Le prince Joachim n’a pas participé à une fête avec 27 personnes : la police nationale espagnole donne raison au prince belge

Le rapport de la police nationale espagnole vient de donner raison à la version avancée par le prince Joachim de Belgique. Le fils de la princesse Astrid et du prince Lorenz n’a pas participé à une fête avec 27 personnes, comme il était pourtant écrit dans un premier rapport fait par les autorités de la Junte d’Andalousie. Malgré cela, d’autres entorses au règlement ont été commises lors du voyage du prince Joachim à Cordoue.

Lire aussi : Le prince Antonio est applaudi à sa sortie des soins intensifs : le prince du Brésil a vaincu le coronavirus

Le prince Joachim a participé à 2 fêtes différentes avec maximum 15 personnes

Le dimanche 24 mai, le prince Joachim s’envolait pour Madrid. Il ne le savait pas encore mais il était contaminé par le coronavirus. Il voulait surprendre sa compagne, Victoria Ortiz Martinez-Sagrera, qui allait fêter ses 30 ans. Arrivé à Madrid, il a ensuite pris un train jusqu’à Cordoue. Contrairement aux premières indications du rapport fait par la police locale, il n’a pas participé à une grande fête en présence de 26 autres personnes. Le lundi 25 mai, jour d’anniversaire de Victoria, une première petite réunion familiale a eu lieu au domaine où est située la maison familiale de la jeune femme, à Hornachuelos. Douze personnes ont participé à cette fête familiale, donc moins de 15 personnes, comme il est recommandé par les autorités.

Victoria Ortiz Martinez-Sagrera entourée de sa grand-mère, María Victoria Eguilaz de Prado et de sa sœur et son frère, Angela et Antonio (Photo : capture Facebook/mariavictoria.eguilazdeprado)

Le lendemain, c’est dans une maison de Cordoue, qu’une autre fête a été organisée avec 15 personnes. Il s’agissait d’amis du couple. Enfin, le mercredi, le prince Joachim commence à sentir les premiers symptômes. Le vendredi, il rentre en Belgique, au domicile de ses parents à Laeken. Il est testé et diagnostiqué positif au covid-19.

Les autorités de la Junte d’Andalousie avaient indiqué que le prince Joachim avait participé à un fête avec 27 personnes (Photo : El Confidencial)

Lire aussi : Qui est Victoria Ortiz Martínez-Sagrera ?

Le rapport de la police nationale espagnole disculpe le prince Joachim

Depuis que l’information a été révélée, la presse espagnole n’est pas tendre envers le prince Joachim. Le Palais royal a rapidement dû réagir et les avocats du jeune homme ont confirmé qu’il assumerait les responsabilités de ses actes. Par contre, Mariano Aguayo Fernández, l’avocat espagnol qui défend le prince Joachim avait depuis le début indiqué que le prince n’avait jamais assisté à une fête réunissant 27 personnes. Cela vient d’être confirmé à l’issue d’une enquête menée par la police nationale. De plus aucune des personnes qui ont rencontré le prince Joachim n’ont été contaminées, selon les rapports des tests.

Cependant, un certain nombre d’autres règles pose question. Pour quitter le territoire belge, alors que les vols commerciaux n’acceptent que les trajets justifiés, le prince Joachim a-t-il utilisé un passeport diplomatique ? La Palais royal justifie le déplacement du prince pour effectuer un stage, ce qui peut être considéré comme un motif valable. Mais on comprend très vite que le motif du voyage était plutôt de fêter l’anniversaire de Victoria. Autre entorse au règlement : une fois arrivé à Madrid, il a ensuite pris le train jusque Cordoue, un long déplacement de plus de 350 km, ce qui est bien plus que les distances autorisées à parcourir. Il a ensuite certainement fait le même parcours dans le sens inverse. Sans parler du fait qu’il ne s’est pas imposé de quarantaine volontaire comme il est recommandé de s’auto-infliger lorsqu’on vient de l’étranger.

Source : ABC

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.