Le ministère de la Justice soutient l’inviolabilité constitutionnelle du roi du Cambodge

Le ministère de la Justice du Cambodge a réagi à l’appel d’anciens politiciens de l’opposition qui veulent que le gouvernement modifie la Constitution concernant le statut d’inviolabilité du roi. Il y a quelques semaines, Sam Rainsy, un célèbre opposant au régime monarchique, se plaignait de ne pas pouvoir ouvertement critiquer le roi Norodom Sihamoni.

Le roi du Cambodge est inviolable selon la constitution (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Le roi du Cambodge enthousiasmé par la première goutte de pétrole extraite sur le territoire

Aucune révision de la constitution n’est prévue

Une nouvelle plainte a été déposée à l’encontre de Sam Rainsy, ancien ministre de l’Économie du Cambodge, qui vit en exil, après avoir ouvertement critiqué le régime. La dernière plainte à son encontre date d’il y a quelques jours, alors qu’il avait critiqué la gestion de l’achat des vaccins contre le coronavirus par le Premier ministre, ainsi qu’une critique à l’encontre du roi Norodom Sihamoni, qu’il avait qualifié de « marionnette » sur Facebook.

Sam Rainsy est sous le coup de plusieurs condamnations pour avoir critiqué le roi du Cambodge et demande une modification de la Constitution (Photo : WikiCommons)

Selon l’article 7 de la constitution, la personne du roi est inviolable. Par conséquent, le crime de lèse-majesté est bel et bien en vigueur au Cambodge et le ministère de la Justice, via son porte-parole, a indiqué que l’inviolabilité du Roi était essentielle. « Le fondement de la Constitution est basé sur deux principes, le premier est l’esprit d’unité nationale et de réconciliation selon les accords de paix de Paris, qui adhèrent à une monarchie constitutionnelle que le roi régnera mais ne gouvernera pas », a déclaré Chin Malin, porte-parole du ministère de la Justice.

« Deuxièmement, la constitution est basée sur la réalité sociale, comme les facteurs historiques et culturels du Cambodge ». Le ministère pense que les opposants au régime « proposent uniquement de modifier la Constitution pour protéger leurs activités illégales, ce qui est contre la volonté du peuple, contrairement à la volonté d’unité nationale et de réconciliation ».

Le roi du Cambodge est garant de l’unité nationale et de la culture du pays

Dans une récente déclaration sur Facebook, Rainsy a déclaré que la Constitution pouvait être modifiée à tout moment et que cela avait déjà eu lieu par le passé. « Le roi est un être humain comme nous, pas une divinité descendant du ciel. Tout le monde peut avoir raison ou tort. Si le roi fait une erreur, nous devons avoir le droit, de dire la vérité, que le roi a commis une erreur, mais si la Constitution nous interdit de dire la vérité, avons-nous le droit de modifier la Constitution pour la mettre en en ligne avec l’ère moderne? », demandait l’ancien ministre et député en exil.

Sam Rainsy est actuellement confronté à une série de problèmes juridiques au Cambodge. Il a été condamné en 2019 à un total de huit ans de prison pour avoir démoralisé les forces armées et insulté le roi.

Source : Khmer Times

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Leave a Reply