Laetitia de Belgique se confie : « J’ai souvent eu du mal à idolâtrer une personne »

La princesse Laetitia Maria de Belgique est une jeune femme très discrète. La nièce du roi Philippe atteindra la majorité cette année et la presse belge mérite de lui accorder de l’attention. Grâce à la Manche qui la sépare de sa patrie, la fille de la princesse Astrid peut vivre une vie plus tranquille, puisqu’elle est scolarisée depuis 2015 à la Bromsgrove School, un pensionnat dans le Worcestershire. Élève brillante, elle est d’ailleurs devenue rédactrice en chef du magazine de son école, lui permettant alors de s’exprimer et de se dévoiler à travers sa plume. Qui est Laetitia de Belgique ? À l’aube de ses 18 ans, elle dévoile un pan intime de sa vie d’adolescente pleine de convictions.

En mai 2019, la princesse Laetitia, bien que n’ayant pas encore le droit de vote, était intéressée par le devoir civique et accompagnait sa mère, la princesse Astrid, au bureau de vote, le jour des élections fédérales et européennes (Photo : ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Qui sont tous les princes et princesses de Belgique ?

Trouver sa place dans la société

« En grandissant, j’ai souvent eu du mal à idolâtrer une personne », écrit la princesse Laetitia en page 14 du magazine Two Zero One de la Bromsgrove School. L’adolescence est déjà une période compliquée pour n’importe quel individu, alors être la petite-fille du roi Albert II de Belgique et descendre de la famille impériale d’Autriche par son père, peut effectivement influencer ses réflexions personnelles concernant sa position dans la société. « Alors que mes camarades de classe accrochaient des posters de leur sportif ou chanteur préféré, je me suis toujours considérée comme éloignée des personnes qui étaient photographiées dans les journaux ou vues à la télévision. »

Dans un article qu’elle consacre à Ruth Bader Ginsburg, membre de la Cour suprême des États-Unis, dont la mort a beaucoup fait parler en 2020, la princesse Laetitia parle de la période instable dans laquelle nous vivons et de la difficulté pour un jeune de s’affirmer et prendre position, d’autant plus lorsqu’on est une femme. La dernière fille de la princesse Astrid et du prince Lorenz explique que les paroles de la juge permettent de se remotiver quand « on se sent perdu ». « La «période du “passage à l’âge adulte” est un défi pour nous tous. Non seulement parce que nous sommes confrontés à une incertitude et à une méconnaissance constantes, mais parce que nous devons apprendre à former nos propres opinions et idéaux. »

En 2017, la princesse Laetitia Maria et sa cousine, la princesse Louise, se rendaient avec la princesse Astrid et le prince Lorenz à la fête d’anniversaire des 80 ans de sa grand-mère, la reine Paola (Photo : Danny Gys/Reporters/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Felix de Danemark est majeur ! Photos du prince Felix pour ses 18 ans

Laetitia de Belgique dévoile les jugements portés à son égard

« Dans un monde rempli de débats et de points de vue variés, décider quoi penser et comment répondre aux points de vue de différents individus est un obstacle auquel beaucoup d’entre nous doivent faire face. » La princesse prend l’exemple de discussions difficiles à aborder en tant que jeune, principalement à cause du manque de considération à l’égard de la jeunesse.

« Je me suis souvent retrouvée interrogée par des personnes âgées affirmant que j’étais “trop inexpérimentée” ou “trop idéaliste”, ce qui m’exaspérait car je souhaitais désespérément mettre en lumière des questions qui sont encore évitées dans notre société. Alors que la frustration semblait être la bonne réponse à court terme, j’ai rapidement compris que l’approche de Ginsburg face à certains des plus grands problèmes de la société était beaucoup plus efficace ».

La princesse Laetitia explique également que, bien que les traditions soient nécessaires, les humains se rassurent en restant dans des zones de confort, ce qui a engendré une sorte de « stigmatisation contre le changement ». C’est pourquoi, il est « impossible de changer la société et ses points de vue du jour au lendemain. La patience était l’une des plus grandes vertus de Ginsburg, qui a consacré sa vie à l’égalité des femmes, sachant qu’un changement réel et durable ne serait réalisable que dans de nombreuses années. »

À l’aube de ses 18 ans, la princesse Laetitia de Belgique se confie et présente Joan Ruth Bader Ginsburg comme un modèle de vertus (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Dépression, pression royale, burn-out : Tessy Antony-de Nassau se confie

Apprendre à connaitre les autres pour s’enrichir

Constatant que nous vivons dans un monde où tout doit aller vite, la princesse Laetita regrette que nous ne puissions plus prendre le temps. C’est pourtant, grâce à la patience et au temps que l’on consacre aux autres que l’on peut s’enrichir et apprendre. « Mon appréciation pour mon environnement a énormément grandi au fur et à mesure que je commençais à percevoir les valeurs et les leçons de vie qu’il me procure au quotidien. ». Elle explique qu’en particulier, « notre capacité à écouter (les autres), même si nous ne semblons pas pouvoir soutenir leurs valeurs, ne peut que renforcer notre compréhension du monde. »

Dans le magazine, la princesse Laetitia a également croqué quelques dessins pour illustrer des articles ou a partagé sa recette de toasts à la marmelade. La princesse engagée est une personnalité pleine de ressources. La princesse Laetitia sera la cinquième et dernière enfant de la princesse Astrid de Belgique à atteindre la majorité le 23 avril 2021.

Source : Two Zero One

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr