Le prince Hamzah demande au roi Abdallah II son pardon : sa tentative de coup d’État était une erreur

Le 3 avril 2021, le prince Hamzah de Jordanie a tenté de déstabiliser la gouvernance. Son acte de sédition à l’encontre de son demi-frère, Abdallah II, a été immédiatement interrompu par le roi. Après sa tentative de coup d’État avortée, il a prêté allégeance au roi et vivait depuis lors au palais. Cette semaine, le prince Hamzah a envoyé une lettre à Abdallah II, dans laquelle il demande son pardon et présente son « plus profond respect » à son demi-frère.

Lire aussi : Le roi Abdallah II et la reine Rania célèbrent la Journée des droits des femmes au palais Al Husseiniya

Un an après l’acte de sédition, le prince Hamzah espère le pardon du roi de Jordanie

Le 3 avril 2021, le Washington Post révélait que 20 personnes avaient été arrêtées dans le but d’empêcher une tentative de coup d’État à l’encontre du roi Abdallah II, sur le trône depuis 1999. L’acte de sédition était dirigé par le prince Hamzah, 41 ans, fils du défunt roi Hussein, et demi-frère de l’actuel roi Abdallah II.

Le prince Hamzah a été arrêté, puis le roi a envoyé son oncle, le prince Hassan ben Talal, pour qu’il discute avec son demi-frère. Le prince Hassan ben Talal, ancien prince héritier de 1965 à 1999, est réputé comme étant le sage de la famille. Le prince Hassan est arrivé au domicile du prince Hamzah entouré d’une escorte dans laquelle se trouvaient son fils Rachid ainsi que deux cousins germains du roi Abdallah II : le prince Ghazi ben Mohammed et le prince Talal ben Mohammed.

Le prince Hamzah ben Hussein a promis fidélité au Roi, son demi-frère, en signant une lettre d’allégeance qui met fin à sa tentative de déstabilisation. Près d’un an plus tard, toujours surveillé au palais, il écrit une lettre pour demander le pardon d’Abdallah II (Photo : Balkis/Abacapress)

Lire aussi : Le destin de la reine Noor : Une Américaine devenue reine de Jordanie conformément à une prédiction

Le prince Hamzah demande à son demi-frère d’être indulgent à son égard

Devant l’escorte royale, composée de membres de sa famille, le prince Hamzah a prêté allégeance au roi Abdallah II et a confirmé son attachement à la Consitution du pays. Après cette tentative de coup d’État, il est apparu à une cérémonie de commémoration du centenaire de la fondation de la dynastie des Hachémites, avant de disparaître de la circulation. Le prince vit reclus et surveillé au palais. Il y a quelques jours, Hamzah est devenu père pour la septième fois.

Peut-être dans le but de retrouver sa liberté, le prince Hamzah a envoyé une lettre à son demi-frère, un peu plus tôt dans la semaine, dans laquelle il lui demande pardon. « J’écris à Votre Majesté avec mon plus profond respect et ma gratitude et je prie pour que Dieu vous protège et vous accorde une bonne santé et que vous restiez un pilier de force pour notre nation et notre famille », peut-on lire dans cette lettre rendue publique par la Cour royale hachémite et relayée par Jordan Times.

« L’année dernière, notre bien-aimée Jordanie a enduré des événements difficiles et un chapitre regrettable de son histoire. Pourtant, notre pays a persévéré, guidé par votre sagesse, votre patience et votre tolérance. Les mois qui se sont écoulés depuis m’ont donné l’occasion de voir honnêtement en mon for intérieur et de réfléchir sur moi-même, et je me vois obligé de vous écrire – mon frère aîné et le chef de notre famille hachémite – en espérant que nous pourrons tourner la page sur ce chapitre de l’histoire de notre pays et de notre famille. »

Le prince Hamzah continue : « J’ai commis une erreur, Votre Majesté, et l’erreur est humaine. Je porte donc la responsabilité des positions que j’ai prises et des infractions que j’ai commises contre Votre Majesté et notre pays au cours des dernières années, aboutissant aux événements de l’affaire de sédition. Je demande pardon à Votre Majesté, sachant que vous avez toujours été très indulgent. »

Après avoir promis de ne plus recommencer, le fils de la reine Noor confirme les propos déjà tenus devant son oncle, le prince Hassan, lorsqu’il était venu lui rendre visite en tant que médiateur. : « Comme je l’ai promis devant notre oncle, (…) je suivrai les traces de nos ancêtres et resterai fidèle à leur héritage, dévoué à leur chemin au service du peuple jordanien, et attaché à notre Constitution, sous la direction avisée de Votre Majesté. » Le prince Hamzah termine sa lettre en qualifiant son demi-frère de « dirigeant inspirant » et de « frère compatissant ».

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr