Margareta de Roumanie invite le corps diplomatique au Palais Royal et prononce un discours axé sur l’Europe orientale

Le mardi 6 décembre 2022, Margareta de Roumanie a accueilli dans la Salle du Trône du Palais Royal de Bucarest les représentants diplomatiques en poste en Roumanie. Cette soirée annuelle organisée pour le corps diplomatique est une tradition vieille de 156 ans. Au cours de l’événement, la Gardienne de la Couronne prononce un discours sur la situation diplomatique actuelle.

Lire aussi : Margareta de Roumanie visite l’ordre souverain de Malte au Palais magistral : le prince Radu reçoit la grand-croix du Mérite

La Gardienne de la Couronne perpétue une tradition royale importante pour les relations diplomatiques de la Roumanie

Chaque année, la famille royale de Roumanie dédie une soirée au corps diplomatique accrédité à Bucarest. Le mois de décembre est l’occasion de tirer des conclusions sur l’année écoulée et de tracer les grandes lignes de l’année à venir. Le prince consort Radu et la princesse Sofia entouraient Margareta de Roumanie, qui a prononcé son discours après l’hymne royal et le discours du doyen du corps diplomatique.

Margareta de Roumanie a commencé son discours en remerciant les diplomates pour leur présence, perpétuant ainsi une tradition qui remonte à l’époque de Carol 1e, au 19e siècle. Le roi Michel 1e avait ravivé cette tradition après la chute de la dictature communiste, une fois rentré au pays.

La Gardienne de la Couronne s’est adressée en particulier au nonce apostolique, qui est aussi fréquemment le doyen du corps diplomatique, et qui a rendu possible son récent voyage au Saint-Siège auprès du pape François. Margareta de Roumanie s’est ensuite excusée auprès des ambassadeurs des autres continents pour son discours largement axé sur l’Europe, en raison de « la situation humanitaire catastrophique à nos portes. »

« Vous n’avez guère besoin d’un rappel de ma part sur la gravité exceptionnelle de notre situation sécuritaire actuelle », a expliqué la fille aînée du roi Michel 1e. « Toutes les hypothèses optimistes que nous avions faites sont maintenant remises en question. Loin d’être terminée, la guerre est revenue en Europe. Encore une fois, nous sommes confrontés à des meurtres de masse. Encore une fois, un dirigeant nie le principe de l’égalité des droits des autres nations et se demande même si certains États doivent continuer d’exister. Et encore une fois, certains tentent de recréer des empires et des sphères d’influence. »

YouTube video

Lire aussi : Margareta de Roumanie rend visite à la Croix-Rouge italienne

Margareta de Roumanie consacre une grande partie de son discours à la Moldavie et à l’Ukraine

La Gardienne de la Couronne a souhaité souligner plusieurs points importants concernant la guerre en Ukraine. Le premier est le défi relevé par la communauté des nations occidentales, qui au-delà de l’Europe, s’est unie et a prouvé sa résilience. « L’Ukraine a réussi à défendre son indépendance parce que ses courageux soldats et citoyens ont été soutenus par le soutien de nombreuses autres nations dans le monde. Des millions de réfugiés ukrainiens se sont vu offrir des logements temporaires dans toute l’Europe sans les exigences des contrôles d’immigration ou d’autres formalités. Les Roumains et les autres Européens voisins de l’Ukraine peuvent désormais vaquer librement à leurs activités quotidiennes grâce à la protection offerte par l’Alliance de l’Atlantique Nord. »

« L’Alliance protège notre indépendance et notre existence pacifique. Et que serions-nous sans l’Union européenne ? C’est l’institution qui coordonne les efforts pour maintenir à flot l’économie ukrainienne déchirée par la guerre et le seul organisme capable de gérer la vaste tâche de reconstruction économique de l’Ukraine une fois cette guerre terminée. Ceux qui ont commencé cette guerre croyaient que nous étions divisés. Nous leur avons prouvé qu’ils avaient tort, et c’est une réalisation capitale. »

La deuxième observation de Margareta de Roumanie concernant la guerre en Ukraine porte sur la translation de l’attention, là où jusqu’à présent, les centres de gravité de l’UE et de l’OTAN ont toujours été l’Occident. « La guerre en Ukraine a maintenant irrévocablement déplacé l’attention vers l’Europe centrale et orientale, en partie parce que c’est là que les besoins sont les plus grands et que l’avenir de notre continent sera décidé. Ce changement de gravité est d’une ampleur et d’une importance historiques, dont il faut se féliciter, car il s’agit d’un ajustement absolument nécessaire, tant pour l’OTAN que pour l’Union européenne, un accommodement garantissant que ces institutions représentent un continent véritablement uni. »

Ce changement de direction et cette attention vers l’est permettront à des pays comme la Roumanie ou comme la Pologne d’être mieux entendus. « Mais cela implique également de plus grandes responsabilités dans la formation et le maintien d’un consensus européen et contribue encore plus à la sécurité et à la stabilité du continent. Je suis fière du rôle joué par la Roumanie dans ce processus, y compris l’accueil récent de la réunion ministérielle de l’OTAN à Bucarest », a continué Sa Majesté.

Le dernier point de la Gardienne de la Couronne concerne l’engagement à prendre vis-à-vis des pays orientaux. Margareta de Roumanie, connue pour sa proximité avec la Moldavie, par exemple, est une fervente défenseuse de son adhésion à l’UE. « Je salue la décision d’accorder le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne à l’Ukraine et à la République de Moldavie. Je sais que cela n’a pas été facile, que l’adhésion ne viendra pas de sitôt et qu’on attend beaucoup, beaucoup de ces deux nations. Pourtant, l’acceptation du principe qu’un jour, ces deux pays rejoindront l’UE est vitale, non seulement pour leur sécurité, mais aussi pour la nôtre. »

« Nos frontières orientales ne seront pacifiques que si ces deux nations sont autorisées à vivre en paix. Et, comme nous l’avons tous découvert par notre propre expérience, ces nations ne trouveront la paix que si elles font partie de notre famille ; c’est aussi simple que ça. Nous, en Roumanie, portons un intérêt particulier à la République de Moldavie, non seulement en raison de liens historiques et humains évidents, mais aussi parce que les vulnérabilités considérables de la Moldavie peuvent facilement être exploitées pour saper à la fois l’Ukraine et la Roumanie, à l’avenir », a-t-elle mis en garde l’assemblée.

Récemment, Margareta et Radu de Roumanie ont visité la Moldavie, ce qui leur ont permis de prendre le pouls à Chisinau et de se rendre compte des véritables motivations du pays à rejoindre l’UE. « Je peux vous dire sans aucune réserve que les dirigeants de Chisinau sont véritablement attachés à l’intégration européenne. Cependant, ils luttent quotidiennement contre les efforts de déstabilisation et la misère. Nous pouvons être sûrs que, même si la guerre en Ukraine se termine bientôt, les tentatives de déstabilisation de la Moldavie ne feront, paradoxalement, que croître. Veiller à ce que la République de Moldavie reste fermement attachée à sa politique d’intégration européenne est un élément indissociable de la garantie que l’Ukraine prévaudra dans ses défenses ; les deux sont les faces d’une même médaille. »

Margareta de Roumanie a rappelé qu’en son temps, le roi Michel avait lui-même milité pour que la Roumanie intègre l’OTAN et l’ONU. « Je m’engage aujourd’hui à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que la République de Moldavie réussisse à poursuivre la même intégration chemin », promet la fille du roi Michel. « Je favoriserai également des efforts plus larges pour renforcer la sécurité régionale de la mer Noire en encourageant les efforts d’intégration de la Géorgie au cours de l’année à venir. »

Margareta de Roumanie a conclu son discours en se montrant optimiste, croyant fermement que l’union du continent permettra de sortir de cette guerre. « Je suis convaincue que nous tirerons encore plus de réconfort de notre unité lorsque nous nous reverrons dans un an. Je vous souhaite tout le meilleur pour la nouvelle année ! »

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr