Une partie du palais de Hyderabad tombe en ruine sous le regard de la princesse Esra

Il fut l’un des joyaux du Raj britannique. Le palais Chowmahalla de Hyderabad était autrefois à l’image de la richesse de cet État princier, qui fut le plus riche de toute l’Inde au début du 20e siècle. Le palais Chowmahalla fut la résidence officielle des nizams de Hyderabad, dont le dernier, Asaf Jah VII, fut célèbre en Occident pour son extravagance, sa proximité avec le Royaume-Uni, et pour la richissime parure offerte à Elizabeth II lors de son mariage. Aujourd’hui, certaines parties du palais sont en décrépitude, malgré les rénovations récentes (dans d’autres ailes du palais) gérées avec brio par la princesse Esra, ex-épouse de l’actuel prétendant au trône.

L’état de la tour de l’horloge du palais Chowmahalla, avant après la terrible averse (l’une est une vue depuis l’intérieur du palais, l’autre la chausse à l’extérieur) (Photomontage : histoiresroyales.fr)
Après l’averse fin juin, des morceaux de façade se sont détachés (Photo : Siasat)

Lire aussi : Les petits-fils d’un prince indien désignés héritiers d’une fortune dormant dans une banque anglaise, à l’issue d’une longue bataille contre l’Inde et le Pakistan

La Tour de l’horloge Khilwat du palais Chowmahalla de Hyderabad n’a pas résisté aux averses

Le 8e nizam de Hyderabad, Mir Barkat Ali Khan ou Asaf Jah VIII, est le petit-fils du dernier souverain de Hyderabad. Il a hérité des quatre palais familiaux, dont les deux principaux sont ceux de Chowmahalla et de Falaknuma. Le palais Falaknuma a été restauré à grands frais il y a quelques années, transformé en hôtel de luxe. L’hôtel a signé un bail à long terme avec le Taj Group, une chaine d’hôtels de luxe appartenant au groupe Tata. Le palais Chowmahalla, quant à lui, connait des moments plus difficiles. Le palais fut celui où le « 8e nizam », aussi appelé communément Mukarram Jah a été « couronné » en 1967 et où il a vécu avec sa première épouse, la princesse turque Esra Birgin. Lorsqu’il a tout quitté dans les années 70 par amour pour une hôtesse de l’air et est parti en Australie, il a divorcé, laissant son ex-épouse s’occuper du palais.

La princesse Esra Birgin et son époux, le 8e nizam, Mukarram Jah (Photo : Archive)
La princesse Esra, gère aujourd’hui les palais de la dynastie Asaf Jahi (Photo : Rumella Dasgupta)

Le bâtiment principal :

Embed from Getty Images

Lire aussi : Le 7e nizam de Hyderabad : l’homme le plus riche du monde qui a offert un collier en diamants à la reine Elizabeth II à son mariage

Certaines parties du palais ont été rénovés sous la direction de la princesse Esra

Malheureusement, il n’aura fallu que d’une grosse averse de quelques minutes pour arracher la façade du palais, le 27 juin dernier. Des morceaux de plâtre sont tombés sur la chaussée, ne faisant heureusement aucun blessé. Le palais est composé de plusieurs bâtiments, dont ce cloché, appelé Tour de l’horloge Khilwat. Ce bâtiment serait actuellement dans un piteux état si on en croit les photos. Il semblerait que des travaux de rénovation étaient prévus cette année mais ont été annulés ou reportés suite à la pandémie mondiale de coronavirus.

La tour de l’horloge (vue de l’intérieur), un bâtiment du palais, en 2013. Des rénovations devaient être effectuées cette année (Photo : WikiCommons)
La tour de l’horloge (vue de l’extérieur) après l’averse et l’effondrement de morceaux de la façade (Photo : CaNewsOttawa)
Des morceaux de plâtre sont tombés sur la chaussée (Photo : Siasat)

Lire aussi : Le maharaja de Jaipur entouré de la noblesse européenne pour Holi

La princesse Esra, qui travaille en étroite collaboration avec son ex-mari, a réussi à transformer le palais de Falaknuma. Elle injecte également de l’argent, petit à petit dans le palais de Chowmahalla, dont certaines parties sont ouvertes au public, abritant un musée sur l’histoire de l’État princier de Hyderabad et de sa famille royale. « Bien que le palais soit sous la garde de la princesse Esra, l’effondrement de la façade symbolise l’état des structures patrimoniales de l’État », écrit le journal Siasat. « Il est clair que les gouvernements précédents et l’actuel ont délibérément compromis la restauration des bâtiments historiques à Hyderabad et ailleurs dans le Telangana ».

L’intérieur du palais et la salle du trône :

Embed from Getty Images Embed from Getty Images

L’État princier de Hyderabad était une monarchie suzeraine du Royaume-Uni, lorsque les Britanniques ont fait de l’Inde le Raj britannique, en 1854. Avant l’arrivée des Britanniques, le territoire était un royaume de l’Empire moghol. Le dirigeant de ce territoire, à l’époque, a été fait vice-roi de Deccan par l’empereur moghol Muhammad Chah, en 1725. Il fut proclamé Asaf Jah et a fondé la dynastie du même nom. Devenu le Hyderabad par après, ce très grand territoire (comparable à la superficie de l’Italie) comprenait plus de 16 millions d’habitants en 1940. Aujourd’hui, Hyderabad désigne uniquement la ville, qui fut autrefois la capitale du royaume. Hyderabad est situé dans l’État de Telangana, en plein centre de l’Inde. La ville a elle seule compte à présent environ 7 millions d’habitants.

Aujourd’hui, le 8e nizam (prétendant), Mukarram Jah partage l’héritage de son grand-père avec son frère cadet. Après son divorce avec la princesse Esra, Mukarram Jah a épousé l’ancienne hôtesse de l’air Helen Simmons, devenue princesse Aysha à son mariage et lors de sa conversion à l’islam en 1979. Aysha meurt en 1989, et Mukarram Jah se marie une troisième fois en 1992 avec Manolya Onur, apparentée à l’ancienne famille impériale ottomane, connue pour avoir été Miss Turquie. Mukarram se marie la même année, une quatrième puis une cinquième fois avec la princesse Jameela puis la princesse Ayesha. Il fut marié à Jameela et Ayesha en même temps qu’à Manolya. S’il a bien divorcé de Manolya en 1997, il est toujours marié avec ses deux dernières épouses en même temps.

Lire aussi : Le prince Manvendra et son époux DeAndre : l’histoire d’amour du premier prince ouvertement homosexuel

Source : Siasat

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr