Le prince Hamzah de Jordanie renonce à son titre

Le prince Hamzah de Jordanie veut dorénavant être reconnu comme Hamzah ben Al-Hussein. Sans donner plus de précision quant à la forme, c’est sur le fond que le prince Hamzah s’est exprimé ce dimanche, en envoyant un communiqué sur ses réseaux sociaux, dans lequel il annonce vouloir renoncer à son titre de prince, n’étant plus en accord avec les dirigeants du pays.

Lire aussi : Le prince Hamzah de Jordanie est père pour la 7e fois

Le dernier acte à l’encontre de l’institution monarchique

On ne pensait pas que le prince Hamzah raviverait les flammes, seulement un mois après avoir envoyé une lettre publique à son demi-frère, le roi Abdallah II, dans laquelle il présentait ses excuses au souverain. Ce 3 avril, le prince Hamzah, 41 ans, l’un des fils du défunt roi Hussein, s’en est pris une fois de plus au pouvoir en place en Jordanie, sans mentionner cette fois-ci, le roi ou son entourage.

Le 3 avril 2021, le Washington Post révélait que 20 personnes avaient été arrêtées dans le but d’empêcher une tentative de coup d’État à l’encontre du roi Abdallah II, sur le trône depuis 1999. L’acte de sédition était dirigé par le prince Hamzah. Le prince Hamzah a été arrêté, puis le roi a envoyé une délégation de princes de confiance pour raisonner le prince dissident. Après discussion, le prince Hamzah s’était ravisé et avait prêté allégeance à son frère, mettant fin à la tentative de sédition.

Depuis lors, le prince Hamzah, bien qu’officiellement rangé derrière son frère, vit sous surveillance au palais. Début du mois de mars, le prince Hamzah a envoyé une lettre publique d’excuses au roi. « J’ai commis une erreur, Votre Majesté, et l’erreur est humaine. Je porte donc la responsabilité des positions que j’ai prises et des infractions que j’ai commises contre Votre Majesté et notre pays au cours des dernières années, aboutissant aux événements de l’affaire de sédition. Je demande pardon à Votre Majesté, sachant que vous avez toujours été très indulgent. »

Le prince Hamzah ben Al-Hussein annonce renoncer à ses titres, malgré sa lettre d’excuse au Roi en mars 2022 et sa promesse d’allégeance en 2021, mettant fin à sa tentative de sédition (Photo : Balkis/Abacapress)

Lire aussi : La famille royale de Jordanie descend du prophète Mahomet : L’histoire des Hachémites d’Abraham à Abdallah II

Le prince Hamzah ne veut plus de son titre

Ce 3 avril, le prince Hamzah change une fois de plus de discours. Le demi-frère du roi a partagé un communiqué sur ses réseaux sociaux, dans lequel il dit : « Après ce que j’ai vécu ces dernières années, j’en suis venu à la conclusion que mes convictions personnelles et que les valeurs que mon père m’a inculquées, et que j’ai essayé de conserver ma vie, ne sont pas conformes aux approches, aux tendances et aux méthodes modernes de notre institution ».

Par conséquent, « par honnêteté envers Dieu et [sa] conscience », Hamzah a décidé d’abandonner son titre de prince. La décision est pour le moment unilatérale. Le Palais n’a pas communiqué à ce sujet. Le communiqué ne précise pas non plus comment il souhaite être appelé, s’il s’agit simplement d’une décision dont lui seul fera usage ou si la décision sera suivie de façon formelle par une véritable destitution de titre.

Le prince Hamzah, officiellement Son Altesse Royale le prince Hamza ben Al-Hussein, fut prince héritier de Jordanie de 1999 à 2004, jusqu’à ce que son demi-frère accorde ce titre à son fils aîné, l’actuel prince héritier Hussein. Malgré la volonté d’abandonner son titre, Hamzah promet qu’il « restera toujours fidèle à la Jordanie » et qu’il « continuera autant qu’il le pourra dans sa vie privée à servir son pays et son peuple et le message de ses pères et grands-pères” ».

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr