Le prince Andrew abandonne ses fonctions militaires et l’usage de son prédicat avec l’accord d’Elizabeth II

C’est un très court communiqué que le palais de Buckingham a envoyé ce jeudi 13 janvier en fin d’après-midi. Il vient mettre un terme aux polémiques qui enflent depuis quelques jours et aux demandes de certaines associations qui ne souhaitaient plus être représentées par le duc d’York. La reine Elizabeth II a accepté la demande du prince Andrew d’abandonner ses fonctions militaires et ses patronages.

Lire aussi : Le prince Andrew ne peut plus échapper à son procès

Le duc d’York demande à Elizabeth II d’abandonner ses patronages

Ce mercredi 12 janvier 2022, le juge new-yorkais Lewis Kaplan avait rejeté la dernière demande des avocats du prince Andrew, jugeant recevable la plainte civile à son encontre. Le prince Andrew, duc d’York, pourra donc être jugé plus tard dans l’année, accusé par Virginia Giuffre d’agression sexuelle lorsqu’elle était mineure.

Le prince Andrew dans son uniforme de colonel de Grenadier Guard en 2017 (Photo : Jonathan Brady/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Depuis quelques temps déjà, plusieurs voix se sont fait entendre pour demander à la reine Elizabeth II de priver son deuxième fils de ses titres et privilèges. Le prince Andrew avait décidé de se retirer de la vie publique dès l’automne 2019, quand l’affaire avait éclaté. Retirer officiellement un titre de noblesse passe par une procédure complexe et quasiment inédite au parlement. Par contre, priver un membre de la famille royale de ses distinctions honorifiques militaires et de ses patronages est relativement simple.

Ce jeudi, Buckingham annonce que la reine a accepté la demande du prince Andrew d’abandonner ses fonctions militaires et ses patronages. Le communiqué précise que les patronages qu’il assurait reviennent à la Reine. «Le duc d’York va continuer à ne pas assurer d’engagements publics et il va se défendre en tant que simple civil».

La sanction est quasiment la même que celle vécue par son neveu il y a un an. En février 2021, la reine Elizabeth II a privé le prince Harry de ses fonctions militaires et lui a retiré ses patronages, suite à sa décision de quitter ses fonctions royales et de s’installer aux États-Unis. Selon plusieurs sources, même si le communiqué ne le mentionne pas, il semblerait qu’il soit aussi demandé à Andrew de plus faire usage de son prédicat d’Altesse royale dans ses communications officielles.

Rappelons qu’Altesse royale n’est pas un titre mais une qualité (appelé «style» en anglais). Ne plus faire usage du prédicat d’Altesse royale est une demande d’Elizabeth II qui devra être respectée mais qui n’a aucune valeur officielle. La même demande avait été faite au prince Harry. Pour véritablement priver Harry ou son oncle Andrew du prédicat d’Altesse royale, il faudrait que la reine Elizabeth II publie de nouvelles lettres patentes, venant modifier les précédentes. Concernant le titre de noblesse, celui de duc d’York, il est presqu’impossible de le lui retirer. Cela devrait passer par un vote du parlement (Parliament Act). Les seuls cas où des membres de la famille royale ont perdu leur pairie date de 1917, lorsqu’ils avaient combattu du côté allemand.

Le prince Andrew a servi la Marine royale pendant la guerre des Malouines, en 1982, pilotant notamment des hélicoptères au-dessus de la mer. Il a ensuite grimpé les échelons de la Royal Navy. Pour son 55e anniversaire, il avait été promu vice-amiral. En plus de sa carrière dans la Marine, il est colonel d’un régiment d’infanterie canadien, The Princess Louise Fusilliers. En 2017, il a sucédé à son père comme colonel des Grenadier Guards. Il était aussi prévu qu’en février 2020, pour son 60e anniversaire, il obtienne le grade d’amiral. Cette promotion lui avait été refusée suite à son retrait de la vie publique un an plus tôt.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr