des feuilles de mûrier à manger aux vers.

L’impératrice Masako a nourri les vers pour la première fois. Seule son arrivée en voiture a été photographiée (Photo : Kyodo)

Lire aussi : La princesse Aiko a suivi son premier cours universitaire… à la maison

C’est au tour de l’impératrice Masako de nourrir les vers à soie

En 1871 a eu lieu pour la première fois la cérémonie du nourrissage des vers à soie. Depuis lors, chaque impératrice du Japon honore la tradition. L’année dernière, le début de la saison coïncidait avec l’ascension sur le trône de l’empereur Naruhito et la cérémonie de nourrissage des vers n’a pas pu avoir lieu. Cette année, l’agenda le permettant, malgré les règles sanitaires strictes imposées en ce moment à Tokyo en pleine crise du coronavirus, l’impératrice Masako a donc participé à la cérémonie du Goyosan Hajime no Gi.

La sériciculture est mise à l’honneur par la famille impériale qui possède une coconerie. Ici, l’impératrice émérite Michiko donne des feuilles de mûrier aux vers, en 2018 (Photo : capture YouTube)

Lire aussi : 85% des Japonais accepteraient une femme sur le trône impérial

La sériciculture est très importante au Japon et le début des activités séricicoles a été marqué par l’impératrice Masako, qui a nourri des vers à soie, en leur donnant des feuilles de mûrier à la magnanerie. Cette cérémonie n’était pas publique, à cause des restriction sanitaire. Seule l’arrivée de l’impératrice Masako en voiture, a été photographiée.

L’impératrice Michiko nourrissait les vers en 2018 :

Masako respecte la tradition initiée par l’impératrice Shoken

Seule l’espèce Koishimaru est présente à la magnanerie impériale. C’est également l’impératrice qui récolte les fils. Ils sont ensuite tissés et servent à la confection de cadeaux qui sont offerts les des échanges diplomatiques. Cette espèce ne produit que 500 mètres de fil par ver, comparé à 1500 mètres pour d’autres espèces. C’est l’impératrice Shoken qui, fin du 19e siècle, avait eu l’idée de promouvoir la sériciculture. Le 30 avril 2019, l’empereur Akihito a abdiqué en faveur de son fils, qui est monté sur le trône à minuit. Pour cette raison, la tradition n’a pas été honorée l’année dernière. Mais en 2018, Masako, encore princesse héritière, avait assisté à la cérémonie, voulant prendre des conseils auprès de sa belle-mère, l’impératrice Michiko, qui nourrissait les vers pour la dernière fois.

Lire aussi : L’ancien couple impérial du Japon quitte le palais dans lequel ils ont vécu pendant 26 ans

Source : The Mainichi

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr