Une place de Tunis baptisée au nom d’une reine de Roumanie

C’est la première fois qu’un lieu public porte le nom de la reine Marie de Roumanie sur le continent africain. « La Conférence de paix de Paris et implicitement le Traité de Versailles sont des événements historiques importants dans lesquels la reine Marie de Roumanie a joué un rôle important », explique le communique de la capitale tunisienne pour justifier le choix de baptiser l’une des places de Tunis, Placette Reine Marie de Roumanie.

(Photo : Ambassade de Roumanie à Tunis)

Lire aussi : L’ambassade russe présente ses excuses à Margareta de Roumanie après l’incident diplomatique engendré par les insultes de l’ambassadeur

La reine Marie de Roumanie a sa place à Tunis

C’est dans l’un des quartiers les plus prestigieux de Tunis, la capitale tunisienne, que la Placette Reine Marie de Roumanie a été inaugurée ce mardi 27 octobre. À cause des conditions sanitaires actuelles, la cérémonie était limitée à la divulgation de la plaque située à Cité Jardins, devant la section consulaire de l’Ambassade de Roumanie à Tunis. La maire de Tunis, Souad Abderrahim, a dévoilé la plaque, alors que Dan Stoenescu, ambassadeur de Roumanie à Tunis, a lu un discours de Bogdan Aurescu, ministre des Affaires étrangères roumain.

« L’inauguration de la «Placette Reine Marie de Roumanie» est un signe des excellentes relations roumano-tunisiennes tant au niveau politico-diplomatique qu’au niveau des autorités locales. Ces dernières années, ces relations se sont développées, non seulement d’un point de vue politico-économique et académique, mais aussi à travers des relations étroites au niveau des autorités locales », peut-on lire dans le communiqué envoyé par le service de communication de la ville.

(Photo : Ambassade de Roumanie à Tunis)

Lire aussi : Margareta de Roumanie à Paris pour commémorer la reine Marie de Roumanie

Premier lieu public au nom de la reine Marie de Roumanie sur le continent africain

L’inauguration de la place fait suite à de nombreuses visites et échanges entre les autorités roumaines et tunisiennes. La maire de Tunis s’est rendues à plusieurs reprises à Bucarest. « La forte personnalité universelle de la reine Marie de Roumanie reste un exemple de courage et de progrès pour l’histoire de la Roumanie », explique l’ambassade de Roumanie. Grâce à cette place, qui est la première sur tout le continent africain à rendre hommage à la reine de Roumanie « nous donnerons l’opportunité aux habitants de la capitale Tunis qui visitent la section consulaire de l’ambassade de Roumanie d’en savoir plus sur l’histoire des roumains ce qui approchera encore plus nos deux peuples ».

(Photo : Ambassade de Roumanie à Tunis)

Lire aussi : Nicolas de Roumanie commémore le mariage du roi Michel 1e et d’Anne de Bourbon-Parme

Née en 1875, la princesse Marie de Saxe-Cobourg-Gotha est la petite-fille de la reine Victoria du Royaume-Uni. Son père, Alfred, fils de la reine Victoria sera appelé à monté sur le trône du duché de Saxe-Cobourg-Gotha pour succéder à son oncle. Du côté maternelle, Marie est la petite-fille du tsar Alexandre II de Russie. En 1893, elle épouse le prince héritier Ferdinand de Roumanie, un mariage malheureux. Ils auront tout de même six enfants, même si les rumeurs indiquent que les trois derniers sont issus de sa relation avec son amant.

En 1914, Ferdinand monte sur le trône de Roumanie, à la mort de son oncle Carol 1e. Marie devient reine de Roumanie. Il faudra attendre la fin de la Première Guerre mondiale, en 1922, pour que Ferdinand procède à la cérémonie de couronnement. Durant la Guerre, la reine Marie sera engagée comme infirmière et à la fin du conflit, c’est elle qui sera envoyée comme représentante de la Roumanie pour signer le Traité de Versailles. Elle mourra en 1938, à seulement 62 ans.

Source : Mosaïque FM

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Leave a Reply