La robe de couronnement de la reine Elizabeth II exposée à Windsor

Ce 7 juillet, l’exposition Platinum Jubilee: The Queen’s Coronation ouvre ses portes au public, dans certaines salles du château de Windsor, et ce jusqu’au 26 septembre. Cette exposition permet aux visiteurs de se replonger dans la cérémonie de couronnement de la reine Elizabeth II en 1953. Parmi les pièces exposées, on retrouve sa majestueuse robe de couronnement qui se portait avec une cape suivie d’une traîne de plus de 6 mètres.

Lire aussi : La robe de mariage Diana exposée au palais de Kensington

Détails de la majestueuse robe de couronnement de la reine Elizabeth

La robe de couronnement de la reine Elizabeth II a déjà été exposée par le passé, comme en 2013, à l’occasion du 60e anniversaire de la cérémonie de couronnement. À l’occasion du Jubilé de platine de la reine Elizabeth, qui marque ses 70 ans de règne et non pas le 70e anniversaire de son couronnement (qui aura lieu l’année prochaine), une exposition exceptionnelle a lieu dans le St George’s Hall et dans le Lantern Lobby du château de Windsor.

La reine Elizabeth II photographiée juste après la cérémonie de couronnement, lors d’une séance photo officielle en 1953 (Photo : Keystone Press Agency/ZUMA Wire/ABACAPRESS.COM)

Tous les fans de la famille royale britannique qui seront en visite en Angleterre cet été devront passer par Windsor, dans le Berkshire, pour visiter le célèbre château et cette exposition, qui comprend aussi des bijoux portés par la reine, comme la broche d’acacia australien et la broche d’érable canadien.

La robe de couronnement et la cape posée sur les épaules sont exposées au château de Windsor (Photo : Aaron Chown/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Beatrice d’York admire sa robe de mariée exposée à Windsor

18 fils d’or de types différents ont été utilisés pour broder la cape et la traîne pourpre

La robe de couronnement a été portée par la nouvelle reine lors de la cérémonie organisée à l’abbaye de Westminster le 2 juin 1953. La robe a été conçue par le couturier britannique Sir Norman Hartnell.

La robe de couronnement photographiée sans la cape (Photo : Royal Collection Trust)

Lire aussi : Le Globe du Commonwealth et sa couronne arrivent à la Tour de Londres

Elle est confectionnée en satin duchesse blanc, richement brodé dans un effet de treillis, comprenant aussi les emblèmes floraux des nations du Royaume-Uni et des royaumes du Commonwealth. Les emblèmes végétaux sont brodés en fil d’or et d’argent avec des soies aux couleurs pastel, incrustés avec des perles de rocaille, des strass et des cristaux.

Détails des emblèmes végétaux des nations du Royaume-Uni et des royaumes du Commonwealth brodés sur la robe de couronnement (Photo : Aaron Chown/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

La robe était portée avec une cape qui comprend une traîne de plus de 6 mètres. Cette cape pourpre avec un bord en hermine a été confectionnée par les fabricants de robes royales Ede & Ravenscroft. Elle est fabriquée en velours de soie tissé par la société Warner & Sons.

La traîne de la cape comprend des motifs d’épis de blé brodés avec des fils d’or et le chiffre de la reine Elizabeth II (Photo : capture d’écran vidéo)

Les broderies ont été réalisées à la Royal School of Needlework. Le motif des broderies en or comprend des épis de blé et des branches d’olivier, symbolisant la prospérité et la paix, entourant le chiffre EIIR surmonté d’une couronneSelon le site de l’exposition, il a fallu 12 brodeuses, utilisant 18 types de fils d’or différents, plus de 3 500 heures pour terminer le travail entre mars et mai 1953.

La reine Elizabeth II a ensuite reporté cette robe lors de sa tournée en Océanie, qui a eu lieu quelques mois après la cérémonie de couronnement. En janvier 1954, elle est apparue à Wellington dans cette robe pour ouvrir le parlement néo-zélandais, puis un mois plus tard à Canberra, pour ouvrir le parlement australien, ce qui a symboliquement marqué son couronnement dans ces deux royaumes du Commonwealth.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr