La relation secrète entre le roi Hussein et l’actrice Susan Cabot qui sera tuée par leur fils présumé

La déclassification de certains documents de la CIA permet de découvrir la relation entre le roi Hussein de Jordanie et une actrice de série B, Susan Cabot. Cette relation, dont la CIA en est l’instigatrice, est l’un des scandales les mieux étouffés de la famille royale hachémite. Si ces faits, qui se sont produits en 1959, sont avérés, il y a une suite encore plus tragique, qui elle n’a jamais pu être vérifiée. Leur relation aurait abouti à la naissance d’un enfant atteint de nanisme, qui tuera sa propre mère avec une barre d’haltérophilie.

Lire aussi : L’arrangement entre le roi de Suède et les paparazzis pour étouffer un scandale

La CIA se charge de fournir de la compagnie féminine au roi Hussein

Des documents écrits par la CIA en marge de l’enquête sur la mort de JFK ont été déclassifiés. Dans l’un de ces documents, on peut y lire la retranscription de la visite du roi Hussein de Jordanie aux États-Unis, en 1959, et certains aménagements prévus par le Bureau pour répondre aux attentes du monarque. Le roi de Jordanie avait 24 ans et était divorcé depuis deux ans, après un mariage raté avec la reine Dina, dont il a eu une fille.

Le jeune roi Hussein de Jordanie dans les années 50 avant sa rencontre avec Susan Cabot (Photos : domaine public)

En marge de sa visite d’État, l’agence de sécurité a été chargée d’une mission particulière. Le roi Hussein, nommé dans le rapport de la CIA comme étant «le fonctionnaire étranger», était «particulièrement désireux d’avoir une compagnie féminine lors de sa visite à Los Angeles et il a été demandé que des dispositions appropriées soient prises par l’intermédiaire d’une source contrôlée du Bureau afin de garantir une visite satisfaisante».

Les États-Unis, plutôt favorables à ce que le roi de Jordanie tisse des liens étroits avec leur pays, ont exécuté la demande. Comme le rapporte USA Today, la tâche de trouver la candidate parfaite fut attribuée à Robert Maheu, un ancien agent du FBI devenu détective privé.

C’est lors d’une soirée organisée par le magnat du pétrole Edwin Pauley, que la rencontre a eu lieu. Le roi Hussein a été présenté à une certaine Susan Cabot. La jeune femme était âgée de 8 ans de plus que le souverain. Elle était une actrice de série B et avait une filmographie composée de quelques seconds rôles dans des films d’horreur.

Susan Cabot ici dans Chevauchée avec le diable, en 1954 (Photo : capture d’écran YouTube)

«À cette époque, elle a dit qu’il n’était pas clair» pour elle de savoir «quel était le rôle qu’on voulait qu’elle joue», lit-on dans le rapport, suite à une discussion entre l’actrice et l’employé du Bureau de sécurité. Celui-ci a alors clarifié ses attentes : «Nous voulons que vous alliez au lit avec lui !». Mais l’actrice aurait rejeté la demande bien qu’elle ait finalement accepté de se rendre à la soirée.

Le courant a tout de suite pris entre le roi et l’actrice. Le rapport de la CIA indique qu’un agent infiltré à cette soirée d’État du 3 avril a pu constater que la jeune femme présentée au roi lui plaisait. Le roi Hussein se trouvait à Los Angeles du 3 au 7 avril 1959. «Désireux de continuer son amitié» avec la charmante actrice, il était évident qu’ils allaient se revoir durant son séjour suivant, du 14 au 18 avril à New York.

Les rendez-vous secrets du roi Hussein dans une maison discrète de Long Island

La CIA a une fois de plus été chargée d’organiser la rencontre. Susan Cabot a été invitée à séjourner à l’hôtel Barclay de New York sous un nom d’emprunt. Pour assurer l’intimité de la rencontre, une maison a été louée à Long Beach, située à Long Island. Rapidement, la presse a été mise au courant de la romance naissante entre cette actrice de seconde zone et le souverain. À l’époque, quelques articles polémiques ont été publiés, dans lesquels on rappelait que Susan Cabot, de son vraie nom Harriet Shapiro, était juive, issue de l’immigration russe installée à Boston. La relation entre une actrice juive et le monarque du royaume hachémite était des plus inadéquates, quand on sait que la famille royale hachémite est traditionnellement descendante du prophète Mahomet.

La CIA a arrangé la rencontre entre Susan Cabot et le roi Hussein à Los Angeles, puis à New York (Photo : domaine public)

À partir du 14 avril, le roi Hussein a pris ses quartiers dans la discrète maison de Long Island. Il y retournait chaque soir après ses visites officielles en journée à New York. Dans la soirée, l’actrice le rejoignait. Selon le rapport de la CIA, elle lui «rendait visite chaque soir et y restait pendant quatre à cinq heures». Le rapport explique aussi que l’actrice aurait longuement discuté avec l’agent en charge de la mission. Elle lui aurait fait part de son inquiétude concernant la médiatisation de cette histoire. «En plus, elle a discuté de ses sentiments profonds pour le fonctionnaire étranger». Elle était «très éprise» de lui «et le trouvait extrêmement charmant».

Susan Cabot a-t-elle eu un fils caché avec le roi Hussein ? (Photo : Pictorial Press Ltd / Alamy / Abaca)

L’histoire officielle s’arrête-là. On sait que le roi Hussein a rencontré l’actrice Susan Cabot le 3 avril 1959 lors d’une soirée à Los Angeles, puis qu’elle aurait accepté de continuer à voir le souverain du 14 au 18 avril tous les soirs dans une maison sécurisée près de New York. La suite de l’histoire n’est que spéculation, même si des éléments troublants laissent penser que cette rumeur puisse être vraie. Ont-ils eu un enfant ensemble ? Les traces d’une pension alimentaire sèment le doute.

Timothy Scott Roman est-il le fils du roi Hussein ?

En 1964, Susan Cabot donne naissance à un fils, Timothy. Elle avait divorcé de son premier mari, Martin Sacker, en 1951. Elle était donc divorcée au moment de sa rencontre avec le roi Hussein. En 1968, elle se remariera à Michael Roman, qui s’occupera de son fils Timothy comme son propre enfant. Il lui donnera même son nom, Timothy Scott Roman.

À partir des années 80, l’actrice est en proie à des crises de paranoïa sévères. Angoisses, tentatives de suicide et délires font son quotidien. Elle vit dans une maison remplie d’ordures et n’est plus capable de s’occuper d’elle-même. Le 10 décembre 1986, prise d’une crise délirante, elle ne reconnait plus son fils, l’attaque pendant la nuit avec un scalpel et une barre d’haltérophilie. Le jeune homme se défend et la tue à l’aide de la barre, dans leur maison d’Encino, près de Los Angeles.

Dans un premier temps, Timothy Roman, 22 ans, inventera une histoire de cambriolage par «un latino déguisé en ninja japonais». Une fois la véritable histoire découverte, la presse rapportera dans les moindres détails cette historie sordide, dont le procès en 1989 a dévoilé des éléments étranges.

Le LA Times du 11 octobre 1989 révèlera que Timothy est né atteint de nanisme. Il mesurait pourtant 1,6 mètre lors de son procès. Son avocat a alors détaillé le passé médical étrange du jeune homme, qui a pu altérer sa santé mentale. Né nain, on lui a infligé dans son enfance «des injections trois fois par semaine d’une hormone dérivée de l’hypophyse» que l’on prélevait de cadavres. L’hypophyse sécrète l’hormone de croissance.

L’avocat a alors qualifié ce traitement «d’expérience humaine ratée». Malgré les conditions de vie infligées par sa mère délirante, le plaidoyer rappelant la légitime défense lors de la nuit du meurtre et sa propre expérience médicale traumatisante qui a altéré ses fonctions cognitives, le juge l’a condamné à trois ans avec sursis. Il est décédé en 2003 de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Certains pensent que Timothy Roman pourrait être le fils du roi Hussein. Les dates de naissance ne concordent pas avec la visite du roi aux États-Unis, bien qu’il ait pu rencontrer l’actrice en Jordanie ou lors d’un autre voyage en Amérique ou ailleurs et dont on ne garde aucune trace. Pourtant, une preuve troublante a été révélée lors du procès de Timothy en 1989.

Pour souligner les causes profondes du trouble mental de son client, l’avocat de Timothy est revenu sur le fait qu’il était né de père inconnu. Il a surtout déposé une demande de transfert de prison pour garantir la sécurité de Timothy qui aurait pu être menacé par des fanatiques religieux, à cause de son métissage.

Si Roman était le fils du roi Hussein, il « serait alors à moitié juif, à moitié arabe, un descendant direct (à travers la dynastie hachémite) du Prophète – une lignée qui pourrait être particulièrement dangereuse dans la société conflictuelle d’aujourd’hui», écrit l’avocat Chester Leo Smith dans des documents déposés devant la Cour supérieure de Van Nuys, dans le but de demander le transfert de son client.

L’avocat est lui-même à l’origine de cette rumeur. Selon lui, Susan et Hussein auraient entretenu une relation pendant plusieurs années. Il en veut pour preuves, des mensualités que recevait l’actrice depuis des années. Elle recevait 1500$ par mois, en provenance d’un compte appartenant au trésor royal. L’avocat explique que «cet argent provient d’une fiducie…  Pour le meilleur ou pour le pire, cela ressemble à une pension alimentaire pour enfants.»

Le quotidien LA Times de l’époque relayait les propos de l’avocat qui expliquait que «les Arabes religieux ne verraient pas d’un bon œil un descendant du Prophet à moitié juif et pourraient essayer de le tuer». L’avocat a également rapporté qu’on avait dit à Timothy que sa mère avait été forcée de rompre avec le roi Hussein parce qu’elle était juive. Le juge de district n’a pas jugé recevable la demande de transfert dont le plaidoyer a été qualifié de «divertissant» mais non recevable dans la cas jugé.

Le roi Hussein a épousé sa seconde femme, Antoinette Gardiner en 1961. Elle sera connue après son mariage comme la princesse Muna. Ils ont eu deux fils et deux filles, puis ils ont divorcé en 1971. Leur fils ainé, Abdallah, a succédé à son père en 1999. Abdallah II est l’actuel roi de Jordanie. Le roi Hussein est mort après avoir été marié une troisième fois à la reine Alia en 1972, décédée en 1977 dans un accident d’hélicoptère. Une fois veuf, le roi Hussein s’est marié une quatrième fois en 1978 à Lisa Najeeb Halaby, connue après son mariage comme la reine Noor. Le roi Hussein a eu 11 enfants avec ses 4 femmes. La paternité de Timothy Scott Roman n’a jamais été prouvée.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr