L’arrangement entre le roi de Suède et les paparazzis pour étouffer un scandale

Toutes les familles royales ont un jour un scandale ou une polémique à devoir gérer. En 2010, c’est la sortie de la biographie non autorisée du roi de Suède, Carl XVI Gustaf – Den motvillige monarken, qui déclenche une véritable polémique. Plus de dix ans après la sortie du livre, une journaliste qui fut à l’époque à la tête d’un journal people suédois, révèle avoir collaboré avec le Palais et le Roi en personne, pour l’aider à faire taire les rumeurs. Une « paparazzade » a donc été organisée avec le consentement du souverain.

Le roi de Suède était empêtré dans un scandale en novembre 2010 et s’en est tiré en collaborant avec la presse. Ici photographié avec la reine Silvia quelques semaines avant la publication d’un livre à son sujet (Photo : Patrick van Katwijk/DPA/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Comment Mathilde a réussi à se cacher des paparazzis avant l’annonce de ses fiançailles avec le prince Philippe ?

Le livre qui a révélé les infidélités du roi de Suède

Le livre Carl XVI Gustaf – Den motvillige monarken (« Le monarque réticent », en français) est sorti en 2010 et a causé des dommages à l’image de la Couronne. Les trois journalistes Thomas Sjöberg, Deanne Rauscher et Tove Meyer, qui ont co-signé ce livre critiqué pour son manque de sources et certaines des anecdotes douteuses, ont principalement révélé un jeu auquel s’adonnait volontiers le roi de Suède avec ses amis. Le roi invitait des jeunes femmes à les divertir après les repas, si bien que le néologisme kaffeflicka (« fille du café », en français) est entré dans le dictionnaire pour désigner « une jeune femme qui est invitée comme une sucrerie ajoutée au café lors d’un dîner entre hommes ».

Les nombreuses allégations sur les pratiques sexuelles du roi et la désignation de Camilla Henemark comme sa maitresse ont entaché la Couronne. Suite à la récente interview polémique de la duchesse de Sussex, qui accuse la famille royale britannique d’avoir tenu des propos racistes, de ne pas l’avoir soutenu alors qu’elle avait des pensées suicidaires et de ne pas l’avoir défendue lorsque la presse publiait des mensonges à son sujet, des experts en communication des familles royales sont invités à s’exprimer dans tous les pays du monde.

La crise déclenchée par Meghan Markle au sein de la famille royale à la une de l’actualité, rappelle à une journaliste comment le roi de Suède a collaboré avec la presse pour gérer la crise traversée par sa famille en 2010 (Photo : capture CBS)

Lire aussi : Mohammed VI accusé de bâillonner la presse

Carl XVI Gustaf a collaboré avec la presse people pour redorer son image

En Suède, c’est Karin Lennmor, ancienne rédactrice en chef de Svensk Damtidning, un magazine people suédois, qui a commenté l’interview de Meghan Markle. Karin Lennmor a déclaré à Medierna que les familles royales en venaient parfois à collaborer avec la presse, comme l’avait insinué Meghan Markle. Il y a un jeu entre la famille royale et la presse, qui consiste à se méfier l’un de l’autre, tout en se respectant à distance, car la famille royale a besoin de la presse pour donner une bonne image d’elle et la presse a besoin de la famille car elle fait vendre.

Karin Lennmor s’est alors souvenue de cette « paparazzade » organisée à la demande du roi Carl XVI Gustaf de Suède, en 2010, alors qu’elle dirigeait le célèbre magazine people. Dans le langage des médias, une « paparazzade » est une séance photos organisée par un paparazzi, qui a pour but de donner l’impression que la personnalité est photographiée à son insu, alors que celle-ci a négocié la séance ou se sait photographiée et est consentante.

Empêtré dans le scandale des infidélités et malgré une conférence de presse durant laquelle il a demandé à tous de « tourner la page », le roi redoutait ce que le magazine people Svensk Dam allait encore écrire pour l’accabler. L’Expressen cite les propos de Karin Lennmor qui raconte avoir reçu un coup de téléphone d’« une personne que je connais très bien au sein de la cour ». Cette personne lui dit : « Je suis assis ici à côté du roi, et il se demande quelle sera la couverture de Svensk Dam ». La rédactrice en chef répond : « Pauvre Silvia ».

Une demi-heure plus tard, la même personne rappelle la rédactrice en chef : « Le roi vous demande ce qu’il peut faire maintenant ». Karin Lennmor a alors l’idée de collaborer avec le palais pour les aider à redorer leur image, tout en s’assurant de son côté qu’elle aurait les premières images exclusives à publier depuis le début de la crise. « Promenez vos chiens sur Drottningholm. Donnez-nous une demi-heure, une heure avant de sortir. Et puis nous enverrons un photographe là-bas. Et bien sûr, il pourra y prendre des photos du couple royal qui se promène sympathiquement avec les chiens ».

Les images du couple faussement photographié à son insu plus uni que jamais a fait son effet. La reine Silvia ne s’est jamais désolidarisée de son époux et la crise d’image de la famille royale n’a duré qu’un temps.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr