Ce prince américain qui surfe à Hawaï descendant de la dynastie Kawānanakoa

Riley Kawānanakoa, 21 ans, appartient à la seule famille royale américaine… la famille royale hawaïenne. Le jeune homme à l’allure d’un champion de surf est le fils d’un ancien parlementaire, le prince Quentin Kawānanakoa.

Le descendant du roi Kaumualiʻi, dernier roi Kaua’i, est le fils du prince Quentin, parfois désigné comme l’un des héritiers de la famille royale hawaïenne (Photo : Instagram/turtle_ridah)

Lire aussi : Les objets personnels d’une princesse hawaïenne multimillionnaire partent aux enchères sur Internet

Qui est le prince Riley Kawānanakoa ?

Parfois appelé prince Riley Kawānanakoa, le jeune surfeur américain est bien loin des querelles dynastiques qui font rage à Hawaï. Descendant des rois de Kaua’i, l’un des anciens royaumes qui existaient avant l’unification d’Hawaï, il descend également de James Campbell, un riche industriel irlando-écossais. Abigail, l’une des filles de James Campbell, devint princesse lors de son mariage avec S.A.R. le prince David Kawānanakoa, qui fut à l’origine de la dynastie royale du même nom. L’une des filles d’Abigail et David est l’arrière-grand-mère de Riley.

Sur Instagram, Riley partage avec quelque 900 abonnés des photos que pourrait publier n’importe quel adolescent qui vit à longueur d’année au bord de la plage. Le surf, les copains, la famille, encore du surf, et parfois de la rame pour changer… Les photos du jeune ont de quoi faire rêver.

Le prince Riley et son frère aîné, le prince Kincaid avec leur mère “Liz” Kawānanakoa, née Elizabeth Broun (Photo : Instagram/turtle_ridah)

Né en décembre 1999, le prince Riley est le fils du prince Quentin et d’Elizabeth Broun. Il a un frère aîné, le prince Kincaid, né en 1997. Au Honolulu Advertiser, le prince Quentin avait un jour expliqué qu’il ne faisait pas usage de ses titres, mais ne les rejetait pas non plus. La monarchie hawaïenne n’étant pas entièrement héréditaire, on peut également considérer les Kawānanakoa comme un dynastie, au sens américain du terme, au même titre que les Kennedy ou les Bush. En effet, outre le fait que les Kawānanakoa descendent du roi Kaumualiʻi, dernier roi Kaua’i avant l’unification du royaume de Hawaï, par James Campbell, ils font partie de l’une des plus grosses familles d’Hawaï. James Campbell a même donné son nom à une université. Bien évidemment, prince ou pas prince, son ascendance à elle seule a de l’intérêt à être mise en lumière dans les lignes qui suivent.

Elizabeth et Quentin, avec leur deuxième fils, Riley.

Lire aussi : Une princesse hawaïenne de 93 ans se bat pour que sa femme gère sa fortune de 215 millions $

Qui sont les ancêtres royaux de Riley Kawananakoa ?

La seule monarchie ayant existé sur le sol des États-Unis est le royaume de Hawaï. Le palais ‘Iolani de Honolulu est le seul palais royal situé sur le territoire américain. Ce royaume, qui vit le jour en 1795 par l’union de différents plus petits royaumes, eut pour premier roi Kamehameha I. S’en suivirent plusieurs du même nom, jusqu’à Kamehameha V, puis le roi Lunalilo, le roi Kalākaua, et enfin, sa sœur, la reine Liliʻuokalani. En 1893, la monarchie fut abolie, le royaume de Hawaï étant annexé aux États-Unis. La dernière reine abdique officiellement en 1895.

La reine Liliuokalani succéda à son frère, le roi Kalakaua. Elle fut la dernière reine de Hawaï (Photo : domaine public)

À la mort de Lunalilo en 1874, de nouvelles élections avaient permis de choisir Kalākaua, issu de la noblesse hawaïenne, descendant des anciens rois de Kaua’i et cousin de la famille Kamehameha. Kalākaua fonda une nouvelle dynastie et fit de ses sœurs des princesses. Son frère, lui aussi devenu prince, mourut sans descendance. Dans le but d’étoffer cette dynastie et d’assurer la succession, l’épouse du roi Kalākaua, la reine Kapi’olani adopta David Kawānanakoa, qui n’était autre que le fils de sa sœur. À la mort du roi Kalākaua, sans enfants, sa sœur Liliʻuokalani, lui succèda. Elle sera la dernière reine du pays.

Dans la culture hawaïenne, l’adoption – pas uniquement au sens que l’on connait dans nos pays mais au sens spirituel de choisir un enfant et de lui apporter une éducation – est une chose fréquente. On l’appelle hānai. David, qui avait été adopté par la Reine, reçut le titre de prince du roi Kalākaua et put utiliser le prédicat d’Altesse Royale en 1883. Lorsque la dernière reine Liliʻuokalani mourut en 1917, elle n’avait pas d’enfant et sa réelle héritière qui avait été officiellement désignée pendant son règne était sa nièce, Kaiulani, morte bien avant elle.

David Kawānanakoa, neveu de la reine Kapi’olani, avait été adopté par celle-ci et obtint le titre de prince de Hawaï par le roi Kalākaua. Il est l’arrière-arrrière-grand-père de Riley Kalākaua. (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Le « roi de Tahiti » condamné à 1 an de prison

Liliʻuokalani avait certes adopté des enfants par hānai mais c’est la dynastie des Kawānanakoa qui revendiqua la tête de la maison royale, notamment grâce à l’adoption de David, qui était un des héritiers du roi Kalākaua. D’autant plus qu’à l’époque, seuls les Kawānanakoa étaient les descendants d’un ancien clan royal qui était ouvertement anti-américain.

Aujourd’hui, le prince Quentin, arrière-petit-fils du prince David Kawānanakoa est considéré comme l’un des héritiers de la couronne hawaïenne. La guerre entre partisans et détracteurs fait rage, une centaine d’Hawaïens ayant même signé une pétition pour demander que l’on arrête d’utiliser le titre de prince ou princesse pour les membres de la famille Kawānanakoa. La famille, qui descend bien de façon biologique des anciens chefs du royaume de Kaua’i, aurait seulement droit au titre local de ali’i, qui correspond à un titre de noblesse.

Le prince Quentin ne fait d’ailleurs jamais usage de ses titres et, ironie du sort, très engagé en politique, il fut député du parti Républicain à la chambre des représentants de Hawaï, de 1995 à 1999.

Source : Maui

Avatar photo
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr