Les 11 sociétés du prince Harry et de Meghan Markle enregistrées au Delaware

On les savait à la tête de la Fondation Archewell, l’organisme de bienfaisance à travers lequel le duc et la duchesse de Sussex soutiennent des initiatives et des œuvres caritatives, tout comme on connaissait Archewell Production, une branche de leur société qui sert à produire du contenu de divertissement à des fins commerciales. La presse britannique a découvert pas moins de 11 sociétés au fonctionnement opaque, enregistrées au Delaware, l’État américain considéré comme le paradis fiscal des entreprises. Certains noms de code des 11 sociétés ont été choisis en rapport à des clins d’œil de la vie du prince Harry et de son épouse.

Lire aussi : Pandora Papers : Abdallah II de Jordanie a acheté 14 villas pour 106 millions $ via 36 sociétés écrans

Le duc et la duchesse de Sussex ont créé plusieurs sociétés pour gérer leurs activités et protéger leur anonymat

Plus d’un million de sociétés sont enregistrées au Delaware, un État américain de la côte est qui ne compte que 990 000 habitants. Selon le département des entreprises du Delaware, la moitié des entreprises cotées à la bourse américaine sont enregistrées au Delaware et 66% des 500 plus grandes entreprises du pays s’y trouvent également. Le Delaware ne taxe aucun revenu gagné en dehors de l’État.

Le tabloïd Daily Mail a mis la main sur un ensemble de documents constitutifs de sociétés enregistrées au Delaware et à la tête desquelles se retrouveraient le duc et la duchesse de Sussex. Onze sociétés ont été créées à leur nom, en très peu de temps. Sur les onze sociétés, dix seraient enregistrées au Delaware mais le siège se trouverait à chaque fois au bureau de leur avocat californien, Richard Genow, à Beverly Hills. La dernière société, UpCounsel, est aussi enregistrée au Delaware mais trouve son siège social à la même adresse que le consulat général britannique de Los Angeles, et non au bureau de leur avocat.

En septembre 2020, le couple, par le biais de leur avocat, Richard Genow, et de leur comptable, Andrew Meyer, a fondé l’entreprise Peca Publishing. « Peca » veut dire « taches de rousseur » en espagnol. Le nom ferait référence au tout premier essai écrit par Meghan Markle lorsqu’elle était petite, et qui s’intitulait « A Face Without Freckles … Is a Night Without Stars » (Un visage sans taches de rousseur… est une nuit sans étoiles », en français). L’entreprise Peca Publishing devrait servir à récolter l’argent issu de la vente du livre pour enfants The Bench, publié par la duchesse de Sussex l’année dernière.

Onze sociétés enregistrées dans le Delaware par le prince Harry et Meghan Markle (Photo : Sonia Moskowitz Gordon/Zuma Press Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Le prince Andrew accusé de conflit d’intérêts : il aurait avantagé son associé milliardaire lors de missions économiques financées par le contribuable

L’entreprise Orinoco Publishing a été fondée le 22 décembre 2021. Selon Daily Mail, cette entreprise devrait servir à détenir les droits et récolter les revenus générés par la vente des mémoires du duc de Sussex, dont la parution est prévue cette année, chez Penguin Random House. Orinoco est le nom espagnol de l’Orénoque, un fleuve sud-américain qui traverse le Venezuela et la Colombie.

L’entreprise Cobbelstone Lane a été créée en février 2020 et a été fondée, semble-t-il, pour enregistrer le nom de marque Archewell. Plusieurs entreprises ont peut-être été créées simplement pour agir de façon discrète lors de certaines procédures publiques. Par exemple, une demande d’enregistrement d’un nom de marque est une procédure publique. Afin de ne pas dévoiler le projet, Harry et Meghan ont fait une demande d’enregistrement du nom Archewell au nom de leur nouvelle société et non en leur nom propre.

L’entreprise IPHW (peut-être le diminutif de Intellectual Property Harry of Wales ou Windsor ?) a elle aussi été créée dans le but d’enregistrer un logo. Il s’agit cette fois-ci d’un A et d’un W entrelacés, comme Archewell. La société Archewell Audio et la société Archewell Productions ont été enregistrées dans le but de gérer les contrats de production avec Spotify et Netflix.

Baobab Holdings est une autre société enregistrée au Delaware, qui servirait à réaliser des investissements. L’entreprise Bridgemont, au nom des Sussex, a elle aussi une raison sociale liée au divertissement. On ne connaît pas la raison précise de la fondation de l’entreprise Hampshire, en janvier 2021. Le nom Hampshire rappelle l’escapade du prince Harry et de son épouse dans le Hampshire à quelques semaines de l’accouchement de Meghan Markle en 2019.

Nemawashi Holdings, fondée en septembre 2021, a pour vocation de servir de holding pour les autres sociétés. Nemawashi est un terme japonais qui désigne l’établissement des fondations d’un projet. Enfin, en août 2020 déjà, une société, RPV Holdings, avait été enregistrée. Là encore, son utilité n’est pas connue. Par le passé, une autre entreprise de Meghan Markle avait déjà été enregistrée au Delaware. Autrefois, avant de rencontrer le prince Harry, l’actrice était aussi influenceuse et publiait sur son blog The Tig. Elle avait alors créé la société Frim Fram Inc pour gérer les revenus engendrés par ses activités en ligne. Le 30 décembre 2019, cette société avait fusionné pour être enregistrée comme entité au Delaware.

Rappelons que la constitution de ces sociétés est totalement légale et il s’agit même de la façon courante de gérer ses affaires aux États-Unis, lorsqu’on souhaite à la fois bénéficier d’un allègement fiscal et d’un certain anonymat. Par ailleurs, le prince Harry a déjà indiqué que les bénéfices des ventes de ses mémoires seraient redistribués, en partie à son association Sentebale, tout comme les bénéfices des ventes de The Bench, le livre pour enfants écrit par son épouse.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr