Le prince Harry revit les funérailles de sa mère : «Ce dont je me souviens le plus c’est le bruit des sabots des chevaux sur les pavés»

Le prince Harry, duc de Sussex, 36 ans, a accepté de partager les souvenirs qu’il a des funérailles de sa mère, qui se sont déroulées le 6 septembre 1997, lors d’un nouvel entretien avec Oprah Winfrey, pour la série documentaire qu’il co-produit avec elle. Le prince Harry revient sur la mort de Diana, ses funérailles et sa façon de gérer son deuil.

Le prince Harry entouré du prince William et du prince Charles aux funérailles de sa mère en 1997 (Photo : Anwar Hussein/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Ce souvenir du prince Harry quand il pense à sa mère

Le prince Harry se souvient des funérailles de Diana

Dans le premier épisode de la série documentaire The Me You Can’t See, diffusée sur Apple TV+, dont il est l’un des producteurs exécutifs, le prince Harry raconte son cheminement depuis la mort de sa mère, jusqu’à sa prise de conscience qu’il avait besoin d’être suivi par un professionnel pour régler ses problèmes de santé mentale.

Dès le début de l’épisode, le second fils de Diana et du prince Charles raconte ce souvenir qu’il a de sa mère et comment sa mère lui a été enlevée. «Quand ma mère m’a été enlevée à 12 ans, juste avant mes 13 ans, je ne voulais plus de cette vie», avoue le prince Harry.

Outre la perte de sa mère, qu’il incombe aux médias, le prince Harry a révélé que les funérailles de Diana avait été une nouvelle épreuve pour lui. Bien qu’il ait été touché par les marques d’affection du public, parfois excessives, il a longtemps eu du mal à comprendre pourquoi tant de monde pleurait la mort de sa mère, alors qu’ils ne la connaissaient pas.

Le prince Harry partage ce souvenir des funérailles de Diana (Photo : capture d’écran Apple TV+)

Lire aussi : Le prince Harry parle de ses anciens problèmes d’alcool : «Je voulais boire, prendre des drogues»

Ce souvenir du prince Harry aux funérailles de sa mère

«Ce dont je me souviens le plus c’est le bruit des sabots de chevaux sur les pavés, sur la route rouge du Mall. On était tous les deux sous le choc», explique le prince Harry, qui se souvient de ce moment solennel ou lui et son frère William devaient marcher derrière le cercueil de leur mère, scrutés par le monde entier. «C’était comme si j’étais en dehors de mon corps, et que j’avançais en faisant ce qu’on me disait de faire.»

«Partager le deuil de ma mère avec le reste du monde» a été très dur pour le prince Harry à qui l’on demandait de «ne montrer que le dixième de l’émotion des gens mais c’était ma mère. Eux ne l’avaient jamais rencontrée». Le prince Harry a expliqué qu’il était «tellement en colère de ce qui lui était arrivé et qu’il n’y ait aucune justice. Rien du tout.»

Le prince Harry a toujours du mal à comprendre les motivations de la presse, à qui il incombe la mort de sa mère. «Ces gens qui l’ont poursuivie dans le tunnel, l’ont photographiée en train de mourir sur la banquette arrière», explique Harry. La diffusion de la série a lieu le lendemain de la publication du rapport d’enquête concernant l’interview polémique de Diana avec la BBC en 1995. Ce rapport prouve que l’ancienne princesse de Galles a été manipulée par des documents fabriqués pour faire pression sur elle et l’inciter à réaliser une interview.

Penser à sa mère a été source de grande souffrance pour Harry. «Je ne voulais pas penser à elle et si je le faisais je me disais que ne pouvais pas la ramener. Ça me rendrait triste mais pourquoi penser à quelque chose de triste ? Penser à quelqu’un que vous avez perdu et qui ne reviendra pas ? J’ai donc décidé de ne pas en parler.»

«Pendant plusieurs années à faire complètement l’autruche, tout dissimuler», admet le prince Harry. «Quand on demandait : “comment ça va ?”, je disais toujours “bien”. Ni heureux ni triste. Juste “bien”. C’était la réponse facile. Mais je n’allais pas bien du tout. Dès que j’enfilais mon costume-cravate, j’étais dans un rôle. Je me disais : “Entre dans l’arène !”. Je me motivais devant le miroir. Avant de partir, j’étais en sueur, mon cœur palpitait. Je prenais sur moi. Crises de panique, anxiété sévère. De mes 28 à 32 ans, ma vie a été un véritable cauchemar.»

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr