La princesse Elisabeth en Emporio Armani pour son deuxième engagement officiel en solo : l’héritière du trône inaugure un laboratoire d’impression 3D à son nom

La princesse Elisabeth de Belgique a appuyé sur l’accélérateur. En cinq jours, l’héritière du trône de Belgique a effectué deux engagements officiels en solo, elle qui samedi dernier n’était encore jamais apparue sans ses parents. Ce jeudi, la duchesse de Brabant était à l’université de Louvain pour inaugurer un laboratoire d’impression 3D qui porte son nom.

Lire aussi : La princesse Élisabeth de Belgique accueille sa tante Astrid à l’université d’Oxford

La duchesse de Brabant assume de plus en plus son rôle d’héritière du trône

La princesse Elisabeth de Belgique a effectué son deuxième engagement officiel en solo ce jeudi 30 juin, cinq jours à peine après son tout premier engagement, samedi dernier, lorsqu’elle avait baptisé le RV Belgica, le nouveau navire de recherche de l’État belge. Ce jeudi, la fille aînée du roi Philippe et de la reine Mathilde était déjà beaucoup plus à l’aise et semblait avoir fait ça depuis des années.

La jeune femme, étudiant en politique et histoire dans un collège de l’université d’Oxford, a profité de la fin de l’année scolaire en Angleterre pour mettre son temps libre à contribution en Belgique. La duchesse de Brabant accumule les apparitions, après avoir fait sensation il y a quelques semaines à Oslo, où elle faisait sa grande entrée dans le monde de royautés étrangères. La princesse Elisabeth portait aussi un diadème pour la toute première fois.

La princesse Elisabeth de Belgique a inauguré ce 30 juin un laboratoire à son nom à la KULeuven (Photo : Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)

Élisabeth de Belgique en Emporio Armani pour inaugurer un laboratoire 3D

Ce 30 juin 2022, ce n’est pas un diadème mais un ensemble Emporia Armani que la princesse Elisabeth portait. Notons qu’il s’agissait d’ailleurs d’une robe rose signée Armani Privé que la duchesse de Brabant portait lors de son grand événement entre héritiers à Oslo. Pour se rendre au laboratoire d’impression 3D, la jeune femme de 20 ans avait choisi une tenue moderne et pratique.

La duchesse de Brabant a été choisie comme ambassadrice pour motiver les jeunes à se tourner vers la science. Brecht Van Hooreweder, assistant professeur en ingénierie, montre un élément imprimé en 3D à la princesse (Photo : Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)

La princesse portait un pantalon en lin assorti à son veston à chevrons en damier beige et champagne. Le pantalon et la veste sont des chez Emporia Armani. La veste coûte 940 euros. « Avec l’arrivée des beaux jours, les vestes adoptent un esprit plus décontracté et définissent des silhouettes déstructurées, plus fluides et aériennes », explique Armani. « L’élégant motif jacquard qui orne le tissu structure cette veste caractérisée par l’encolure à cordon de serrage avec embout en passementerie. Un vêtement qui apporte une note exotique à n’importe quelle garde-robe. ».

La princesse Elisabeth portait un ensemble Emporio Armani et tenait un sac Furla dans les mains (Photo : Abacapress)

La princesse Elisabeth tenait dans sa main le sac Furla que sa maman, la reine Mathilde avait déjà pris avec elle lors d’une visite. Elle portait aussi des boucles d’oreilles évoquant des arêtes de poisson.

La princesse Elisabeth lors de l’inauguration du laboratoire d’impression 3D à son nom (Photo :Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM))

L’université catholique de Louvain (KUL) s’est dotée d’une nouvelle installation de recherche ultramoderne. Ce laboratoire 3D a été baptisé « Princess Elisabeth Additive Manufacturing Lab ». Pour inaugurer l’installation, la princesse a visité le département d’ingénierie mécanique et a eu droit à une visite guidée. L’université néerlandophone souhaitait trouver un moyen de donner aux jeunes de suivre une filière scientifique, c’est une des raisons pour lesquelles la future reine de Belgique a été choisie comme ambassadrice de ce projet.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr