Mary de Danemark ouvre le Conseil des droits de l’homme des Nations unies

La princesse héritière Mary de Danemark a ouvert la 44e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. C’est à distance, dans un contexte sanitaire compliqué, qu’elle s’est adressée au conseil, installé à Genève. Plusieurs fois ambassadrice de l’ONU notamment pour le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), la princesse héritière Mary, 48 ans, épouse de l’héritier du trône danoise, a déjà parcouru le monde pour œuvrer pour la santé sexuelle dans des zones difficiles.

https://www.facebook.com/detdanskekongehus/videos/1315059678699060/

Lire aussi : Mary de Danemark en Indonésie : rencontre avec le sultan Hamengku Buxono X et visite d’un centre de santé

La princesse héritière Mary de Danemark ouvre la 44e session du Conseil des Droits de l’homme à distance

Elisabeth Tichy-Fisslberger, présidente du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, a donné la parole à la princesse héritière Mary de Danemark, d’origine australienne, pour inaugurer cette 44e session du CDHNU.

« Les droits de l’homme ne s’arrêtent pas au moment où une crise commence, les grossesses ne s’arrêtent pas lorsque les urgences commencent … Les violences pour des raisons sexuelles et de genre ne s’arrêtent pas, au contraire, elles augmentent dans les périodes de crise », a commencé Mary de Danemark, s’adressant aux délégués réunis.

Discours d’inauguration du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU par Mary de Danemark après la crise du coronavirus (Photo : capture Kongeheuset)

« Cette année, le monde est pris par une crise sanitaire mondiale majeure », a-t-elle déclaré. « Le COVID-19 n’est pas seulement une urgence sanitaire mondiale, mais elle est également dévastatrice pour le développement économique et social des situations humanitaires et la protection des droits de l’homme. S’il est vrai que le virus lui-même ne fait pas de discrimination, son impact en fait.

Lire aussi : Mary de Danemark participe virtuellement à la Global Pride 2020

« Les conflits affectent les femmes et les filles de manière disproportionnée, tout comme les conséquences de la pandémie actuelle. Les vulnérabilités des femmes et des filles sont propres à chacune, elles font face à des risques différents et n’ont souvent pas accès aux ressources et aux services que la société a à offrir », a-t-elle expliqué.
L’épouse du futur héritier du trône danois a ajouté que le risque accru de violence contre les femmes avait créé une « crise dans la crise ».

Lire aussi : La princesse héritière Mary devient la présidente de WWF au Danemark

Source : Kongehuset

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr