Le prince Andrew et son accusatrice ont trouvé un accord financier

Le prince Andrew, duc d’York, et Virginia Giuffre sont parvenus à un « accord de principe » concernant l’affaire d’abus sexuels portée au civil aux États-Unis. Le prince Andrew devait être entendu par les avocats de la plaignante, au mois de mars pour apporter sa version des faits sous serment.

Lire aussi : Le prince Andrew abandonne ses fonctions militaires et l’usage de son prédicat avec l’accord d’Elizabeth II

Le prince Andrew s’en tire avec un arrangement financier

Des documents judiciaires qui indiquent que l’affaire entre le prince Andrew et Virginia Giuffre, née Roberts, est à présent rejetée, en échange d’un accord financier entre les deux parties, pour un montant non divulgué. Une déclaration conjointe a été publiée à la presse.

Le prince Andrew, 61 ans, deuxième fils de la reine Elizabeth II, était poursuivi en justice par Virginia Giuffre, une victime avérée d’un réseau de prostitution dirigé par le milliardaire américain Jeffrey Epstein. Ce dernier s’est donné la mort durant son incarcération à l’été 2019 avant son procès. Ghislaine Maxwell, complice du milliardaire, a été jugée et reconnue coupable « de trafic sexuel et d’autres chefs d’accusation » à l’issue d’un procès en décembre 2020.

Selon le New York Times, qui rapporte la déclaration du prince Andrew, celui-ci « n’a jamais eu l’intention de dénigrer » la plaignante en tant que personne et il reconnaît qu’elle « ait souffert à la fois en tant que victime établie d’abus et à la suite d’attaques publiques injustes ».

Le prince Andrew met fin à la plainte en réglant un accord financier avec son accusatrice (Photo : Neil Hall/PA Wire/Abacapress)

Lire aussi : Le prince Andrew accusé de conflit d’intérêts : il aurait avantagé son associé milliardaire lors de missions économiques financées par le contribuable

Le prince Andrew a déclaré qu’il était reconnu « que Jeffrey Epstein avait fait la traite d’innombrables jeunes filles pendant de nombreuses années », et qu’il « regrette son association avec Epstein ». Le prince Andrew n’a jamais caché son amitié avec le milliardaire, et il a continué à le fréquenter même après une première condamnation pour des faits de mœurs avec des mineures. Le duc d’York « salue la bravoure de Mme Giuffre et des autres survivantes qui se sont défendues ».

Le prince Andrew, pour sa part, a fait l’objet d’une poursuite de la part d’une des victimes de ce réseau, Virginia Giuffre. Celle-ci l’accusait d’avoir eu trois relations sexuelles avec elle, alors qu’elle était mineure. Les faits rapportés par la plaignante se seraient produits à Londres, à New York et sur l’île privée du défunt milliardaire dans les Caraïbes.

Depuis des mois, le prince Andrew a tenté toutes les procédures pour faire invalider la plainte. Les derniers recours ayant échoué, il y a quelques semaines, le juge new-yorkais en charge de l’affaire avait définitivement lancé la procédure. Le procès devait se tenir à l’automne 2022.

En mars, l’équipe d’avocats de Virginia Giuffre devait se rendre à Londres pour interroger sous serment le prince Andrew, en vue d’enregistrer officiellement ses réponses et sa déposition qui auraient servi lors du procès. Le même interrogatoire était aussi prévu au printemps pour Virginia Giuffre, qui réside dorénavant en Australie.

Le règlement à l’amiable va à l’encontre de toutes les précédentes déclarations des avocats de la plaignante, qui affirmaient qu’aucune somme d’argent ne la satisferait. La plainte avait toutefois été déposée au civil, ce qui implique qu’elle cherchait une réparation financière. Le communiqué de presse envoyé ce mardi 15 février 2022 par les avocats du prince Andrew, coécrit avec ceux de Virginia Giuffre, va également à l’encontre des déclarations précédentes du prince Andrew, qui souhaitait dénigrer la procédure entamée par la victime, allant précédemment jusqu’à parler d’une «action en justice sans fondement », dans le seul but d’obtenir « un salaire » pour subvenir à ses besoins. Les dernières déclarations des avocats du duc d’York allaient jusqu’à dire que le scandale lui avait profité financièrement jusqu’ici.

Depuis toujours, le prince Andrew nie toutes les allégations à son encontre. Il a toutefois décidé de se retirer de la vie publique à l’automne 2019, avant que la plainte soit déposée contre lui, au moment où le scandale autour de cette affaire devenait incompatible avec ses fonctions royales. Au début de l’année 2022, au vu de la tournure de l’affaire, la reine Elizabeth II a demandé à son fils de ne plus faire usage de son prédicat d’Altesse Royale, d’abandonner ses patronages et de renoncer à ses honneurs militaires.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr