Le premier Lord-Lieutenant noir de Londres prend la défense de la famille royale

Sir Kenneth Olisa a écrit une tribune ce matin, dans laquelle il partage son expérience auprès de la famille royale. D’origine africaine, il a été anobli par la reine Elizabeth II et l’a côtoyée à de multiples reprises, Sa Majesté l’ayant nommé lord-lieutenant pour la région londonienne, autrement dit, il représente la Reine dans la capitale. Sir Kenneth Olisa donne sa version concernant les allégations de racisme de la famille royale.

Sir Ken Olisa rencontre Meghan Markle en 2018 (Photo : Yui Mok/Pa Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Elizabeth II réagit à l’interview du prince Harry et de Meghan Markle

Sir Ken Olisa soutient la famille royale

Après les révélations polémiques de la duchesse de Sussex dans l’interview accordée à Oprah Winfrey, dans laquelle elle affirme qu’un membre de la famille a discuté avec elle de la couleur de peau de son enfant qui allait naître, tout le monde y va de son propre avis. C’est au tour du lord-lieutenant du Grand Londres de défendre la famille royale, ayant lui-même obtenu un poste important, malgré sa couleur de peau, et ayant fréquenté les Windsor à de nombreuses reprises.

Tout comme la reine Elizabeth II est représentée par des gouverneurs-généraux dans les royaumes du Commonwealth où elle est aussi le chef d’État, elle est représentée par des lords-lieutenants dans les différents comtés du Royaume-Uni. Depuis 2015, Kenneth Aphunezi Olisa, 69 ans, est un homme d’affaires et philanthrope d’origine britannico-nigériane, qui occupe le poste de lord-lieutenant pour la région londonienne.

Le lord-lieutenant du Grand Londres prend la défense de la famille royale (Photo : Wikimedia Commons)

Lire aussi : Prince William : « Nous ne sommes vraiment pas une famille raciste »

Le lord-lieutenant de Londres a vécu des situations semblables

En 2010, il a été reçu officier de l’ordre de l’Empire britannique, connu à présent comme Sir Ken Olisa, en récompense de son engagement auprès des sans-abri. Fait chevalier en 2018, il avait aussi été fait commandeur de l’ordre de St-Jean l’année d’avant. Détenteur de plusieurs diplômes de docteur honoris causa dans différentes universités, la reine Elizabeth II l’avait choisi pour devenir son représentant à Londres, depuis qu’il avait pris sa retraite dans le secteur privé. L’homme d’affaires, ayant obtenu des postes très hauts placés, est venu de rien, né dans une famille extrêmement modeste, son père étant retourné au Nigéria pour finir ses études de droit, il a grandi seul avec sa mère.

Bien qu’il ne remette pas en cause les allégations de racisme de Meghan Markle, il souhaite, à travers une tribune signée dans le Daily Mail, faire remarquer qu’il y a parfois deux versions à toutes les histoires. « Avant de sauter à la conclusion qu’il s’agissait d’une question vulgaire et raciste, nous devons reconnaître que nous ne connaissons ni le contexte ni l’intention derrière la prétendue demande ». Pour rappel, Meghan Markle affirme qu’au cours de sa grossesse, un membre de la famille royale lui a demandé à quel point son enfant à naitre allait être noir. Elle prétend que c’est aussi à cause de la couleur de sa peau que son fils Archie n’a pas eu de titre.

Lire aussi : Elizabeth II a-t-elle réellement privé Archie de titres ? Explications

Sir Ken Olisa dit qu’il a vécu la même situation que celle décrite par Meghan. « Ma belle-mère Muriel nous a posé exactement la même question – dans un esprit bienveillant – peu de temps avant la naissance de la première de nos deux filles en 1980. Je dois souligner ici que, comme Meghan et Harry, je suis noire et Julia est blanche ».

« Ma belle-mère, aujourd’hui décédée, excitée par l’arrivée de son premier petit-enfant, sortait ses aiguilles à tricoter et voulait simplement savoir quelle couleur de vêtements pour bébé conviendrait au teint du nouveau-né ». Les gens se sont aussi mis à spéculer : « Le bébé aura-t-il les cheveux de sa mère ou le nez de son père ? Tout ça sans vouloir offusquer personne. (…) Cela qui montre qu’à moins de connaître à la fois le contexte et l’intention de ce que les gens disent, vous devez garder l’esprit ouvert ».

« En 2015, Sa Majesté la Reine m’a nommé son lord-lieutenant du Grand Londres – le premier titulaire non blanc d’origine britannique à cet poste très ancien. À ce titre, je soutiens la reine et la famille royale, en les aidant à construire des ponts, à connecter les personnes entre elles et les associations, et à renforcer le sentiment d’appartenance des Londoniens à une capitale inclusive ». Sir Kenneth Olisa regrette qu’à présent le débat soit dirigé sur cette question privée, alors que la Reine et la famille royale ont beaucoup œuvré dans les pays du Commonwealth notamment et en cette période de pandémie pour que les communautés les plus fragiles ne soient pas oubliées.

« J’ai eu le privilège de rencontrer tous les membres de la famille royale à de nombreuses reprises – et je peux confirmer qu’ils sont charmants et inclusifs. En tant que chef de la nation, le souverain agit comme un foyer pour l’identité nationale, l’unité et la fierté; elle donne un sentiment de stabilité et de continuité. Ses liens étroits et son affection pour le Commonwealth nous rappellent son affiliation à tous ses sujets, quelle que soit leur couleur ou leur croyance. »

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr