La princesse Eugenie parle du monde dans lequel elle espère voir son fils August grandir

La princesse Eugenie, jeune maman depuis le 9 février, a accordé une interview à la chaine CNBC. Dans cet entretien avec Tania Bryer, elle donne de plus amples détails sur son nouveau combat contre l’esclavage moderne. Alors qu’elle vient tout juste d’accoucher de son premier enfant, un garçon prénommé August, la fille du duc d’York révèle également qu’elle espère voir son fils devenir une personne active, qui fait bouger le monde.

Lire aussi : Pourquoi la princesse Eugenie a appelé son fils August Philip Hawke Brooksbank ?

Eugenie d’York parle de l’avenir qu’elle souhaite pour son fils

Dans l’émission Finding Solutions de CNBC, la princesse Eugenie a accordé une interview à Tania Bryer. Cet entretien a été enregistré avant son accouchement de son premier fils, mais vient seulement d’être diffusé ce 3 mars 2021.

« J’espère que mon enfant sera l’une de ces personnes qui continueront à voir le monde comme un endroit qui peut être changé », a déclaré la princesse Eugenie. « J’espère que le monde sera un endroit où mon enfant pourra avoir de l’espoir et continuer à savoir qu’il peut faire une grande différence », explique la deuxième fille du prince Andrew et Sarah Ferguson.

La princesse Eugenie parle de l’avenir qu’elle espère pour son fils August Brooksbank (Photo : capture CNBC/Finding Solutions)

Lire aussi : La princesse Eugenie prénomme son fils August : première photo du bébé !

Le combat de la princesse Eugenie contre l’esclavage moderne

Comme le rappelle Town & Country, la princesse Eugenie s’est récemment impliquée dans la lutte contre l’esclavage moderne avec une amie. Avec Julia de Boinville elle a confondé The Anti-Slavery Collective, une association qui lutte contre l’esclavage au Royaume-Uni, « un crime caché », qui a pour conséquence que « c’est quelque chose dont les gens ne sont peut-être pas nécessairement conscients ». La princesse Eugenie, qui est aujourd’hui 10e dans l’ordre de succession au trône britannique mais n’exerce aucune fonction officielle pour la famille, explique que l’esclavage ne se trouve peut-être pas au coin de la rue ou dans les petits jobs comme dans d’autres pays. « Vous savez l’esclavage moderne est un terme si vaste. Mais je pense qu’il peut être divisé en différentes catégories, comme la servitude domestique, ou le trafic sexuel, ou d’autres termes comme celui-là. »

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr