Le prince Harry parle de ses anciens problèmes d’alcool : «Je voulais boire, prendre des drogues»

Le prince Harry, duc de Sussex, apparait dans la série documentaire The Me You Can’t See sur la santé mentale, qu’il produit avec Oprah Winfrey. Dans le premier épisode de la série diffusée sur Apple TV+, le prince Harry revient sur sa jeunesse et le mal-être qu’il ressent depuis la mort de sa mère. Le duc de Sussex a notamment fait des révélations sur sa consommation d’alcool.

Le prince Harry parle de son besoin de prendre de l’alcool pour atténuer ses souffrances (Photo : capture d’écran Apple TV+)

Lire aussi : Le prince Harry incombe la mort de sa mère aux journalistes après le rapport d’enquête sur la BBC

Le prince Harry parle de ses problèmes de santé mentale

Dans The Me You Can’t See, le prince Harry a révélé suivre une thérapie depuis 4 ans pour mettre fin à son mal-être. Il se confie une fois de plus à Oprah Winfrey, avec laquelle il co-produit cette série documentaire, dans laquelle apparait d’autres personnalités comme Glenn Close ou Lady Gaga. La sortie de la série, le 21 mai, arrive le lendemain de la révélation des conclusions de l’enquête qui confirme la manipulation de la BBC dans le but d’obtenir une interview choc de Diana en 1995.

Après avoir parlé de la mort de sa mère et comment il avait vécu ses funérailles, le prince Harry a révélé que dans un premier temps, il était tombé dans l’alcool. Sans s’en rendre compte, il buvait pour apaiser sa souffrance. «De mes 28 à 32 ans, ma vie a été un véritable cauchemar. J’étais terrifié en montant en voiture et dès que je voyais un appareil photo. Je transpirais.»

Lire aussi : Le prince Harry a réalisé dès la vingtaine qu’il ne voulait «plus faire partie» de ce système

Le prince Harry atténuait ses problèmes en buvant

«Je voulais boire, prendre des drogues. Je voulais faire le nécessaire pour ne plus me sentir comme je me sentais», révèle le prince Harry. «J’ai réalisé que même si je ne buvais pas du lundi au vendredi, je buvais la quantité d’une semaine en un seul soir. Le vendredi ou le samedi.»

(Photo : capture d’écran Apple TV+)

«Je ne buvais pas parce que j’aimais ça mais pour camoufler quelque chose.» À l’époque, il ne savait pas ce qu’il voulait se cacher à lui-même. «Mon cerveau me disait que j’étais en combat». Avant de suivre une thérapie ces dernières années, le prince Harry a connu quelques années où il a pu se sentir à l’aise, lorsqu’il était à l’armée. «Mes dix plus belles années ont été dans l’armée sans hésiter. Là où je me suis senti le plus à l’aise, c’était en Afghanistan, loin des médias. Mais il me restait à régler toute l’amertume du passé.»

Après l’armée, il s’est questionné : «”Qu’est-ce que je fais là ?”. C’est là que j’ai réalisé que je ne pouvais plus me cacher. Ma famille me disait : “Joue le jeu et tout ira bien”. Mais je tiens énormément de ma mère. Je me sens en dehors du système, mais j’y suis coincé. Le seul moyen de s’en sortir, c’est de dire la vérité.»

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr