Tatiana de Grèce se confie sur son ancien combat contre elle-même

Depuis quelques jours, les internautes féminines du monde entier, et parmi elles quelques stars, participent au challenge Women Supporting Women. Ce défi qui sert à faire preuve de solidarité féminine, a même été réalisé par quelques royautés comme la princesse Marie-Chantal de Grèce, Astrid de Liechtenstein ou encore Amelie de Wurtemberg. La princesse Tatiana de Grèce, a elle aussi participé au challenge, profitant d’avoir l’occasion de parler de la cause féminine pour dévoiler la relation conflictuelle qu’elle a pu entretenir avec son corps et son image.

La princesse Tatiana de Grèce a relevé le défi et a soutenu la cause féminine en postant une photo en noir et blanc (Photo : Instagram/tatianablatnik)

Lire aussi : La leçon de tolérance de la princesse Tatiana de Grèce suite à la mort de George Floyd

Tatiana Blatnik participe au Women Supporting Women Challenge et parle de l’acceptation de soi

Tatiana Blatnik, à l’aube de ses 40 ans, a accepté de participer au challenge Women Supporting Women, qui consiste à poster une photo en noir et blanc afin de montrer son soutien à la cause féminine. Une fois le défi réalisé, chaque publication doit être accompagnée du hashtag #ChallengeAccepted, puis nommer le nom d’autres femmes qui doivent à leur tour réaliser le défi. L’épouse du prince Nikolaos de Grèce et de Danemark a elle aussi participé au défi, choisissant d’accompagner sa photo d’une explication. Ce n’est pas une mais deux photos qu’elle a partagées.

« Je me retrouve entourée des femmes les plus incroyables, les plus inspirantes et les plus puissantes. Les femmes soutiennent les femmes et construisent ensemble un avenir meilleur. Merci aux femmes qui me soutiennent, croient en moi et voient le vrai moi. Merci d’avoir fait du monde un endroit meilleur – en tant que mère, amie, sœur, entrepreneur .. – chacune de vous est forte, belle », écrit la princesse Tatiana.

Lire aussi : Tatiana de Grèce retrouve son chien après 2 mois de confinement

La princesse Tatiana de Grèce parle de son rapport conflictuel avec son corps

La belle-fille du roi Constantin II et de la reine Anne-Marie a choisi de publier deux photos, l’une actuelle, l’autre prise par la célèbre photographe Pamela Hanson, alors qu’elle n’avait que 13 ans. « Avec le recul, maintenant, j’aurais aimé comprendre et accepter la beauté et la fragilité de la vie, plutôt que de dépenser mon énergie à me battre contre moi-même », se confie Tatiana Blatnik.

L’épouse du prince Nikolaos a révélé qu’elle ne se sentait pas bien dans sa peau étant jeune. Elle a partagé un cliché d’elle pris par Pamela Hanson quand elle avait 13 ans (Photo : Instagram/tatianablatnik)

Depuis que Tatiana a épousé le deuxième fils du roi des Hellènes, en 2010, la jeune femme est soumise à une forte pression médiatique. Elle qui a travaillé dans la mode, qui fait du sport et qui est passionnée de cuisine saine, a toujours eu la ligne. Mais à plusieurs reprises, la minceur de la princesse a également fait naitre des rumeurs d’anorexie, apparaissant très amaigrie sur certaines photos. Les questions concernant d’éventuels troubles alimentaires ont été à nouveau abordées à l’occasion du mariage de Carl Philip de Suède et Sofia Hellqvist où Tatiana portait une robe dans laquelle ses bras ne remplissaient pas les manches.

« C’est donc aussi un rappel à nous toutes, nous qui nous critiquons. Prenez un moment pour voir la photo que vous publiez et observez-la comme si vous étiez dans 20 ans et que vous regardiez en arrière. » L’épouse du prince Nikolaos termine par ce dernier conseil à toutes les femmes qui veulent se montrer solidaires : « Appelez vos copines et dites-leur : “Je t’aime telle que tu es”, puis regardez-vous dans le miroir et répétez-vous la même chose trois fois. »

Lire aussi : Quand le prince Nikolaos de Grèce utilisait un pseudo pour travailler à Fox News sans dévoiler son identité

Source : Instagram/tatianablatnik

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.