La reine Elizabeth II n’ouvrira pas le parlement pour la première fois en 59 ans

La reine Elizabeth II ne sera pas capable d’ouvrir la session parlementaire de ce mardi 10 mai 2022. Le prince Charles représentera sa mère lors de la cérémonie la plus protocolaire réservée habituellement au souverain. Le prince William sera à ses côtés. La reine avait manqué l’ouverture du parlement il y a 59 ans pour cause de grossesse.

Lire aussi : La reine Elizabeth II n’assistera à aucune garden-party cette année

Le prince de Galles remplacera la reine Elizabeth II pour lire le discours du gouvernement à l’ouverture de l’année parlementaire

En mai 2021, un mois après le décès de son époux, la reine Elizabeth II avait assuré son premier engagement public hors de chez elle. Elizabeth II avait ouvert le parlement à Westminster, l’acte le plus protocolaire et politique qui incombe au souverain britannique. Malgré la mort de son époux, la reine avait pu assurer son rôle, preuve de l’importance de cet acte.

Cette année pourtant, le reine Elizabeth II, 96 ans, n’ouvrira pas le parlement. L’information a été révélée par The Sun. « La reine continue de rencontrer des problèmes de mobilité épisodiques et, en consultation avec ses médecins, a décidé à contrecœur qu’elle n’assisterait pas à l’ouverture officielle du Parlement », a déclaré un porte-parole de Buckingham.

La dernière fois que la reine n’avait pas pu lire son discours devant les deux chambres réunies, elle était enceinte de son fils, le prince Edward, en 1963. En 70 ans de règne, ce sera la troisième fois qu’elle ne pourra pas le faire. Quatre ans avant la naissance du prince Edward, Elizabeth II avait aussi renoncé à cette cérémonie, alors qu’elle attendait le prince Andrew.

Lire aussi : Le Carrosse d’Or d’État vieux de 260 ans défilera dans les rues de Londres pour le Jubilé de platine d’Elizabeth II

La reine Elizabeth II lors de l’ouverture de l’année parlementaire en 2019 (Photo : Victoria Jones/PA Wire/Abacapress)

« À la demande de Sa Majesté et avec l’accord des autorités compétentes, le prince de Galles lira le discours de la reine au nom de Sa Majesté, en présence également du duc de Cambridge ». Le prince Charles ne siégera pas sur le trône, mais à côté. Il lira ensuite le discours préparé par le gouvernement.

Selon The Sun, Buckigham était même prêt à attendre mardi matin pour se prononcer sur la venue de la Reine. Ses problèmes de mobilité et ses douleurs aux dos auraient notamment nécessité qu’elle soit transportée jusque devant le trône du palais de Westminster, après avoir parcouru en voiture le trajet de 40 km depuis Windsor. Les occasions de voir Elizabeth II à Londres se font de plus en plus rares.

Les absences d’Elizabeth II s’accumulent

L’ouverture du parlement a lieu habituellement en mai et à chaque nouvelle législature, dans le cas d’élections anticipées. L’ouverture du parlement britannique est l’une des journées les plus protocolaires de l’année, qui marque la rentrée politique dans le pays. Le point culminant de la cérémonie est la lecture du discours de la reine Elizabeth II (Queen’s Speech), un discours écrit par le gouvernement et qui énonce les grandes lignes de la politique à venir durant cette législature.

La reine Elizabeth avait assuré l’ouverture de l’année parlementaire en 2021 malgré la crise sanitaire et le décès de son époux (Photo : capture vidéo)

Après son arrivée à Westminster, la procession entourant la Reine continue à l’intérieur, traversant la galerie royale, jusqu’à la chambre des Lords (House of Lords). La chambre des Lords est la chambre haute du parlement bicaméral britannique. Durant la procession et jusqu’à son arrivée sur le trône, le prince de Galles escorte normalement la Reine.

Ensuite, le représentant de la reine au parlement, appelé Black Rod (traduit en français en Gentilhomme huissier de la Verge noire, que l’on traduit aussi en Huissier du Bâton noir) est chargé de convoquer la chambre des Communes (House of Commons). Les portes de la chambre des Communes sont alors fermées devant les yeux de la reine. Cette pratique date de la Guerre civile, cela indique que la chambre des Communes est totalement indépendante de la reine. Les portes fermées symbolisent le fait que la reine ne peut pas savoir ce qu’il se passe derrière les portes.

L’Huissier du Bâton noir frappe alors trois fois à la porte et celle-ci s’ouvre. L’Huissier du Bâton est là pour convier les députés à le suivre pour rejoindre les Lords qui les attendent. Les élus des Communes se lèvent et suivent le Bâton noir. Ils s’installent auprès des Lords pour écouter le discours de la reine, qui a lieu sur le Trône situé en face.

Une fois le discours terminé, la reine quitte normalement les lieux. Le parlement est officiellement ouvert et il peut se mettre à travailler. Les membres des deux chambres discutent du discours et ils se mettent d’accord sur une réponse conjointe à ce discours. Pendant plusieurs jours, le contenu du discours peut être discuté dans chacune des chambres. Enfin, le discours de la reine est voté dans la chambre des Communes, la chambre des Lords ne peut pas le voter.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr