85% des Japonais accepteraient une femme sur le trône impérial

Pour la première année de règne de l’empereur Naruhito, l’agence de presse Kyodo a réalisé un sondage parmi la population. Le sondage a permis de savoir qu’une majorité des Japonais étaient satisfaits de l’empereur Naruhito, mais il a également permis de connaître l’opinion du peuple concernant l’épineuse question de la loi la salique. Les résultats montrent qu’une grande majorité de sondés sont plus ouverts sur la question que la très conservatrice famille impériale.

Après un an de règne, le bilan est positif pour l’empereur Naruhito (Photo : Bureau de la Maison impériale)

Lire aussi : Classement des membres préférés de la famille royale britannique ! Quelle est la cote de popularité de Meghan et Kate ?

L’empereur Naruhito a fait bonne impression durant sa première année de règne

Le 1e mai 2019, l’empereur Naruhito montait sur le trône de Chrysanthème, le lendemain de l’abdication officielle de son père, l’empereur émérite Akihito. En an un, beaucoup de choses se sont passées mais l’agenda du nouvel empereur était surtout rempli d’obligations liées à sa nouvelle fonction. Pourtant, les Japonais se montrent majoritairement positif quant à la première année de l’empereur. Sur 3000 Japonais sondés, 75% ont fait savoir qu’ils tiraient un bilan positif et étaient satisfaits de l’empereur. Le détails de ces trois-quarts d’avis positifs sont partagés entre 58% qui disent l’apprécier et 17% qui le découvrent comme « formidable ». On est loin devant les 48% d’avis positifs qui étaient ressortis du même sondage mené en décembre 1989, un an après l’intronisation d’Akihito.

Le sondage a permis de lister l’ensemble des choses que les Japonais aimeraient que l’empereur accomplisse. 56% des sondés ont indiqué que l’empereur devrait renforcer les relations internationales et 58% ont indiqué la même réponse pour l’impératrice Masako. Parmi les autres propositions qui ont trouvé la faveur des Japonais, il y avait notamment la visite de lieux touchés par un catastrophe naturelle.

75% des Japonais indiquent porter un intérêt à la monarchie et à la vie impériale. À contraria 21% des sondés ont indiqué ne pas être vraiment intéressés et 4% pas intéressés du tout.

Lire aussi : Premier discours d’anniversaire de l’empereur Naruhito : coronavirus, santé de l’impératrice, changements sociétaux et environnementaux

Les Japonais ouverts à l’idée d’abolir la loi salique

Le sondage a également permis de connaitre l’avis des Japonais concernant l’éventualité d’accepter une femme sur le trône. La question est d’actualité puisque normalement, s’il n’y avait pas eu la crise du coronavirus, des débats menés par une commission gouvernementale auraient dû avoir lieu à cette période concernant l’abolition de la salique. Les Japonais sont relativement tous favorables à l’idée de voir un femme régner sur le pays. Ils sont 85% à avoir répondu qu’ils souhaiteraient laisser la possibilité aux femmes d’entrer dans l’ordre de succession. 79% ont également indiqué qu’ils trouveraient normal que la succession cognatique soit permise, c’est à dire, que la succession puisse être possible à travers une branche féminine.

85% des sondés accepteraient de voir une femme sur le trône impérial (Photo : Bureau de la Maison impériale)

À l’heure actuelle, l’héritier de l’empereur Naruhito, 60 ans, est son frère, le prince héritier Fumihito, 54 ans, l’empereur n’ayant qu’une fille unique, la princesse Aiko, 18 ans. Après Fumihito vient son fils, Hisahito, 13 ans. Enfin, le troisième et dernier membre de la famille qui entre dans l’ordre de succession est l’oncle de l’empereur, le prince Hitachi, 84 ans.

Lire aussi : Photos de la famille impériale du Japon réunie pour le passage à l’année 2020

Source : Japan Times

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.