Un journaliste propose 100 millions $ au prince Andrew pour qu’il se soumette au détecteur de mensonges

Le journaliste d’investigation québécois Ian Halperin aurait proposé la somme colossale de 100 millions de dollars au prince Andrew, duc d’York, afin de l’aider à laver son nom une bonne fois pour toute, en acceptant de répondre à des questions concernant l’affaire Epstein. L’interrogatoire serait filmé, diffusé en direct, et le prince Andrew serait équipé de capteurs pour détecter s’il ment.

Lire aussi : La police de Londres reconsidère l’ouverture d’une enquête concernant le prince Andrew

Un journaliste veut soumettre le duc d’York au polygraphe

Le Daily Mail révèle que le journaliste et producteur Ian Halperin voudrait interroger le prince Andrew à propos des allégations à son encontre. Le deuxième fils de la reine Elizabeth II se retrouve au cœur de l’affaire Epstein, du nom du milliardaire Jeffrey Epstein, qui a mis fin à ses jours en août 2019, accusé d’avoir dirigé un réseau de prostitution infantile pour ses amis. Il y a quelques jours, Virginia Giuffre Roberts, qui dit avoir été victime du réseau du milliardaire lorsqu’elle était mineure, a déposé une plainte à l’encontre du prince Andrew, qu’elle accuse d’avoir abusé d’elle à trois reprises.

Le prince Andrew se voit offrir 100 millions de dollars pour une interview vérité analysée par un détecteur de mensonges (Photo : Wikimedia Commons)

«S’il est aussi innocent qu’il le dit, il passe [le test] et son nom est blanchi. C’est un excellent moyen pour lui de se justifier en 45 minutes», explique le journaliste, qui souhaiterait faire passer un test au prince Andrew. Ian Halperin souhaiterait soumettre le prince Andrew, 61 ans, au test du polygraphe, pendant qu’il l’interrogerait à propos de l’affaire.

Ian Halperin affirme avoir fait la proposition au prince Andrew et lui promettrait 100 millions de dollars pour qu’il accepte. L’argent proviendrait des recettes réalisées par les paiements des internautes qui devraient payer pour assister en direct à l’interrogatoire diffusé via un système de streaming.

S’il passe au polygraphe, le duc d’York pourrait laver son nom (Photo : Steve Parsons/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

«Personne n’a jamais gagné autant d’argent pour 45 minutes de travail», s’exclame le journaliste. Il ajoute que le prince Andrew pourrait ensuite reverser la somme gagnée à une association. «C’est donc un gagnant-gagnant pour lui et il pourrait faire un don aux victimes du trafic sexuel d’enfants. Cela lui donnerait fière allure. S’il ne cache rien, il devrait le faire.»

La victime serait prête à passer le test gratuitement

Marie Claire explique que le polygraphe analyse différentes caractéristiques physiologiques comme le rythme cardiaque, la pression sanguine ou la transpiration. Sur ce dernier point, le prince Andrew a affirmé à la BBC qu’il ne transpirait pas. Il souffrirait d’un dérèglement suite à un choc post-traumatique subi lors de sa mission durant la guerre des Malouines dans les années 80. Ce point, quelque peu anecdotique, a son importance car la victime affirme se souvenir de la transpiration abondante du prince Andrew.

Ian Halperin a déjà réalisé des films et des documentaires dans lesquels il utilise des tests polygraphiques certifiés pour tenter d’établir la crédibilité des témoins. «Je suis ouvert d’esprit sur le résultat. Je laisse la porte ouverte pour qu’il blanchisse son nom. Un test polygraphique sera précis à 99,999%. Je veux lui donner les meilleures chances possibles pour laver son nom et que cela en vaille la peine : réussir ou échouer. Je lui donne une chance devant le monde entier de laver son nom une fois pour toutes». Le journaliste dit avoir déjà proposé au prince Andrew ce genre d’interview par le passé mais qu’il n’avait jamais offert une telle somme. Grâce à son idée de financement au pay-per-view, il dit pouvoir proposer un cachet considérable, qui fera peut-être changer d’avis le prince Andrew et reconsidérer sa proposition.

La fiabilité des résultats d’un test au détecteur de mensonge n’est pas de quasiment cent pour cent, comme l’affirme le journaliste. Selon différentes études, le polygraphe est fiable entre 75 et 86%. Le journaliste ajoute que Virginia Giuffre l’a contacté pour réaliser le test gratuitement. La victime serait prête à se soumettre au polygraphe si le prince Andrew n’accepte pas la proposition.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr