Fin d’exil pour le sultan de Zanzibar qui peut vivre ses derniers jours sur la terre de ses ancêtres

Le sultan Jamshid ben Abdallah fut le onzième et dernier monarque de Zanzibar. Après avoir été détrôné en 1964, il quitta son pays et rejoignit le Royaume-Uni avec sa cour. Après avoir rencontré quelques difficultés financières, on lui avait accordé une petite maison dans la ville portuaire de Portsmouth. À 91 ans, le gouvernement du sultanat d’Oman a accepté de mettre fin à son exil, pour que le vieil homme puisse poursuivre sa retraite dans son pays.

Sa Majesté le sultan Jamshid ben Abdallah de Zanzibar photographié pendant son règne en 1963 (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Le 18 janvier 1990, l’exil de la famille royale de Roumanie prenait fin : 30 ans de présence royale dans la république

Un monarque vivait modestement à Portsmouth depuis 50 ans

Lundi 14 septembre 2020, un avion en provenance de Londres a atterri à Mascate, la capitale du sultanat d’Oman. À bord, se trouvait un nonagénaire, lointain cousin de l’actuel sultan, Haitham ben Tarik. Jamshid ben Abdallah a enfin pu fouler le sol sur lequel ses ancêtres ont régné. Quel magnifique cadeau d’anniversaire pour Jamshid ben Abdallah, qui fête ses 91 ans ce mercredi 16 septembre.

Jamshid ben Abdallah avait succédé à son père, le sultan Abdallah ben Khalifa, en 1963. À la fin du protectorat britannique, en 1964, la population africaine de l’île se révolte contre l’élite arabe et parvient à abolir la monarchie au profit d’une république. Le sultan Jamshid ben Abdallah expulsé, trouve refuge chez ses lointains cousins à Oman. Peu de temps après, l’ancien sultan est parti vivre son exil en Angleterre. Il a débarqué avec une cour de 61 personnes, du personnel de maison, une centaine de sympathisants, son épouse et ses enfants. Les derniers de ses 7 enfants naitront sur le territoire britannique.

Il s’installe d’abord dans un hôtel de Londres mais un article du New York Times de 1964 indiquait déjà qu’il était sans argent. Le gouvernement britannique offre alors 100 000 £ à l’ancien sultan pour ses services rendus sous le protectorat. On lui offre également une petite maison à Southsea, une station balnéaire dans la banlieue de Portsmouth, et une rente mensuelle de 1500 £.

Depuis 1970, il vivait une vie modeste et paisible dans la petite maison de Portsmouth. Peu de gens savaient qu’un monarque vivait dans la ville portuaire du sud de l’Angleterre. Entouré de proches, il n’avait qu’un seul rêve, retourner sur la terre de ses ancêtres. Sa sœur, son frère et ses enfants avaient pu rentrer à Oman dès les années 80.

Un article local consacré à la vie de l’ancien sultan dans la ville balnéaire de Southsea à Portsmouth (Photo ; The News)

Lire aussi : Le sultan d’Oman fait un don de 23 millions € pour la lutte contre le coronavirus

Le sultan de Zanzibar accueilli à Oman pour ses vieux jours

« Sa demande de retraite à Oman a été acceptée par le gouvernement en raison de sa âge avancé. Il a toujours voulu passer ses derniers jours dans le pays de ses ancêtres et maintenant il est heureux de pouvoir le faire », a expliqué un membre de sa famille qui vit à Mascate. « C’est une affaire privée et nous ne souhaitons pas l’annoncer », a déclaré pour sa part un représentant du gouvernement omanais.

L’affaire reste sensible. L’ancien sultan a pu rentrer à Oman, le pays d’origine des sultans de Zanzibar, mais il n’a pas obtenu le droit de mettre les pieds à Zanzibar, aujourd’hui une République révolutionnaire au sein de la république unie de Tanzanie.

« Nous sommes ravis que le sultan Jamshid soit avec nous dans le pays pour ses derniers jours. Nous remercions également le gouvernement d’Oman de lui avoir accordé son souhait de prendre sa retraite ici, ce qui, je pense, est fondé sur des raisons humanitaires », a réagi un Omanais interrogé par The National.

Jamshid ben Abdallah rentre à Oman

L’ancien sultan est reconnu officiellement au Royaume-Uni comme Sir Jamshid ben Abdallah Al-Saïd. Il est chevalier du très distingué ordre de Saint-Michel et Saint-Georges, un ordre britannique dans lequel il a été reçu au début de son règne, en 1963, pour ses fonctions au sein du protectorat. Il est également souverain de l’ordre de l’Étoile brillante de Zanzibar et souverain de l’ordre le plus illustre de l’Indépendance de Zanzibar.

Depuis 1698, le sultanat d’Oman exerçait un contrôle sur l’île de Zanzibar. Zanzibar était considérée comme la partie insulaire du pays. En 1840, le sultan d’Oman transfert sa cour et sa résidence principale à Zanzibar. À l’a fin de son règne, en 1856, ses fils se partagent son héritage et le territoire est divisé. Son troisième fils devient le sultan d’Oman et son sixième fils, Majid bin Saïd, devient le sultan de Zanzibar. En 1861, Zanzibar a pris son indépendance et en 1890, le sultanat acquiert la protection britannique.

Le fort omanais des sultans installés à Zanzibar, à Stone Town (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : L’émir de Kano a été détrôné et contraint à l’exil : Aminu Ado Bayero lui succède

Sources : The National, Portsmouth

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.